Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Québecair Express.
Québecair
Logo de cette compagnie
AITAOACIIndicatif d'appel
QBQBAQUEBECAIR
Repères historiques
Date de création 1953
Date de disparition 1986, vente à Nordair
Dates clés 1974, acquisition d'Air Gaspé
Généralités
Basée à Montréal (P.-E.-Trudeau)
Autres bases Québec (Jean-Lesage)
Rimouski
Nombre de destinations 29 (1980)
Siège social Saint-Laurent
Société mère Gouvernement du Québec



Québecair (code AITA : QB ; code OACI : QBA) était une compagnie aérienne québécoise opérant au Canada et aux États-Unis.

HistoireModifier

Québecair nait de la fusion par Roméo Crevier du Syndicat d'aviation du Golfe et d'Air Rimouski en 1953[1]. La compagnie se spécialise d'abord dans les dessertes régionales, offrant des vols destinés aux travailleurs des chantiers de la Côte-Nord[1].

Québecair absorbe Les Ailes du Nord et Matane Air Services en 1965[2], puis Air Fecteau en 1968 et Royale Air en 1969. La société fait l'acquisition de Convair 540 pour sa liaison vers Québec et de BAC 1-11 pour sa liaison vers Toronto.

 
Québecair était surnommée « L'Oiseau bleu » en raison de la couleur de ses appareils.

En 1974, Québecair acquiert Air Gaspé et étend sa desserte vers le Nord-du-Québec, l'Ontario et l'ouest du Labrador[2],[3]. Jouant un rôle déterminant dans le navettage des travailleurs du projet de la Baie-James, on lui attribue le surnom d'« Oiseau bleu » en raison de la couleur de ses aéronefs[4]. Durant cette décennie, la compagnie ajoute des Boeing 707 et 727 à sa flotte[3].

À son apogée, la compagnie dessert une trentaine de destinations et emploie 1 200 personnes[1].

En 1981, le gouvernement du Québec vient à la rescousse de l'entreprise en difficulté en devenant actionnaire majoritaire de l'entreprise[1]. Elle se départit de tous ses appareils, à l'exception des F-27 et des BAC 1-11. Trois de ces derniers seront remplacés par des Boeing 737 en 1983[2].

À la fin des années 1980, les compagnies aériennes canadiennes font face à des difficultés et doivent se restructurer[3]. Québecair n'est pas en reste ; en 1986, sa situation ne s'est guère améliorée. Accumulant un déficit de 80 000 000 $ depuis son acquisition par le gouvernement, Québecair est vendue à Nordair en raison de sa faible rentabilité[2]. Elle est par la suite transigée à Canadian Pacific Airlines, puis à Pacific Western Airlines[2]. La compagnie est finalement totalement intégrée à Canadian Airlines en 1987[3]. Une vingtaine d'anciens pilotes de Québecair ainsi que François Legault fondent Air Transat la même année[5].

DestinationsModifier

FlotteModifier

Flotte de Québecair
Modèle Image Nombre Années Immatriculation Réf
Douglas DC-3
  • C-FGVZ
  • C-GQBD
  • C-GQBE
  • C-GQBF
  • C-GQBG
  • C-GQBH
De Havilland Canada DHC-2 Beaver
Beechcraft Model 18
Douglas DC-4
Convair 540
Convair 580
DHC-6 Twin Otter
de Havilland Canada Dash 7  
BAC 1-11  
  • CF-QBN
  • CF-QBO
  • CF-QBP
  • CF-QBR
Fairchild F-27  
  • CF-QBA
  • CF-QBD
  • CF-QBL
  • CF-QBZ
Fairchild F-28  
  • C-GQBS
Douglas DC-8  
  • C-GQBA
Boeing 707  
  • C-GQBG
  • C-GQBH
Boeing 727  
Boeing 737  
  • C-GQBD
  • C-GQBH
  • C-GQBJ

Accidents et incidentsModifier

  • Le , l'aéronef CF-GVZ s'écrase à Oreway (Labrador) en route vers Sept-îles. L'équipage entier et un passager y perdent la vie[7].
  • Le , un incendie ravage entièrement l'aéroport de Rimouski-Est. La compagnie y perd cinq Douglas DC-3[8] et un Fairchild F.27[réf. nécessaire].
  • Le , Larry Maxwell Stanford, un mineur au chômage, pirate le vol 321 entre Wabush et Montréal, demandant d'être conduit à Vancouver. L'une des agentes de bord le convainc de laisser descendre les 52 passagers du BAC 1-11 à Montréal en échange de la présence de son père et d'un psychiatre à l'atterrissage[9],[10],[11]. Stanford sera reconnu coupable de détournement d'avion et emprisonné jusqu'en 2008[12].
  • Le , le vol nolisé 714 à destination de Sainte Lucie-Hewanorra, effectué avec l'aéronef C-GQBH, est pris dans un cisaillement du vent à l'atterrissage. L'appareil s'écrase, puis rebondit à deux reprises avant de s'immobiliser à 4 100 pieds du seuil de la piste[13].
  • Le , un F-27 effectuant le vol 255 à destination de Montréal-Dorval s'écrase quelques minutes après le décollage de l'aéroport de l'Ancienne-Lorette, faisant 17 morts et 7 blessés[14].
  • Le , l'un des moteurs du Boeing 737 effectuant le vol 461 à destination de Wabush est percuté par une mouette, causant une perte de puissance. L'appareil s'immobilise dans un marais, à 200 pieds de la piste[15].

RéférencesModifier

  1. a b c et d Zone Société - ICI.Radio-Canada.ca, « De Rimouski à Dorval, 70 ans d'histoire pour Québecair », sur Radio-Canada.ca (consulté le 16 octobre 2018)
  2. a b c d et e « Québecair », sur L'Encyclopédie canadienne,
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r (en-US) Ashley Magoon, « TBT (Throwback Thursday) in Aviation History: Quebecair », sur AirlineGeeks.com, (consulté le 10 février 2019)
  4. « Journal des débats de la Commission permanente du travail - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 10 février 2019)
  5. Zone Économie- ICI.Radio-Canada.ca, « Air Transat prenait son envol il y a 30 ans », sur Radio-Canada.ca (consulté le 11 février 2019)
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Piergiuliano Chesi, Canada, Quebecair airline map routes., (lire en ligne)
  7. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Douglas C-47B-20-DK (DC-3) CF-GVZ Oreway, QC », sur aviation-safety.net (consulté le 10 février 2019)
  8. Harro Ranter, « Aviation Safety Network > ASN Aviation Safety Database > Operator index > Canada > Quebecair », sur aviation-safety.net (consulté le 10 février 2019)
  9. « CIDB - Canadian Incident DataBase », sur www.extremism.ca (consulté le 10 février 2019)
  10. « Détournement à bord d'un appareil de Québecair », sur bilan.usherbrooke.ca (consulté le 10 février 2019)
  11. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident BAC One-Eleven registration unknown Montreal », sur aviation-safety.net (consulté le 11 février 2019)
  12. « After 35 years in prison, hijacker is paroled and police are worried », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2019)
  13. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Boeing 707-123B C-GQBH Saint Lucia-Hewanorra Airport (UVF) », sur aviation-safety.net (consulté le 10 février 2019)
  14. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Fairchild F-27 C-FQBL Quebec Airport, QC (YQB) », sur aviation-safety.net (consulté le 10 février 2019)
  15. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Boeing 737-296 C-GQBH Wabush Airport, NL (YWK) », sur aviation-safety.net (consulté le 10 février 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier