Ouvrir le menu principal

Prosopis

genre de plantes

Prosopis est un genre de plantes dicotylédones de la famille des Mimosaceae selon la classification classique, ou de celle des Fabaceae selon la classification phylogénétique. Il est proche des genres Mimosa et Acacia. Ces plantes sont des arbustes et des arbres.

Aux États-Unis, au Mexique et dans le nord de l'Amérique du Sud, certaines de ces plantes sont appelées « mezquite ». Leurs fruits, très nutritifs pour le bétail, sont sucrés (au point de favoriser les caries), et leur bois est excellent pour produire du charbon. Ils ont été implantés dans certaines zones arides d'Afrique. Du fruit est tiré un sirop, appelé « algarrobina »[1], utilisé dans la cuisine péruvienne. Leurs racines peuvent puiser l'eau jusqu'à 30 mètres de profondeur.

Espèce envahissante hors de son milieu naturelModifier

Plusieurs espèces de Prosopis sont devenues envahissantes dans plusieurs endroits du monde.
C'est en particulier le cas du Prosopis chilensis, nommé « garan-wa » (inconnu) par les Somalis et « dat caxa » (plante foncée) par les Afars, qui devient très envahissant dans les brousses et savanes des régions chaudes et arides (Djibouti par exemple).
La 3e rencontre du réseau régional de la Corne de l'Afrique, consacrée au thème de l'eau, a alerté sur le caractère envahissant de cette espèce qui peut croître de 3 mètres par an et tend à rapidement coloniser toutes les plaines du Sud et du Nord de la corne de l'Afrique, menaçant en une vingtaine d'années les activités nomades et maraîchères. Certains boisements visant à freiner l'avancée du désert l'ont importée du Chili (à Hanlé et à Djibouti, par exemple). Depuis, cette espèce progresse rapidement en Afrique de l'Est (par exemple dans la région de Douda, à l'entrée de Tadjourah), au détriment de l'acacia qui abritait une partie importante de la biodiversité de ces régions. Les ONG Djibouti Nature et Decan tentent d'en abattre de grandes quantités pour en faire du charbon de bois, avec l'aide des Pays-Bas et du programme des Nations unies pour le développement (PNUD). En 2008, le gouvernement a financé une expérimentation cherchant à le valoriser en aliment pour le bétail (le fruit, sucré et riche en vitamines, n'est pas — ou est mal — digéré en l'état par les herbivores, en raison de sa cuticule résistante). Il est aussi question d'en faire une farine pour l'alimentation humaine, l'Éthiopie envisageant de son côté de le tester comme agrocarburant[2].

Liste d'espècesModifier

RusticitéModifier

Le mesquite à miel (Prosopis glandulosa) et Prosopis pubescens peut survivre à des températures de –18 ºC ; le mesquite velouté (Prosopis velutina) résiste à –12 ºC ; le mesquite chilien (Prosopis chilensis) et le mesquite noir (Prosopis nigra) supportent jusqu'à –9 ºC ; le mesquite argentin (Prosopis alba) et de nombreux hybrides sud-américains supportent de –9 à –7 ºC[3].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (fr) Ffolliot, P.F. et Thames, J.L. (1983), Récolte, manipulation, conservation et prétraitement des semences de Prosopis en Amérique latine ; FAO, Rome.

Références externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. L Bravo, N Grados & F Saura-Calixto. Characterization of Syrups and Dietary Fiber Obtained from Mesquite Pods (Prosopis pallida L). J. Agric. Food Chem., 1998, 46 (5), pp 1727–1733 DOI:10.1021/jf970867p
  2. Article du journal La Nation, no 148 du 2008 10 16
  3. Mesquite and Palo Verde Trees for the Urban Landscape - Ursula K. Schuch and Jack J. Kelly

AnnexesModifier

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier