Projet génome Estonie

Le projet génome Estonie est un projet de génomique visant à améliorer la santé publique en Estonie. Le projet fait usage d'une base de données biologiques et d'une biobanque créée en 2000. Les chercheurs impliqués ont ainsi à leur disposition les dossiers médicaux et des échantillons biologiques obtenus à partir d'un pourcentage élevé de la population estonienne. Le Centre génome Estonie est situé à l'université de Tartu[1].

HistoriqueModifier

En , la Fondation génome Estonie a présenté le projet génome Estonie au gouvernement estonien en faisant pression pour des changements législatifs et l'obtention du soutien gouvernemental pour rendre le projet possible[2]. Le projet a également été présenté comme un investissement culturel en vue de renforcer l'identité nationale tout en contribuant à la recherche mondiale[3]. De nombreuses équipes de chercheurs, à cette époque, mettaient en place des projets similaires, les organisateurs du projet génome Estonie ambitionnaient toutefois de faire de leur projet le plus grand du monde pour ce type de recherche menée à une échelle nationale[4].

Au départ, le but du projet était de recueillir, sur une période de dix ans, des données biologiques sur la santé de 70 % de la population de l'Estonie qui compte près de 1,4 million de personnes[5]. En 2004, alors que des données de 10 000 personnes avaient été recueillies jusqu'ici, les dirigeants du projet durent procéder à une réorganisation de leur structure financière à la suite de la décision de EGeen, le bras financier de la Fondation génome Estonie, de mettre fin à leur partenariat[6]. Dix ans plus tard, on dut revoir à la baisse les objectifs du projet. On fixa de couvrir non plus 70 % mais plutôt 5 % de la population du pays alors qu'en , on avait recueilli les données issues d'un questionnaire et d'examens médicaux de 52 000 adultes qui avaient accepté de fournir un échantillon pour l'analyse génétique[1],[7],[1].

RésultatsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Leitsalu, T Haller, T Esko, M. L. Tammesoo, H Alavere, H Snieder, M Perola, P. C. Ng, R Mägi, L Milani, K Fischer et A Metspalu, « Cohort Profile: Estonian Biobank of the Estonian Genome Center, University of Tartu », International Journal of Epidemiology,‎ (PMID 24518929, DOI 10.1093/ije/dyt268)
  2. (en) A. Metspalu, « The Estonian Genome Project », Drug Development Research, vol. 62, no 2,‎ , p. 97–101 (DOI 10.1002/ddr.10371)
  3. (en) A. L. Fletcher, « Field of genes: The politics of science and identity in the Estonian genome project », New Genetics and Society, vol. 23, no 1,‎ , p. 3–14 (PMID 15468507, DOI 10.1080/1463677042000189589)
  4. (en) Lane Frank, « Give and Take—Estonia's New Model for a National Gene Bank », genomenewsnetwork.org, (consulté le 19 décembre 2011)
  5. (en) L. Frank, « GENETIC DISEASE:Storm Brews over Gene Bank of Estonian Population », Science, vol. 286, no 5443,‎ , p. 1262–1263 (PMID 10610525, DOI 10.1126/science.286.5443.1262)
  6. (en) « Landmark research project hits impasse », baltictimes.com, (consulté le 19 décembre 2011)
  7. (en) « What is the Genome Center? » [archive du ], Estonian Genome Center, University of Tartu (consulté le 17 août 2012)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier