Production (économie)

Quantité de biens ou de services produits pendant une période donnée, par une entreprise, une industrie ou un pays, qu'ils soient consommés ou utilisés pour une production ultérieure

La production, en économie, est la « quantité de biens ou de services produite dans une période de temps donnée, par une entreprise, une industrie ou un pays[1] », qu'ils soient consommés (biens et services finaux) ou utilisés dans le processus de production (consommations intermédiaires)[2]. Le principal agrégat pour mesurer la production est le produit intérieur brut (PIB). Le PIB est la somme des valeurs ajoutées brutes calculées au prix de marché, sur une période donnée (en général un an) et sur un territoire donné (en général un pays).

Le concept de la production nationale est essentiel dans le domaine de la macroéconomie. La richesse d'un pays se mesure à sa production, rapportée à sa population[3].

DéfinitionModifier

Une sortie est le résultat d'un processus économique qui a utilisé des intrants pour produire un produit ou un service, disponible pour la vente ou l'utilisation à un autre endroit donné.

La production nette, parfois appelé netput est une quantité dans le contexte de la production. Celle-ci est positive si la quantité est en sortie de processus de production, et négative si elle contribue au processus de production[4].

Différentes méthodes de mesure de sortie sont utilisés.

La mesure de la production nationaleModifier

Le PIB est la mesure la plus commune de la production nationale. Son avantage réside dans le fait qu'il se calcule par la somme des valeurs ajoutées brutes (production moins consommations intermédiaires), et non la somme de la production de chaque entité[5]. Le fait de ne tenir compte que des valeurs ajoutées permet de ne pas comptabiliser deux fois les consommations intermédiaires dans le calcul du PIB.

Ainsi, un bien produit par une entreprise A et vendu à une entreprise B, qui utilise ce bien dans son processus de production, n'est comptabilisé au titre du calcul du PIB que dans le calcul de la valeur ajoutée brute de l'entreprise A, et est soustrait de la production de l'entreprise B. Cet exemple montre bien que si le PIB sommait l'ensemble des productions des entités (et non leurs valeurs ajoutées brutes), la production de l'entreprise A aurait été additionnée à celle de l'entreprise B, et le PIB aurait tenu deux fois compte du bien intermédiaire produit par A et réutilisé par B.

Pour illustrer cela, nous pouvons prendre une couturière qui a acheté du matériel pour créer une robe, pour 500 roupies. Puis elle a cousu et mis la touche finale à la robe. Elle a ensuite vendu la robe pour 800 roupies (en sachant que ses coûts de finition pour la robe sont de 150 roupies). Nous pouvons alors dire qu'elle a ajouté 150 roupies de valeur à la robe, au lieu de dire qu'elle a produit 800 roupies de production. Ainsi, la valeur ajoutée est égale au prix de vente d'un bien ou d'un service, moins tous les coûts non liés à la main-d'œuvre utilisés pour le produire. 

Pour éviter le problème du sur-dénombrement, on peut également se concentrer entièrement sur les ventes finales, où, bien que non directement mais implicitement, toutes les étapes antérieures de la création de sortie sont prises en compte.

Même si les deux méthodes sont largement reconnues pour leur précision, la deuxième méthode est connue comme la méthode des dépenses et est largement plus utilisée, c'est une méthode standard de calcul du PIB dans la plupart des pays.

La logique derrière l'utilisation de la méthode des dépenses, est que si toutes les dépenses sur les produits finaux sont additionnés, la somme devrait totaliser la production totale parce que le bien produit est finalement produit sous une forme ou une autre.

Dans ces deux méthodes, il faut se méfier du fait que la consommation englobe toutes les dépenses des ménages, mais l'investissement des entreprises n'inclut pas toutes les dépenses des entreprises, parce que si c'était le cas cela se traduirait par un double comptage massive, qui seront traitées et revenues aux consommateurs. Par conséquent, l'investissement ne comprend que les dépenses de production qui ne devraient pas être épuisées à court terme.

Cette situation est également possible si les importations sont impliquées. Si un individu ou une entreprise étrangère achète un produit venant d'un autre pays, par exemple si une entreprise américaine achète un bien fabriqué au Cambodge, cette dépense ne peut pas être prise en compte dans les dépenses de consommation du PIB américain puisque la production achetée est étrangère. Pour corriger ce problème, les importations sont éliminées du PIB

Compte tenu de tout cela, nous voyons que Une troisième façon de calculer la production nationale est de se concentrer sur le revenu. Dans cette méthode, nous nous penchons sur le revenu qui est versé à des facteurs de production et de travail pour leurs services dans la production de sortie. Ceci est habituellement versé sous la forme de salaires et de traitements; il peut également être versé sous la forme de redevances, de loyers, de dividendes, etc. Parce que le revenu est un paiement de sortie, il est supposé que le revenu total devrait éventuellement être égal à la production totale[6].

Condition de sortieModifier

La condition de sortie pour les producteurs est le niveau de jeu de manière que les prix de chaque marchandise soient égaux au coût marginal de marchandises, c'est-à-dire,

MC1\MC2 = P1\P2

À partir de l'équation, nous pouvons voir que le ratio des coûts marginaux des biens finaux est égal au ratio de prix. On peut aussi déduire le rapport des coûts marginaux comme la pente de la  production–possibilité de frontière, qui donnerait le taux auquel la société pourrait transformer un bien en un autre.

Échange de sortie entre les nationsModifier

L'échange de sortie entre deux pays est un phénomène très fréquent, comme il y a toujours un commerce entre les différents pays du monde. Par exemple, le Japon peut faire du commerce électronique avec l'Allemagne pour leurs voitures. Si la valeur de transaction faite par les deux pays est égale à ce moment-là, alors leurs comptes commerciaux seraient équilibrés: les exportations seraient parfaitement égales aux importations dans les deux pays[7].

Les fluctuations de sortieModifier

En macroéconomie, la question de savoir pourquoi la production nationale fluctue est très critique. Et même si aucune réponse n'a été trouvée, il y a certains facteurs sur lesquels les économistes s'entendent pour faire monter et descendre la production. Si l'on prend en compte la croissance, la plupart des économistes s'accordent sur le fait qu'il existe trois sources fondamentales de croissance économique telles que l'augmentation de la main-d'œuvre, l'augmentation du capital et l'augmentation de l'efficacité des facteurs de production. Tout comme l'augmentation des apports des facteurs de production peut entraîner une augmentation de la production, et tout ce qui entraîne une baisse de la main-d'œuvre, du capital ou de l'efficience entraînera une baisse de la production ou au moins une baisse de son taux de croissance.

Notes et référencesModifier

  1. Alan Deardorff, in Deardorff asspoo's Glossary of International Economics.
  2. Paul A. Samuelson and William D. Nordhaus, Economics (en), 18e éd, Glossary of Terms, 2004
  3. H.L Ahuja, Macro-development economics: an analytical approach, 1978.
  4. « Output (economics) », TheFreeDictionary.com (consulté le )
  5. (en-US) « What's the difference between Economic Output and GDP? - Impact DataSource », Impact DataSource,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. David A. Moss, A Concise Guide To Macroeconomics What Managers, Executives, and Students Need to Know, 2007., Output
  7. A Concise Guide To Macro Economics What Managers, Executives, and Students Need to Know, United States Of America, Harvard Business Press, 2007., , 189 p. (ISBN 9781422101797)

Liens externesModifier