Problème de Napoléon

En géométrie plane, le problème de Napoléon consiste à construire au compas seul le centre d'un cercle donné. On attribue souvent ce problème et sa démonstration à Napoléon Ier, mais il n'est pas sûr que cette démonstration soit de lui. Certes, il est connu pour son goût pour les mathématiques et sa formation d'artilleur lui permet d'en maîtriser les rouages. Cependant, à la même époque, l'Italien Lorenzo Mascheroni publie sa Géométrie du compas, ouvrage dans lequel il étudie justement les constructions au compas seul. Mais au livre dixième, chapitré « des centres », seul le problème 143, qui explique et démontre comment trouver le centre d'un cercle donné, traite la question, et ce de façon très différente de celle dite de Napoléon exposée ici.

Figure 1 : construction (voir commentaires en section « Construction » de cet article)

ConstructionModifier

Soit le cercle   dont on veut déterminer le centre (cercle entier noir sur la figure 1). Soit un point A de ce cercle   (en bas du cercle noir sur la figure 1).

Un cercle   centré en A rencontre ce cercle   en B et B' (arc de cercle en rouge sur la figure 1).

Deux cercles   centrés en B et B' et passant par A se rencontrent au point C (deux arcs de cercles verticaux en vert sur la figure 1).

Un cercle   centré sur C et passant par A rencontre   en D et D' (grand arc de cercle en magenta foncé en bas de la figure 1).

Deux cercles   centrés en D et D' et passant par A se rencontrent au centre de   (deux arcs de cercle verticaux en bleu sur la figure 1).

Remarque : Il est nécessaire, pour que la construction soit réalisable, de prendre pour le rayon du cercle  , une quantité ni trop grande, ni trop petite. Plus précisément, il faut que ce rayon soit compris entre la moitié et le double du rayon du cercle  .

DémonstrationsModifier

À l'aide des propriétés du triangle rectangleModifier

 
Figure 2 : démonstration (voir textes en section « Démonstrations » de cet article)

Le principe de la démonstration est la possibilité de construire, au compas seul, la longueur   si les longueurs   et   sont connues (notations de la figure 2). La démonstration s'appuie sur les propriétés du triangle rectangle.

Dans la figure2 ci-jointe, le triangle   est rectangle en   ;   est le pied de sa hauteur issue de  , on peut donc écrire l'égalité suivante :

 

Donc :

  et  



Or, dans la construction précédente (figure 1), on retrouve deux fois une configuration de ce type :

  • les points  ,   et   sont sur le cercle de centre   et de rayon  , les distances  ,  ,   et   valent  , donc :
 
  • les points  ,   et   (pas dessinés) sont sur le cercle de centre   et de rayon  , les distances  ,  ,   et   valent  , donc :
 

.

Le point   est donc bien le centre   du cercle passant par  ,   et   CQFD

À l'aide d'une inversionModifier

Les médiatrices des segments   et  , dont les extrémités sont des points du cercle  , se coupent en   centre recherché de ce cercle. Dans l'inversion de centre   qui laisse le cercle   inchangé ces médiatrices sont les inverses des deux cercles[1]  . Le point   est donc l'inverse du point  . Les médiatrices des segments   et  , dont les extrémités sont des points du cercle  , se coupent au centre   de ce cercle. Dans la même inversion, les cercles   dont les centres sont sur le cercle   sont les inverses de ces deux médiatrices[1]. Ils se coupent donc en  .

Notes et référencesModifier

  1. a et b car dans l'inversion de centre   et de rapport  , la médiatrice du segment   et le cercle de centre   passant par   sont inverses l'un de l'autre.

Voir aussiModifier