Ouvrir le menu principal

Pyrophanite

minéral du groupe des oxydes

Pyrophanite
Catégorie IV : oxydes et hydroxydes[1]
Image illustrative de l’article Pyrophanite
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimique MnO3Ti MnTiO3
Identification
Masse formulaire[2] 150,803 ± 0,002 uma
Mn 36,43 %, O 31,83 %, Ti 31,74 %,
Couleur Rouge-sang foncé à noir verdâtre
Système cristallin Trigonal
Réseau de Bravais Rhomboédrique (3) a = 5,139 48(7) Å, c = 14,2829(4) Å, Z = 6
Clivage Parfait sur {0221}
Cassure Conchoïdale
Habitus Rarement sous forme de rosettes de plaques hexagonales, typiquement granuleuse et écailleuse. Forme aussi des lamelles d'exsolution dans la franklinite et le spinelle
Échelle de Mohs 5-6
Trait ocre jaune
Éclat sub-métallique
Propriétés optiques
Indice de réfraction nω = 2,481 et nε = 2,210
Biréfringence Uniaxial (-), δ = 0,271
Transparence Sub-translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité 4,537

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La pyrophanite est un minéral du groupe de l'ilménite. Sa composition est celle d'un titanate de manganèse, de formule MnTiO3.

C'est un minéral rouge foncé à noir verdâtre, qui cristallise dans le système trigonal.

DécouverteModifier

La pyrophanite a été décrite en 1890 dans la mine de Harstigen à Filipstad (Värmland, Suède)[3]. Son nom est formé sur les mots grecs πΰρ (« le feu ») et φαίνεσθαι (« apparaître »), en référence à la couleur rouge foncé du minéral.

Gîtes et gisementsModifier

La pyrophanite se trouve surtout dans les dépôts de manganèse ayant subi un métamorphisme.

On la rencontre également dans le granite, l'amphibolite et la serpentinite en tant que minéral accessoire, peu commun. Les minéraux associés comprennent l'ilménite, la géikélite, l'hématite, le spinelle, la gahnite, la chromite, la magnétite, la ganophyllite, la manganophyllite, l'hendricksite, le grenat et la calcite[4].

Notes et référencesModifier

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. (en) « Pyrophanite », sur Mindat.org (consulté le 8 décembre 2017).
  4. (en) « Pyrophanite », sur Handbook of Mineralogy (consulté le 8 décembre 2017).

Liens externesModifier