Ouvrir le menu principal

Prix de la Capitale verte de l’Europe

Prix de la Capitale verte de l’Europe
Image associée à la récompense

Nom original European Green Capital Award
Organisateur Commission européenne
Pays Drapeau de l’Union européenne Union européenne
Date de création 2006
Dernier récipiendaire Drapeau de la Norvège Oslo
Site officiel http://ec.europa.eu/

Le Prix de la Capitale verte de l’Europe est lancé en et depuis 2010, chaque année une ville européenne[1] est désignée par la Commission européenne, capitale verte de l'Europe de l'année. Ce programme encourage les villes à prendre en compte l’environnement dans leurs aménagements urbains[2].

Le concept du prix est créé lors d’une réunion à Tallinn, en Estonie, le , à l’initiative de Jüri Ratas, ancien maire de la ville. À cette occasion, quinze villes européennes et l’Association des villes estoniennes ont signé un protocole d’accord commun sur la création du prix.

Sommaire

CritèresModifier

Le prix est décerné chaque année à une ville qui :

  • montre sa capacité à atteindre des objectifs environnementaux élevés
  • s'engage dans des objectifs permanents et ambitieux pour améliorer l'environnement et le développement durable
  • peut agir comme un modèle pour inspirer d'autres villes et promouvoir les meilleures pratiques environnementales

Concrètement, les candidats sont évalués sur la base de douze indicateurs : la contribution locale à la lutte contre le changement climatique planétaire, les transports, les espaces verts urbains, le bruit, la production et la gestion des déchets, la nature et la biodiversité, l’air, la consommation d’eau, le traitement des eaux usées, l'éco-innovation et l’emploi durable, la gestion de l’environnement par les pouvoirs locaux et la performance énergétique.

Capitales choisiesModifier

 
Stockholm, première ville à obtenir le prix en 2010.
 
Prix de la Capitale verte de l’Europe exposé à Ljubljana en 2016.

Depuis 2010, les villes suivantes ont été choisies :

  • 2010 :   Stockholm
  • 2011 :   Hambourg
  • 2012 :   Vitoria-Gasteiz, en particulier pour l'anneau vert de 613 hectares, un réseau en anneau de parcs et d'espaces verts qui entourent la ville en totalité, afin de relier la ville avec l'espace rural[3].
  • 2013 :   Nantes, notamment pour sa politique de déplacement urbains privilégiant les transports en commun et les circulations douces, en particulier les deux-roues[4].
  • 2014 :   Copenhague
  • 2015 :   Bristol - Le prix récompense les efforts de la ville en matière de politique de renouvellement urbain, de transports et d'efficacité énergétique[5].
  • 2016 :   Ljubljana - Pour « les avancées en matière de prise de conscience environnementale parmi ses habitants, la mise en œuvre d'une stratégie intégrée de développement durable, intitulée Vision 2025, l'implémentation de nombreuses mesures vertes urbaines au cours des dix dernières années, et la mise en place d'un impressionnant réseau de transport public »[6].
  • 2017 :   Essen - La ville est choisie pour ses efforts de reconversion environnementale et économie : « Essen a utilisé les leçons de son passé industriel pour construire un avenir respectueux de l'environnement »[7].
  • 2018 :   Nimègue - Un objectif clé de la campagne de Nimègue est d'« impliquer les citoyens et les entrepreneurs autant que possible afin de devenir une ville saine et prospère, Nimègue vise à devenir énergétiquement autosuffisante en 2045 »[8].
  • 2019 :   Oslo - La ville est choisie pour son approche globale du développement durable incluant la biodiversité, les transports en commun, la cohésion sociale, la santé publique et l'implication citoyenne.

Notes et référencesModifier

  1. Toutes les villes de plus de 200 000 habitants des pays membres de l'Union européenne, celles des pays candidats, ainsi que de l'AELE.
  2. « The finalists and winners of the European Green Capital Award provide us with valuable real-life examples of how respect for the environment, excellent quality of life and economic growth can all be successfully combined »

    — Janez Potočnik

    .
  3. (en) « European Green Capital 2012 », sur ec.europa.eu (consulté le 2 avril 2019)
  4. (en) « European Green Capital 2013 », sur ec.europa.eu (consulté le 2 avril 2019)
  5. Sophie Landrin, « Bristol, nouvelle capitale verte de l'Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « Ljubljana, capitale Verte de l'Europe 2016 », sur Site touristique officiel de Ljubljana et la région de Slovénie centrale (consulté le 29 février 2016).
  7. (en) « 2017 EGCA Shortlist », sur Site de la Commission européenne sur le prix de la Capitale verte de l’Europe (consulté le 29 février 2016).
  8. « European Green Capital 2018 », sur le site de la Commission européenne (consulté le 21 août 2016).

ComplémentsModifier