Ouvrir le menu principal

Quai des Célestins (Paris)

villa de Paris, France
Ne doit pas être confondu avec Port des Célestins.

4e arrt
Quai des Célestins
Image illustrative de l’article Quai des Célestins (Paris)
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Arsenal
Saint-Gervais
Début Pont de Sully et 11, boulevard Henri-IV
Fin Pont Marie et 2, rue des Nonnains-d'Hyères
Morphologie
Longueur 400 m
Largeur 28 à 30 m
Géocodification
Ville de Paris 1633
DGI 1636

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Quai des Célestins
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai des Célestins est une voie situé le long de la Seine, à Paris, dans le 4e arrondissement.

Situation et accèsModifier

Le quai des Célestins est un boulevard quasiment rectiligne d'environ 400 mètres qui longe la partie septentrionale de la Seine en la surplombant. Il est situé sur la rive droite du fleuve. Il est prolongé en amont par le quai Henri-IV, et en aval par le quai de l'Hôtel-de-Ville. Une seule habitation se trouve du côté des numéros impairs : la maison des Célestins, bâtie sur le port des Célestins en contre-bas et qui a une entrée au niveau du quai.

Le quai des Célestins est desservi à proximité par la ligne    aux stations Pont Marie et Sully - Morland, ainsi que par les lignes de bus RATP 67 86 87.

Origine du nomModifier

Le quai porte son nom d'après le couvent des Célestins qui y était établi[1].

HistoriqueModifier

 
Quai des Célestins en 1981.

En 1352, les Célestins y établirent un couvent qui est aujourd'hui remplacé par la caserne des Célestins de la Garde républicaine[2].

Le quai est refait et pavé en 1705[1].

La principale entrée de l'hôtel Saint-Pol, aujourd'hui également disparu, se trouvait sur le quai des Célestins[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Notes, sources et référencesModifier

  1. a b et c Félix Lazare et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments (1re éd. 1844) (notice BnF no FRBNF32357628, lire en ligne), p. 113.
  2. Alfred Fierro, Dictionnaire du Paris disparu, Parigramme, , 335 p. (ISBN 2-84096-099-0), p. 78.