Ouvrir le menu principal

Procédure de destitution de Donald Trump

Destitution du président des États-Unis
Donald Trump en 2017.

La procédure de destitution de Donald Trump, 45e président des États-Unis, est le processus législatif lancé par des législateurs et des opposants au président américain républicain qui font valoir, dès le début de son mandat, en 2017, qu’il se serait livré à des activités passibles de destitution (impeachment), notamment à la suite de l’affaire du Russiagate. Les démocrates se montrent d’abord assez réticents à déclencher une telle procédure, mais le font finalement en , dans le cadre d’une controverse avec l’Ukraine.

HistoriqueModifier

Les premières demandes pour destituer Donald Trump se concrétisent en , du fait du soutien de certains membres républicains du Congrès à cette idée. Elles se fondent sur des accusations d'ingérences russes et de soupçons de collusion entre le candidat Donald Trump et les services secrets russes lors de la campagne présidentielle de 2016 aux États-Unis[1],[2].

Le , la controverse concernant Donald Trump et l'Ukraine conduit Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, initialement réticente à cette idée à l’approche de l’élection présidentielle de 2020, à accepter le déclenchement de la procédure de destitution[3]. Le , la Chambre des représentants décide de formaliser l'enquête et le caractère public des auditions[4].

Après les deux premières auditions publiques, qui ont lieu le , John Dean, qui est l’un des personnages importants du scandale du Watergate, ayant provoqué en 1974 la démission de Richard Nixon, explique à CNN que « ce qui [l]'a frappé en écoutant ces deux témoins, c'est qu'ils ont déjà plus que ce qu'ils avaient contre Richard Nixon pour le destituer »[5].

Le , Nancy Pelosi annonce avoir demandé au président de la commission judiciaire de rédiger l'acte d'accusation à l'encontre du président Donald Trump, afin qu’il soit ensuite voté à la majorité simple. Ce vote, s'il est contre Donald Trump, verra le président des États-Unis envoyé devant le Sénat pour un procès politique[6].

Opinion publiqueModifier

De nombreux sondages concernant la destitution sont effectués, les médias jugeant que l'opinion publique peut avoir un impact indirect sur la procédure de destitution[7],[8]. Par exemple, une enquête conduite pour CNN en indique que 36 % des Américains souhaitent la destitution de Donald Trump[9]. À la fin septembre, dans le cadre de la controverse impliquant l’Ukraine, deux sondages (Morning Consult et NPR/PBS/NewsHour/Marista) font état d’un nombre quasi identique de sondés approuvant et désapprouvant l’idée d'une procédure de destitution[10],[11]. En , selon un sondage publié par Fox News, 51 % des Américains sont favorables à cette destitution, contre 42 % selon un sondage du même type réalisé en juillet[12],[13].

Succession potentielleModifier

Si Donald Trump était empêché de gouverner, les personnes appelées à le remplacer dans l'ordre de succession présidentielle seraient le vice-président, actuellement Mike Pence, puis la présidente de la Chambre des représentants, actuellement Nancy Pelosi, puis le président pro tempore du Sénat, actuellement Chuck Grassley. Les réticences initiales des démocrates à lancer la procédure seraient notamment dues au fait qu'ils ne sont guère enthousiasmés par Mike Pence, plus conservateur que Donald Trump[14],[15].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Elizabeth Drew, « Trump : The Presidency in Peril », sur The New York Review of Books (consulté le 28 mai 2017).
  2. « Qui va décider de l'éventuel “impeachment” de Donald Trump ? », 20 minutes, (consulté le 20 mai 2017).
  3. « Nancy Pelosi, lanceuse malgré elle de la procédure de destitution de Trump », sur L'Obs, (consulté le 25 septembre 2019).
  4. « Destitution de Trump : un premier vote pour des auditions publiques », sur L'Express, (consulté le 1er novembre 2019).
  5. Marie Rigot, « Destitution de Trump : “Ils ont déjà plus contre lui que ce qu’ils avaient contre Nixon” », sur La Libre Belgique, (consulté le 15 novembre 2019).
  6. « Destitution de Donald Trump : les démocrates demandent formellement que soit rédigé l’acte d’accusation », sur Le Monde, (consulté le 5 décembre 2019).
  7. (en) « How unpopular is Donald Trump ? », sur FiveThirtyEight (consulté le 16 juin 2017).
  8. (en) « CEOs to Trump : You're failing », sur CNNMoney.com, (consulté le 16 juin 2017).
  9. « Enquête russe : ce qui va changer pour Donald Trump », sur Le Figaro, (consulté le 25 septembre 2019).
  10. (en-US) « Voter Support for Impeachment Grows Amid Ukraine Scandal », sur Morning Consult, (consulté le 6 octobre 2019).
  11. (en) « Poll : Americans Split on House Impeachment Inquiry », sur National Public Radio, (consulté le 6 octobre 2019).
  12. « 51 % des Américains souhaitent la destitution de Trump », sur L'Écho, (consulté le 12 octobre 2019).
  13. « Sondage Fox News inquiétant pour Trump », sur Le Quotidien, (consulté le 12 octobre 2019).
  14. « Qui est vraiment Mike Pence, l'homme qui pourrait remplacer Trump s'il était destitué ? », sur Les Inrocks, .
  15. « Sexiste, homophobe… Et si le vice-président Mike Pence était pire que Trump ? », sur Marianne, .

Articles connexesModifier