Ouvrir le menu principal

Prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix

distinction dans le domaine de la paix

Prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix
Image associée à la récompense
La fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, à Yamoussoukro.

Prix remis Médaille
Description Prix honorant les personnes vivantes ou organismes en activité ayant contribué à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix.
Organisateur UNESCO
Pays Drapeau des Nations unies Nations unies
Date de création 1989
Dernier récipiendaire François Hollande
Site officiel http://www.unesco.org/new/fr/houphouet-boigny-peace-prize/

Le prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix a été institué par l'UNESCO[1] en 1989 pour

« honorer les personnes vivantes, institutions ou organismes publics ou privés en activité ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la Charte des Nations unies et de l’Acte constitutif de l’UNESCO. »

Le prix porte le nom de Félix Houphouët-Boigny, le premier président de la République de Côte d'Ivoire. Attribué chaque année, le prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix comprend un chèque de 122 000 euros à répartir au besoin entre les récipiendaires, une médaille d’or et un diplôme. Il est décerné par un jury international composé de onze personnalités originaires des cinq continents et présidé par Henry Kissinger, ancien secrétaire d’État américain[2].

Sommaire

LauréatsModifier

Date Lauréat(s) Nationalité
1991 Nelson Mandela, président de l'African National Congress (Congrès national africain)
Frederik Willem de Klerk, président de la République d'Afrique du Sud
  Afrique du Sud
1992 Académie de droit international de La Haye   Pays-Bas
1993 Yitzhak Rabin, premier ministre de l'État d'Israël
Shimon Peres, ministre des Affaires étrangères de l'État d'Israël
Yasser Arafat, président de l’Autorité nationale palestinienne
  Israël
  Israël
  Palestine
1994 Juan Carlos I, roi d’Espagne
Jimmy Carter, ancien président des États-Unis
  Espagne
  États-Unis
1995 Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés
Sadako Ogata, haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés
  ONU
  Japon
1996 Álvaro Enrique Arzú Irigoyen, Président de la République du Guatemala
Rolando Morán (de son vrai nom Ricardo Arnoldo Ramírez de León), représentant de l’Unité révolutionnaire nationale guatémaltèque (URNG)
  Guatemala
1997 Fidel V. Ramos, président de la République des Philippines
Nur Misuari, président du Front de libération nationale moro (MNLF)
  Philippines
1998 Sheikh Hasina, Premier ministre de la République populaire du Bangladesh
George J. Mitchell, sénateur américain, ancien conseiller spécial du président des États-Unis pour les Affaires irlandaises
  Bangladesh
  États-Unis
1999 Communauté de Sant'Egidio   Italie
2000 Mary Robinson, Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme   Irlande
2001 Prix non attribué
2002 Kay Rala Xanana Gusmão, président de la République démocratique du Timor oriental   Timor oriental
2003 Cardinal Roger Etchegaray, président émérite du Conseil pontifical Justice et Paix
Mustafa Cerić, grand mufti de Bosnie
  France
  Bosnie-Herzégovine
2004 Prix non attribué
2005 Abdoulaye Wade, président de la République du Sénégal   Sénégal
2006 Prix non attribué
2007 Martti Ahtisaari, ancien président de Finlande, diplomate et médiateur des Nations unies   Finlande
2008 Luiz Inácio Lula da Silva, président de la République fédérative du Brésil   Brésil
2010 L'association des Grands-mères de la place de Mai   Argentine
2013 François Hollande, président de la République française[3],[4]   France
2017 Giuseppina Nicolini, maire de la ville de Lampedusa (Italie)
SOS Méditerranée, association européenne de sauvetage en mer
  Italie
  Europe

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier