Ouvrir le menu principal

Prunellier

espèce de plantes

Prunus spinosa • Épine noire

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir épinette et épine noire.

L'Épine noire, Prunelier[1] ou Prunellier[2] (/pʁy.nə.lje/) (Prunus spinosa) est un arbuste de la famille des Rosaceae.

Il est parfois appelé, selon les régions, buisson noir, épinette, belossay, créquier, fourdinier, fourdraine, mère-du-bois, pelossier ou prunellier commun.

Depuis les rectifications orthographiques de 1990, la graphie « prunelier »[3] est également acceptée. Cette nouvelle orthographe bien que conforme à la prononciation, n'est pas répertoriée dans de nombreux dictionnaires de référence[4],[5].

En raison de son caractère épineux et d'une forte tendance à drageonner, il est très utilisé pour former des haies infranchissables pour le bétail. Comme l'aubépine, il peut former une haie ou un taillis inextricable en quelques années. Ses fruits étant appréciés des oiseaux qui disséminent ses graines, il est une espèce envahissante des friches et de certaines pâtures. C'est une espèce pionnière de pleine lumière qui tolère mal la concurrence.

DescriptionModifier

Le prunellier est une plante vivace, jusqu'à -20 °C, pouvant mesurer de 0,50 à 6 mètres de haut. Ses rameaux très épineux portent une écorce noirâtre, par opposition à celle de l'épine blanche (aubépine). Jeunes, ils sont pubescents. Les prunelliers forment des buissons très épineux, parfois difficilement pénétrables[6].

Son feuillage est caduc, ses feuilles sont oblongues ou lancéolées, de 1-2 × 2-4 cm de long, à marge finement dentée, en coin à la base. Elles sont souvent pubescentes sur les nervures de la face inférieure.

Les fleurs blanches apparaissent avant les feuilles. Elles sont pour la plupart solitaires (parfois par 2-4), portées par un pédoncule de 3-6 mm. Elles apparaissent en mars-avril(-mai) et sont mellifères. Le prunellier est une espèce hermaphrodite (les organes mâles et femelles se trouvent dans la même fleur) et entomogame, c'est-à-dire pollinisée par les insectes.

Ses drupes (à un seul noyau appelées prunelles, localement plosses), de 6–15 mm de diamètre, pruineuses, violettes à noirâtres sont astringentes et très âpres tant qu'elles n'ont pas subi les premières gelées. Les graines sont dispersées par les animaux (voir zoochorie et endozoochore).

Il existe différents cultivars du prunellier dont le Prunus spinosa 'Plena' qui dispose de fleurs doubles.

DistributionModifier

Le prunellier est largement distribué de l'Europe de l'Ouest à l'Asie Mineure, dans la région du Caucase et en Afrique du Nord[7].

Propriétés médicinalesModifier

Les fruits sont astringents et toniques, car riches en tanin, vitamine C et acides organiques.

En décoction, le prunellier est laxatif, et ses fruits sont utilisés comme remède contre les constipations.

UtilisationModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le prunellier est un des constituants naturels des haies, car les bovins et ovins n'apprécient pas ses fruits et restent à bonne distance de ses épines.
  • Ses prunelles sont comestibles blettes et peuvent être utilisées pour obtenir une liqueur réputée (comme le patxaran ou la veine d'épine noire) et pour l'élaboration d'eau-de-vie. La confiture de prunelles était très souvent confectionnée autrefois dans les régions au climat rude, elle est encore utilisée en cuisine dans l'élaboration des recettes à base de vin rouge, bourguignons, civets, etc. Afin de diminuer l'astringence du fruit, il faut le cueillir après les premières gelées [8]; pour éviter que les oiseaux ne mangent la majorité de la récolte, il est possible de cueillir les drupes avant les gelées, et de les passer au congélateur.
  • Ses drageons à croissance rapide en font un arbuste idéal pour la consolidation des terrains en pente. Par sa robustesse et sa résistance au gel, il peut être cultivé dans des terrains difficiles et les jardins sauvages[9].
  • Son bois est très dur, il était utilisé comme bois d'œuvre, en marqueterie, pour des jouets et pour la confection des cannes appelées bâtons d'épines[8]. En Irlande des cannes traditionnelles nommées shillelagh sont un élément du folklore celtique.
  • Il peut être utilisé comme porte-greffe naturel pour le prunier, le pêcher et l'abricotier. Au bout de 2 à 3 ans, on obtient une fructification faible avec une durée de vie assez courte.
  • Ce sont les sommités des rameaux qui sont utilisées pour faire le vin d'épines.
  • Les levures indigènes naturellement présentes sous forme de pruines, ainsi qu'à la surface du végétal sont à l'origine du processus de fermentation du vin de prunelle Dame de Pique.

ÉcologieModifier

Ses fruits attirent les grives et merles[10].

HôtesModifier

Cet arbuste est un excellent site d'accueil pour de nombreux lépidoptères tels que les thècles. Il est l'hôte principal de la chenille de la Thècle du bouleau (Thecla betulae)[11], et un des hôtes d'autres chenilles de rhopalocères (papillons de jour) comme :

Les chenilles d'hétérocères (papillons de nuit) suivantes (classées par familles) se nourrissent également de prunellier, quelques espèces pouvant être localement causes de défoliations temporaires :

CultureModifier

Le prunellier se reproduit par semis ou par multiplication végétative des drageons. Il supporte très bien la sécheresse mais ne s'épanouit véritablement que dans une terre profonde.

GalerieModifier

RéférencesModifier

  1. L'orthographe rectifiée, présentée par Bernard Cerquiglini, Édition J'ai lu, 2016.
  2. orthographe classique, d'après prunelle, mais non conforme à la prononciation du e.
  3. Orthographe recommandée
  4. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales
  5. Dictionnaire Larousse
  6. (fr) Référence Tela Botanica (France métro) : Prunus spinosa L., 1753
  7. G. Hegi, Illustrierte Flora von Mittel-Europa, Lehmann,
  8. a et b Pierre Lieutaghi, Le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux, Arles, France, Actes sud, , 1322 p. (ISBN 978-2-7427-4778-8), p. 1072-1074
  9. Flowerdew, Bob., Bob Flowerdew's the complete book of fruit : a practical guide to growing and using fruits and nuts., Penguin Studio, (ISBN 0670867527 et 9780670867523, OCLC 34776996, lire en ligne)
  10. a et b Couplan, François., Le jardin au naturel : [le guide pour faire vivre votre jardin], Bordas, (ISBN 2040199985 et 9782040199982, OCLC 715698343, lire en ligne)
  11. a b c d et e Carter, David J. (David James), 1943-, Guide des chenilles d'Europe, Delachaux & Niestlé, (ISBN 2603006398 et 9782603006399, OCLC 20701874, lire en ligne)

Références externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :