Prix Constant-Dauguet

Le prix Constant Dauguet est un ancien prix annuel de philosophie, créé en 1936 par l'Académie française et « décerné à l’auteur du meilleur ouvrage de morale, surtout au point de vue catholique ».

LauréatsModifier

  • 1939 :
    • Chanoine Adrien Garnier pour La femme dans le laïcat
    • Marcel Légaut pour La condition chrétienne, Prières d’un croyant et La communauté humaine
  • 1940 : Marguerite Aron pour Les Ursulines
  • 1941 : Jean Daujat pour La Vie surnaturelle
  • 1942 : Michel Leherpeur pour Monsieur Paris
  • 1943 : Nazaire Faivre pour Jésus, Lumière, Amour. La Passion
  • 1944 :
    • Abbé Léon Canuet pour La Bonne Mère Placide
    • Jean de Longny pour À l'ombre des grands ordres
  • 1945 : Abbé Jules Mons pour Si le monde veut revivre
  • 1946 : Renée Zeller pour L’homme qui a connu le Christ
  • 1947 : R.P. Georges Guitton pour Le bienheureux Claude la Colombière
  • 1948 : Marguerite Savigny-Vesco pour L'amour et l'amitié chez les saints
  • 1949 : Jean Guitton pour Difficultés de croire
  • 1950 : Geneviève Duhamelet pour Mademoiselle d’Airoles
  • 1951 : Guy Chastel pour Sainte Jeanne de France
  • 1952 :
    • Abbé Victor Lemaitre pour Qu’est-ce que le Pape ?
    • Léon Moreel pour Le R.P. Frédéric Janssoone
    • Maria Winowska pour Le fou de Notre-Dame
  • 1957 : R.P. Gaston Brillet pour Un chef d’église, Saint-Paul
  • 1960 : Marie-Paule Vinay pour Traité d’hygiène mentale
  • 1961 :
  • 1962 :
    • Paul Adour pour Marie de l’Incarnation
    • Geneviève Dévignes pour Florilège de Notre-Dame de l’Épine
  • 1963 : Étienne Borne pour Passion de la vérité
  • 1964 : Michel de Kerdreux pour Dans l’intimité d’un grand pape, Pie XI
  • 1965 : René Fourrey pour Le curé d’Ars authentique
  • 1967 :
    • Chanoine François Gaquère pour Le dialogue irénique Bossuet-Leibniz
    • Luce Laurand pour Une semence de chrétiens en terre africaine
  • 1968 : Michel de Certeau pour Correspondance de Jean-Joseph Surin
  • 1969 : Abbé Raymond Chabirand pour Amanlis, histoire d’une paroisse rurale
  • 1971 :
    • François d'Hautefeuille pour Le tourment de Simone Weil
    • Jean Tourniac pour Symbolisme maçonnique et tradition chrétienne
  • 1972 :
    • Émile Callot pour La philosophie biologique de Goethe
    • Gérard de Izarra pour Regards sur le monde
  • 1973 : Michel Riquet pour Chrétiens de France dans l’Europe enchaînée
  • 1974 : Gabriel-Marie Garrone pour Pour vous, qui suis-je ?
  • 1976 : Nicole Belmont pour Arnold Van Gennep, créateur de l’ethnographie française
  • 1978 :
    • Jacqueline Marie de Chevron Villette pour Le mal d’isolement
    • André Merlaud pour La douceur victorieuse, Placide Viel
  • 1984 :
    • Jean Chélini pour L’Église sous Pie XII. La tourmente 1939-1945
    • R.P. Jean Vinatier pour Le cardinal Suhard, l’évêque du renouveau missionnaire (1874-1949)
  • 1985 : Charles Méla pour La Reine et le Graal
  • 1987 : Michel Lelong pour Si Dieu l’avait voulu...
  • 1988 : Bernard Hours pour Madame Louise, Princesse au Carmel

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier