Quatrième vœu

On appelle quatrième vœu le vœu spécial introduit à partir du XIe siècle dans certains ordres et congrégations religieuses de l’Église catholique. Prononcé à la suite des trois vœux traditionnels de pauvreté, chasteté et obéissance lors de la profession religieuse qui intègre définitivement dans l‘institut religieux, il exprime généralement le charisme ou l’orientation apostolique particulière de celui-ci.

HistoireModifier

Le monachisme tel qu’il s’est répandu en Occident ne connaissait que le vœu de conversion des mœurs (la conversio morum). Ainsi au chapitre 58 de la règle de saint Benoît. Mais il était compris qu’il incluait les vertus évangéliques de pauvreté, chasteté et obéissance. Une promesse de stabilité monastique était également prononcée lors de la profession religieuse dans les monastères de tradition bénédictine.

À partir du XIe siècle les trois vœux de pauvreté, chasteté et obéissance deviennent la forme habituelle et canonique de consécration religieuse. Ils sont communs à tous les instituts et l'Église catholique ne reconnaît plus comme religieux que ceux qui ont fait cette profession religieuse des trois vœux.

Naissance du quatrième vœuModifier

Les nouveaux ordres, à commencer par les Hospitaliers, se diversifiant et s’engageant de plus en plus dans la vie de l'Église catholique, ont le souci de mettre en évidence leur identité propre en demandant à leurs membres de prononcer un quatrième vœu, ou « vœu supplémentaire », qui exprime la caractéristique de l’institut et son engagement particulier au service du peuple chrétien.

Le quatrième vœu est une réponse évangélique à un besoin criant, ou une situation exceptionnelle dans laquelle se trouve l’Église catholique ou de larges groupes de chrétiens. Il est souvent historiquement conditionné.

Ainsi chez :

Les temps modernesModifier

Au XVIe siècle, avec la naissance des ordres et congrégations encore plus nettement engagés dans le monde la pratique du IVe vœu se répand, exprimant de manière forte le charisme de l’institut et son engagement apostolique.

Souvent une spiritualité propre à la congrégation se développe autour du thème du IVe vœu, renforçant un sentiment identitaire des membres de l’institut religieux. Ainsi chez :

La pratique continue au XIXe et XXe siècles. Ainsi (liste non exhaustive) chez  :