Projet:Femmes en Auvergne/Louise de Bréville

Louise-Marguerite de Bréville
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Louise-Marguerite de Bréville est une capitaine de frégate française, née en et morte le à Dunkerque.

BiographieModifier

Enfance et engagement militaireModifier

Louise-Marguerite de Bréville est issue d'une vieille famille aristocratique d'origine auvergnate[1], normande[2] ou vendéenne[3]. Elle devient orpheline très jeune, à peine vingt ans, et hérite de près de 100 000 écus[4]. Son caractère indépendant et solitaire la pousse à quitter son milieu et sa région pour s'engager dans l'armée de cavalerie à Paris. Pour passer inaperçu, elle fait croire à son enlèvement[5], et se déguise en homme, se faisant ainsi appeler le chevalier de Préville.

Chassée de l'armée pour un duelModifier

Elle tue un cadet de Gascogne (ou un officier Normand) à la suite d'un duel, et la légende rapporte ses paroles ainsi : « Sache qu'une fille t'a surmonté à ta grande honte[6] ». Chargée de ce chef d'accusation, elle s'enfuit et se range sous la protection de l’amiral Jean d’Estrées, entrant ainsi dans l'armée de la Marine royale française.

Capitaine de frégateModifier

On lui confie alors le commandement d’une frégate du nom de La Madeleine (ou La Magdelaine), armée de 36 pièces de canon, devenant ainsi le Capitaine Louis Préville. Elle participe, toujours au côté de l'amiral d'Estrées qui commande l'escadre blanche sur le Saint-Philippe, à la guerre contre la Hollande. En 1672, à la bataille de Solebay, son vaisseau s'accroche au Denter, battant pavillon hollandais, l'obligeant à un corps à corps certain.

MortModifier

Au cours de la bataille de Schooneveld, elle fut gravement blessée au cours d’un abordage contre un vaisseau de l’escadre de l’amiral Michiel de Ruyter[7]. Elle mourra trois jours après, le 26 juin 1673 à Dunkerque.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Véronique Lopez, Femmes d'exception en Auvergne, Le Papillon rouge éditeur, (ISBN 978-2917875568)
  • Gérard A. Jaeger, Les Amazones des sept Mers, Éditions du Félin, (ISBN 978-2866455064)
  • Gérard Jaeger, Les femmes d'abordage, Néva éditions, (ISBN 978-2845360495)
  • Lucienne Mazanod et Ghislaine Schoeller, Dictionnaire des femmes célèbres de tous les temps et de tous les pays, Robert Laffont, (ISBN 978-2221052921)
  • Henri Dimpre, 57 aventures, voyages et combats sur mer, Paris, Gründ,
  • Jean Merrien, La mer aux dames, Robert Laffont,
  • Jules de Glouvet (ill. Jordic), Aventuriers célèbres, Paris, J. Beuzon, (lire en ligne), « La femme capitaine », p. 165-168
  • Arthur Dinaux, Archives historiques et litteraires du nord de la France et du Midi de la Belgique, Valenciennes, au bureau des archives, , « Une héroïne à Dunkerque », p. 216-217
  • Edouard Gouin, Le Dahlia : album littéraire, s.n., (lire en ligne), « Le capitaine Préville », p. 140-150
  • François de Rosset, Les histoires tragiques de notre temps..., M. Libéral, (lire en ligne), « Miraculeuse générosité d'une Demoiselle déguisée, arrivée le 23 Juin 1673 », p. 573-574

Articles connexesModifier

Liens externesModifier