Ouvrir le menu principal

Pyrargyrite[1]
Catégorie II : sulfures et sulfosels[2]
Image illustrative de l’article Pyrargyrite
Pyrargyrite - St Andréasberg, Harz - Allemagne (1,8 × 1,3 cm)
Général
Numéro CAS 15123-77-0
Classe de Strunz 2.GA.05
Formule chimique Ag3S3Sb Ag3SbS3
Identification
Masse formulaire[3] 541,56 ± 0,017 uma
Ag 59,75 %, S 17,76 %, Sb 22,48 %,
Couleur rouge foncé translucide
Classe cristalline et groupe d'espace Ditrigonal pyramidal ; R 3c
Système cristallin Trigonal
Réseau de Bravais Rhomboédrique
Macle Possible
Clivage distinct sur {1011} plus difficile sur {0112}
Cassure conchoïdale à irrégulière
Habitus Prismatique, scalénoédrique, massif, croûte, agrégat, hexagonal.
Échelle de Mohs 2,5
Trait rouge pourpre
Éclat adamantin à submétallique
Propriétés optiques
Transparence oui
Propriétés chimiques
Densité 5,82
Propriétés physiques
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La pyrargyrite est un minéral de composition chimique Ag3SbS3. C'est un sulfosel d'argent pouvant contenir des traces d'arsenic, qui forme une série continue avec la proustite. Il a la particularité d'être photosensible et perd sa transparence, sa couleur et son éclat pour devenir sub-métallique à noir. Il y a un dimorphisme avec la pyrostilpnite.

Historique de la description et appellationsModifier

Inventeur et étymologieModifier

Minéral décrit par Ernst Friedrich Glocker en 1831 et nommé d’après la racine grecque "Pyros" = feu et "Argyros" = argent, en allusion à sa couleur et à sa composition chimique.

Synonymes[4]Modifier

Caractéristiques physico-chimiquesModifier

CristallographieModifier

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 11,047 Å, c = 8,719 Å, Z = 6 ; V = 921.48
  • Densité calculée = 5,86

Gîtes et gisementsModifier

GîtologieModifier

La pyrargyrite se forme en milieu hydrothermal de basse température, et par altération d'autres minéraux d'argent. Elle était autrefois exploitée dans le gisement allemand de Rammelsberg.

Gisements producteurs de spécimens remarquablesModifier

  • Allemagne
Gnade Gottes, Saint-Andréasberg, St Andreasberg District, Harz, Basse Saxe[6],
  • États-Unis
Morning Star Mine, Mogul Peak, Monitor - Mogul District, comté d'Alpine, Californie[7],
  • France
La Bousole, Palairac, Mouthoumet, Aude[8]
Mine Wilhelm, Sainte-Marie-aux-Mines, Haut-Rhin[9]
Mine des Farges, Ussel (Corrèze)[10]
  • Mexique
La Luz, Mun. de Guanajuato, Guanajuato[11]
  • Pérou
Mines de Huaron, San Jose de Huayllay District, Cerro de Pasco, Daniel Alcides Carrión Province, Région de Pasco[12]

Exploitation des gisementsModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Anthony, J.W., Bideaux, R.A., Bladh, K.W., and Nichols, M.C. (1990) Handbook of Mineralogy, Volume I. Elements, Sulfides, Sulfosalts. Mineral Data Publishing, Tucson, AZ, 588pp.: 425
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. « Index alphabétique de nomenclature minéralogique » BRGM
  5. Traité élémentaire de minéralogie F. Beudant, Deuxième édition Tome II Paris 1837 p. 430
  6. Weiss: "Mineralfundstellen, Deutschland West", Weise (Munich), 1990
  7. Mineral. Rec. 20: 129-142, Minerals of California, H.E. Pemberton, 1983. Located West of Mogul Peak and near Heenan Lake.
  8. Berbain, C., Favreau, G. & Aymar, J.(2005): Mines et Minéraux des Pyrénées-Orientales et des Corbières. Association Française de Microminéralogie Ed., 179-180
  9. Wittern, Journée: "Mineralien finden in den Vogesen", 1997
  10. Mineral. Rec. 1982, 5, p. 261-268
  11. Panczner(1987): 79 - 369.
  12. Rocks & Mins.: 22:321-322.

Sur les autres projets Wikimedia :