Quartiers de Toulouse

quartier administratif de la ville de Toulouse, France

Secteurs et quartiers de Toulouse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Métropole Toulouse Métropole
Commune Toulouse
Code commune 31555
Divers
Date de Fondation 2008
Liens
Site web www.toulouse.fr

La ville de Toulouse, dans le Midi de la France, est, depuis le conseil municipal du , découpée en six secteurs, eux-mêmes subdivisés en vingt quartiers de démocratie locale[1].

Au niveau supérieur, chaque secteur est animé par une équipe de secteur, qui coordonne les projets de quartier et assure le lien entre les maires de quartier, les différentes associations et les habitants. Elle est composée de plusieurs agents :

  • un chargé de secteur, issu de la majorité municipale et nommé par le conseil municipal. Il pilote les projets de quartier et organise la participation des associations et des habitants du secteur à ces projets ;
  • un chargé d'accueil, qui assure l'accueil des usagers et facilite les démarches afin d'assurer un service public de proximité ;
  • un secrétaire, qui assiste l'équipe de secteur dans les missions administratives ;
  • une équipe de techniciens municipaux qui répond aux besoins des habitants du secteur.

Au niveau inférieur, chaque quartier possède :

  • des élus référents de quartier, membres du conseil municipal et désignés par celui-ci, issus de la majorité municipale ;
  • une commission de quartier, composée des élus référents et d'associations choisies par la municipalité.

Secteur 1 - Toulouse CentreModifier

Le secteur 1 - Toulouse Centre englobe les quartiers du centre-ville élargi de Toulouse. Il est délimité :

C'est un des secteurs les plus densément peuplés, avec presque 70 000 habitants. Le territoire est composé des quartiers historiques du centre-ville et inclut la plus grande partie du site patrimonial remarquable. Il concentre également de nombreux équipements de centralité à l'échelle de la ville, mais aussi de l'agglomération toulousaine et même de la région Occitanie. L'offre commerciale en fait le premier pôle commercial régional[2].

Quartiers de démocratie locale Population (2014) Superficie (ha) Grands quartiers INSEE Population (2014) Maire de quartier
1. Capitole - Arnaud Bernard - Carmes 30418 223
  • 6848
  • 6127
  • 8639
  • 4006
  • 4991
Julie Escudier
2. Amidonniers - Compans Caffarelli 15680 165
  • 7364
  • 9324
Ghislaine Delmond
3. Les Chalets - Bayard - Belfort - Saint-Aubin - Dupuy 23457 144
  • 6916
  • 7610
  • 9068
Caroline Adoue Bielsa

Secteur 2 - Toulouse Rive gaucheModifier

Le secteur 2 - Rive Gauche est délimité :

  • à l'est et au nord, par la Garonne, qui le sépare du secteur 5, à l'est, et du secteur 1, au nord ;
  • à l'ouest et au sud, par l'autoroute A620, qui le sépare du secteur 6.

Le secteur compte environ 67 000 habitants. Il regroupe des territoires divers, avec un quartier ancien de centre-ville – le quartier Saint-Cyprien – des quartiers de faubourg, des zones pavillonnaires et des quartiers populaires[3].

Quartiers de démocratie locale Population (2014) Superficie (ha) Grands quartiers INSEE Population (2014) Maire de quartier
1. Saint-Cyprien 18289 159
  • 4540
  • 10431
  • 3358
Jean-Paul Bouche
2. Croix-de-Pierre - Route d'Espagne 9510 148
  • 6599
  • 2872
Julie Pharamond
3. Fontaine-Lestang - Arènes - Bagatelle -
Papus/Tabar - Bordelongue - Mermoz - La Faourette
25163 309
  • 4529
  • 5032
  • 2743
  • 3360
  • 3893
  • 5791
Marine Lefèvre
4. Casselardit - Fontaine-Bayonne - Cartoucherie 14657 302
  • 12679
  • 2036
Bertrand Serp

Secteur 3 - Toulouse NordModifier

Quartiers administratifs Quartiers historiques Quartiers IRIS Population (2013) Superficie (ha) Maire de quartier
1. Minimes - Barrière de Paris - Ponts-Jumeaux Fondeyre

Pont Jumeaux

Bourbaki

Marché aux cochons

Frédéric Estèbe

Mazades

Negreneys

Chaussas

Fenouillet

La Salade

35112 597 Cécile Dufraisse
2. Sept-Deniers - Ginestous - Lalande Troenes

Embouchure

Ginestous

Lalande Nord

Lalande Sud


17328 1195 Olivier Arsac
3. Trois Cocus - Borderouge - Croix-Daurade - Paleficat - Grand Selve Les Izards

Borderouge Nord

Borderouge Sud-Est

Lapujade

Nicol

Grand Selve

Gramont Ouest)

19391 799 Maxime Boyer

Secteur 4 - Toulouse EstModifier

Quartiers administratifs Quartiers historiques Quartier IRIS Population (2013) Superficie (ha) Maire de quartier
1. Lapujade - Bonnefoy - Périole - Marengo - La Colonne Raynal

Réservoir

Periole

Arago

10 avril

La Gloire

21177 293 Souhayla Marty
2. Jolimont - Soupetard - Roseraie - Gloire - Gramont- Amouroux Gramont Est

Cité Amouroux

Michoum

Patinoire de la fraternité

Heredia

Surcouf

Observatoire

Coquille

Bonhoure Nord

22358 619 Isabelle Ferrer
3. Bonhoure - Guilheméry - Château de l'Hers - Limayrac - Côte Pavée Roucoule

Jean Chaubet

Camille Pujol

Coin de la Moure

Louis Vitet

Providence

Leygue Nord

Deltour

Sainte-Claire

Bois de Lomayrac Nord

Cité de l'Hers

32754 531 Laurence Arribagé

Secteur 5 - Toulouse Sud-EstModifier

Quartiers administratifs Quartiers historiques Population (2013) Superficie (ha) Maire de quartier
1. Pont des Demoiselles - Montaudran - La Terrasse 28865 980 Émilion Esnault
2. Rangueil - Sauzelong - Pech-David - Pouvourville 35777 1274 Fella Allal
3. Saint-Michel - Le Busca - Empalot - Saint Agne 36304 442 Johnny Dunal

Secteur 6 - Toulouse OuestModifier

Quartiers de démocratie locale Population (2014) Superficie (ha) Grands quartiers INSEE Population (2014) Maire de quartier
1. Arènes Romaines - Saint-Martin-du-Touch - Purpan 12786 872
  • 4345
  • 8287
Jean-Jacques Bolzan
2. Lardenne - Pradettes - Basso-Cambo 17208 950
  • 7693
  • 6582
  • 2810
Christophe Alvès
3. Mirail-Université - Reynerie - Bellefontaine 288
  • 4381
  • 8271
  • 7519
Gaëtan Cognard
4. Saint-Simon - Lafourguette - Oncopole 15836 1485
  • 9315
  • 5692
  • 823
Nina Ochoa

HistoriqueModifier

Découpage de 2001Modifier

 
Les quartiers de Toulouse entre 2001 et 2008.

En 2001, la ville de Toulouse est découpée en 17 quartiers, animés par des conseils de quartiers, tels qu'ils avaient été encouragés par la loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002. Ils possèdent chacun une mairie de quartier et un maire délégué[4].

Découpage de 2008Modifier

En mars 2008, la municipalité du socialiste Pierre Cohen décide d'un nouveau découpage en six secteurs d'environ 70 000 à 76 000 habitants, chaque secteur étant à son tour subdivisé en plusieurs quartiers.

Les Rencontres de la démocratie locale, organisées entre octobre et novembre 2008, permettent de mettre en avant les nouvelles équipes d'élus et les nouvelles instances de la démocratie locale. Les élus de la majorité municipale sont répartis sur les six secteurs, chaque équipe étant dirigée par un adjoint de secteur. Ils tiennent des permanences à la mairie de quartier et sont secondés par des équipes de secteur composées d'un secrétaire, chargé de recevoir les demandes des habitants, d'un technicien qui se déplace sur le terrain, et d'un chargé de secteur, chargé d'impulser les grandes directions. De plus, des conseils de secteurs, réunis une fois par an en présence du maire et de l'adjoint de secteur, débattent des vœux émis lors des commissions de quartiers. En effet, dans chaque quartier sont également mises en place des commissions de quartiers, ouvertes à tous les habitants et qui se réunissent trois fois par an. Elles sont pilotées par un bureau constitué par les élus référents du quartier et par des associations – associations de quartier et associations du domaine du logement – choisies par la municipalité.

ToponymieModifier

La ville était dotée de ramiers qui donnent leur noms à l'île du Ramier.

La base de loisir de La Ramée doit son nom au Prieuré de Laramet cédé par l'évêque de Toulouse aux Templiers.

Les terres du domaine de Braqueville étaient réparties en plusieurs métairies : Bordelongue ; Bordeneuve (d'une surface de 141 arpents) ; Gironis ; Larrieu. Ces terres ont notamment appartenu à Jean-Baptiste Chaumeil, oncle de Jean Baylet[5].

Le nom Fontaine-Lestang tire son origine de « la fontaine de Lestang » (la source de l’étang), notamment mentionné dans une ordonnance de l'évêque cardinal d'Astros de 1848[6].

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Les secteurs », Mairie de Toulouse.
  2. « Secteur 1, Toulouse Centre », présentation du secteur 1 - Toulouse Centre sur le site de la mairie de Toulouse (consulté le 24 août 2020).
  3. « Secteur 2, Toulouse Rive Gauche », présentation du secteur 2 - Toulouse Rive Gauche sur le site de la mairie de Toulouse (consulté le 24 août 2020).
  4. « 17 quartiers passés au crible », L'Express (consulté le 27 avril 2011)
  5. Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse., L'Auta : que bufo un cop cado més., Toulouse, [s.n.], (lire en ligne), p. 20-25
  6. Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse., L'Auta : que bufo un cop cado més., Toulouse, [s.n.], (lire en ligne), p. 74