Proto-polynésien

Le Proto-polynésien (en abrégé PPN) est la proto-langue hypothétique à partir de laquelle toutes les langues polynésiennes modernes descendent. Cette langue a été reconstruite à l'aide de la linguistique comparée (de la même manière que l'indo-européen commun).

Répartition géographiqueModifier

 
Le proto-polynésien était parlé aux environs du Ier millénaire av. J.-C.dans la Polynésie ancestrale, une zone autour de Tonga et de Samoa (Fidji n'en fait pas partie).

Selon Patrick Vinton Kirch et Roger Green (2001), le proto-polynésien était parlé dans une zone englobant les îles Samoa, Tonga, Niue Wallis, Futuna, Niuafo'ou et Niuatoputapu, à partir du Ier millénaire av. J.-C.[1]. L'utilisation de la méthode comparative permet à ces auteurs d'affirmer que ces îles abritaient le foyer originel des Polynésiens, Hawaiki. Kirch et Green appellent cette zone la Polynésie ancestrale.

 
Par la suite (vers 900 après J.-C.[2]), le proto-polynésien s'est divisé en deux branches : la branche tongique (tongien et niuéen) et le reste dans la branche polynésien nucléaire.[3]

PhonologieModifier

La phonologie du proto-polynésien est très simple, avec 13 consonnes et 5 voyelles. En proto-polynésien, *q  était probablement un coup de glotte [ʔ].

ConsonnesModifier

Bilabiales Alvéolaires Vélaires Glottales
Occlusives
  • p
  • t
  • k
  • q
Nasales
  • m
  • n
  • ŋ
Fricatives
  • f
  • s
  • h
Roulées
  • r
Latérales
  • l
Semi-consonnes
  • w

VoyellesModifier

Le Proto-polynésien avait cinq voyelles, /a/ /e/ /i/ /o/ /u/, sans distinction de la longueur vocalique. Dans un certain nombre de langues polynésiennes, des séquences successives de voyelles se sont réunies pour produire de longues voyelles et des diphtongues ; dans certaines langues, ces sons sont devenus plus tard phonémiques[4].

Correspondances sonoresModifier

Proto-polynésien
  • p
  • t
  • k
  • q
  • m
  • n
  • ŋ
  • w
  • ɸ
  • s
  • h
  • l
  • r
Tongien p t k ʔ m n ŋ v f h l Ø
Niuéen Ø
? ʔ/Ø h h/Ø l/Ø
Proto-polynésien nucléaire
  • p
  • t
  • k
  • ʔ
  • m
  • n
  • ŋ
  • w
  • f
  • s
  • Ø
  • l
Samoan p t ʔ Ø m n ŋ v f s Ø l
Futunien k ʔ/Ø
Tikopia Ø ɾ
Nukuoro h l
Proto-polynésien oriental
  • p
  • t
  • k
  • ʔ/Ø
  • m
  • n
  • ŋ
  • w
  • f
  • h
  • Ø
  • l
Rapanui p t k ʔ/Ø m n ŋ v v/h h Ø ɾ
Rarotongien Ø ?/v ʔ
Paumotu f/h/v h
Maori de Nouvelle-Zélande w ɸ/h
Tahitien ʔ ʔ v f/v/h
Marquisien du Nord k k h ʔ
Marquisien du Sud ʔ n f/h
Hawaïen k w h/w l

VocabulaireModifier

Voici un tableau de quelques exemples de mots tels qu'ils s'écrivent dans différentes langues polynésiennes[5]. < ' > représente une glottale, en API /ʔ/. Le "ng"et le "g" représentent le phonème /ŋ/. La lettre " r " représente la consonne battue alvéolaire voisée /ɾ/ et non pas /r/.

Vocabulaire polynésien
Proto-polynésien Tongien Niuéen Samoan Rapanui Tahitien Maori de Nouvelle-Zélande Rarotongien Marquisien du Sud Hawaïen français
  • taŋata
tangata tangata tagata tangata ta'ata tangata tangata ʻenata kanaka homme
  • sina
hina hina sina hina hinahina hina ʻina hina aux cheveux gris
  • kanahe
kanahe kanahe ʻanae 'anae kanae kanae ʻanae mulet
  • tiale
siale tiale tiale tiare tiare tīare tiare kiele fleur
  • waka
vaka vaka vaʻa vaka va'a waka vaka vaka waʻa canoë
  • fafine
fafine fifine fafine vi'e/vahine vahine wahine vaʻine vehine wahine femme
  • matuqa
mātu'a motua matua matuʻa metua matua metua, matua motua makua parent
  • rua
ua ua lua rua rua [6] rua rua ʻua lua deux
  • tolu
tolu tolu tolu toru toru toru toru toʻu kolu trois

Notes et référencesModifier

  1. (en) Patrick Vinton Kirch et Roger Green, Hawaiki, Ancestral Polynesia : An Essay in Historical Anthropology, Cambridge University Press, , 400 p. (ISBN 978-0-521-78309-5), p. 99–119
  2. Kirch et Green 2001, p. 61
  3. Kirch et Green 2001, p. 59
  4. (en) Nicholas Rolle, « The Phonetic Nature of Niuean Vowel Length », Toronto Working Papers in Linguistics (TWPL),‎ , p. 31 (lire en ligne)
  5. (en) C.K. Hockett, « The Reconstruction of Proto-Central Pacific », Anthropological Linguistics, vol. 18, no 5,‎
  6. Archaïque: le mot actuel en tahitien pour « deux » est piti, à cause de la pratique du pi'i, une forme de tabou linguistique. Mais on trouve une trace de ce cognat dans le pronom duel de la deuxième personne : ʻōrua, « vous deux ».