Prochaine élection présidentielle tchadienne

élection du président de la République du Tchad

Prochaine élection présidentielle tchadienne
Voir et modifier les données sur Wikidata
Président de la République
Sortant
Mahamat Idriss Déby
Intérim

La prochaine élection présidentielle tchadienne devrait avoir lieu à une date encore indéterminée afin d'élire le président de la république du Tchad.

Le scrutin a lieu de manière anticipée à la suite du décès en avril 2021 du président Idriss Déby lors d'une offensive des rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad, quelques jours après sa réélection pour un sixième mandat.

ContexteModifier

Le président Idriss Déby, mort en fonction, et son fils et remplaçant par intérim Mahamat Idriss Déby

Arrivé au pouvoir par la force militaire en 1990 avant d'être élu président à cinq reprises, Idriss Déby remporte l'élection présidentielle d'avril 2021, après avoir fait modifier la constitution en 2018 afin de passer outre la limite du nombre de mandats présidentiels tout en allongeant sa durée de cinq à six ans.[1],[2]. En , il obtient d'être nommé Maréchal par l'assemblée après une offensive victorieuse en avril contre des djihadistes[3]. Sa réélection pour un sixième mandat intervient dès le premier tour, avec 79,32 % des voix face à six candidats « sans poids politique », accusés d’être de simples « faire-valoir »[4].

Idriss Déby est toutefois tué le 20 avril au cours d'une visite sur le front opposant l'armée tchadienne aux rebelles du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad. Un régime militaire de transition est instauré, mené par son fils, le général Mahamat Déby[5],[6],[7].

L'armée annonce le 20 avril même la dissolution de l'Assemblée nationale et du gouvernement, puis décrète la fermeture des frontières et l'instauration d'un couvre feu. Le conseil annonce prendre le pouvoir pour une durée transitoire de dix huit mois, à l'issue de laquelle la nouvelle élection présidentielle ainsi que les législatives reportées depuis 2015 doivent être organisées, soit vers [8].

L'accord de paix de Doha signé avec les mouvements rebelles le 8 août 2022 instaure la mise en place du « Dialogue national inclusif et souverain », un ensemble de commissions composées de près de 1400 représentants chargés de s'accorder sur plusieurs lignes politiques portant notamment sur la paix et la réconciliation nationale, la forme de l’État, la future Constitution, les réformes institutionnelles, le processus électoral et les droits et libertés fondamentales[9]. Plusieurs partis dont la principale coalition de l’opposition, Wakit Tama, décident cependant de boycotter le Dialogue national, ouvert du 20 août au 30 septembre 2022. Ils accusent en effet la junte et les personnalités proches d'elle de procéder à un « monologue ». En retour, la junte procède à une répression politique brutale, la police et l'armée ceinturant courant septembre les quartiers de la capitale afin de disperser les tentatives de manifestations[10]. En parallèle, Mahamat Déby met en avant une prolongation de la transition de dix huit mois supplémentaires, avant de revenir sur sa promesse de ne pas se présenter à la future élection présidentielle[11].

Système électoralModifier

Le Président de la République du Tchad est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de six ans renouvelable une seule fois. Est élu le candidat ayant recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour. À défaut, un second tour est organisé le deuxième dimanche suivant entre les deux candidats arrivés en tête au premier, et celui recueillant le plus de voix est déclaré élu[12].

Notes et référencesModifier

  1. « Le Tchad adopte une nouvelle Constitution renforçant les pouvoirs du président », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  2. https://www.facebook.com/FRANCE24, « Le Tchad se dote d'une nouvelle Constitution qui renforce le régime présidentiel », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  3. « Idriss Deby devient le premier maréchal du Tchad », sur Franceinfo, (consulté le ).
  4. « Au Tchad, réélection sans surprise pour un sixième mandat du président Idriss Déby », Le Monde, 20 avril 2021
  5. « Idriss Déby, président du Tchad, est mort des suites de blessures reçues « sur le champ de bataille » ce week-end », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  6. « Tchad : le président Idriss Déby mortellement blessé sur un théâtre de combat, l’armée prend le pouvoir », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  7. Le Point, magazine, « Tchad: Déby tué au combat, son fils nouvel homme fort à la tête d'un conseil militaire », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  8. « Tchad : tout juste réélu, le président Idriss Déby tué au combat », sur Libération, Libération (consulté le ).
  9. « Tchad: les participants au dialogue national inclusif et souverain s’apprêtent à entamer les débats », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  10. « Au Tchad, le dialogue national à nouveau suspendu après trois jours de répression de manifestations », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  11. « Au Tchad, la laborieuse mise en place du « dialogue national » », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  12. « Constitution de 2018, amendée en 2020 », sur www.letchadanthropus-tribune.com (consulté le ).