Proto-élamite

écriture de l'Élam notant l'élamite

Proto-élamite
Image illustrative de l’article Proto-élamite
Tablette de comptabilité en proto-élamite.
Caractéristiques
Type Phonogrammes (écriture syllabique)
Langue(s) Élamite
Direction Droite à gauche
Historique
Époque Environ 3300 à 2800 av. J.-C.
(période proto-élamite)
Système(s) dérivé(s) Élamite linéaire

Le proto-élamite, ou l'écriture proto-élamite, est un système d'écriture associé à l'Élam antique (sud-ouest de l'Iran actuel), plus précisément la période proto-élamite vers 3300 à 2800 av. J.-C.

Même avant son récent déchiffrement, il était déjà considéré qu'elle transcrivait la langue élamite et qu'elle était l'ancêtre directe de l'écriture dite élamite linéaire, de nombreux signes se ressemblant.

En 2020, le chercheur François Desset annonce avoir déchiffré complètement l'élamite linéaire et être en train de déchiffrer l'écriture proto-élamite, cette dernière serait bien l'ancêtre de l'élamite linéaire, une écriture à phonogrammes de type syllabaire.

De plus, selon François Desset, le proto-élamite serait aussi ancien que l'écriture hiéroglyphique égyptienne et que l'écriture cunéiforme notant le sumérien, ce qui en ferait une des trois plus anciennes écritures de l'histoire[1]. D'autre part, par son système purement phonographique, le proto-élamite n'est pas une création dérivée du cunéiforme voisin mais une création propre. Toutefois, il existe des symboles communs entre les deux systèmes d'écritures et ce depuis le début (symboles de numération et de désignation) ce qui suggère que les deux systèmes pourrait dériver d'un système plus ancien contenant des symboles communs, certains numériques et d'autres scripturaux[1].

Historique des recherchesModifier

CaractéristiquesModifier

Quelques signes proto-élamites semblent être soit des emprunts de signes proto-cunéiformes (période d'Uruk), soit partagent une origine commune avec le cunéiforme, origine à rechercher au 4e millénaire av. J.-C. dans une zone Mésopotamie-Zagros. Les deux systèmes partagent quelques signes, notamment liés aux chiffres et aux entités qu'ils décomptent (comme les esclaves, les femmes, les pots). Sinon, les deux scripts sont assez différents, utilisant des signes totalement différents. Le style d'écriture est également différent: alors que le proto-cunéiforme est écrit dans un système de boîtes, le proto-élamite est écrit dans un style en ligne, généralement de droite à gauche. En proto-élamite, les signes numériques suivent les objets qu'ils comptent; certains signes non numériques sont des «images» des objets qu'ils représentent, bien que la plupart soient entièrement abstraits.

De par un nombre beaucoup plus faible de signes que pour l'écriture cunéiforme, l'écriture proto-élamite évoque un système syllabaire. Les symboles proto-élamites se retrouvent, à peu de chose près, dans l'écriture élamite linéaire qui en dériverait.

D'autre part, il est établi grâce au déchiffrement de l'écriture dite élamite cunéiforme que celle-ci transcrit la langue élamite, isolat linguistique. Les inscriptions bi-textuelles en élamite cunéiforme et élamite linéaire, inscriptions relevées sur des vases appelés « Gunagi », indiquent que ces deux systèmes d'écriture transcrivent la même langue, l'élamite. Ainsi les symboles notant les noms de rois tels que Puzur-Inshushinak, et de déités telles que Inshushinak et Napirisha, ont pu être décryptés dans les deux systèmes d'écriture. Il en ressort que l'élamite linéaire est bien différent de l'élamite cunéiforme dans sa structure, le premier étant purement phonétique et le deuxième à la fois logographique et phonétique (à la manière d'un rébus). Ce résultat permet de remonter au proto-élamite, en supposant qu'il est l'ancêtre direct de l'élamite linéaire, comme système d'écriture notant une langue de type élamite parlée au 4e millénaire av. J.-C.

ÉvolutionModifier

L'élamite linéaire semble dériver du proto-élamite[1] même si un hiatus de 500 ans les sépare.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier