Publius Licinius Crassus (consul en -97)

Publius Licinius Crassus est un homme politique de la République romaine.

Publius Licinius Crassus
Fonctions
Censeur
Sénateur romain
Édile
Consul
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
République romaine tardive (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Licinii Crassi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Marcus Licinius Crassus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Marcus Licinius Crassus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Crassus
Publius Licinius Crassus Dives (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Gens
Statut
Noble (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Grade militaire

FamilleModifier

Il a trois fils, tous mariés de son vivant[1]. C'est le père du triumvir Marcus Licinius Crassus. Son père est Marcus Licinius Crassus Agelastus (fils du consul Publius Licinius Crassus, pontifex maximus) et son frère Marcus Licinius Crassus qui est préteur en 107 av. J.-C.

BiographieModifier

Il est consul en 97 av. J.-C. avec Cnaeus Cornelius Lentulus. De 97 à 93 av. J.-C., il est ensuite proconsul en Hispanie ultérieure, accompagné de son fils Marcus[2]. Strabon le crédite d'avoir découvert la voie maritime vers les îles Cassitérides, îles au Nord de l'Espagne, ayant quelques filons de plomb et d'étain et dont les géographes modernes ignorent l'identification[3]. Sa victoire sur les Lusitaniens lui vaut de célébrer un triomphe à sa retour à Rome[4],[1].

En 90 av. J.-C. éclate la guerre sociale qui oppose la République romaine à ses alliés italiens. Publius Crassus est légat du consul Lucius Julius Caesar. Il perd huit cent hommes contre Lamponius et est contraint de se réfugier avec le reste de ses troupes à Grumentum[5],[6].

En 89 av. J.-C., Publius Crassus est censeur avec Lucius Julius Caesar. Ils prennent des mesures contre le luxe, interdisant la vente des parfums étrangers et plafonant le prix des vins grecs[7]. La continuation de la guerre sociale fait qu'aucun recensement des citoyens romains n'est effectué[8].

En 87 av. J.-C., partisan de Sylla lors de la guerre civile contre les marianistes, il défend Rome contre Cinna, il disparait avec un de fils, tué ou suicidé, lors des massacres qui suivent la prise de la ville[9],[10],[2].

RéférencesModifier

  1. a et b Plutarque, Vies parallèles, Crassus, 1.
  2. a et b Plutarque, Vies parallèles, Crassus, 4.
  3. Strabon, Géographie, III, V, 11.
  4. Fastes triomphaux lire en ligne.
  5. Appien, Guerres civiles, I, 41.
  6. Frontin, Stratagèmes, 2, 4.
  7. Pline l'Ancien, Histoires naturelles, XIII, 5 ; XIV, 16.
  8. Cicéron, Pro Achio, 5.
  9. Appien, Guerres civiles, I, 69 et 72.
  10. Florus, III, 22.