Ouvrir le menu principal

Prix Bédéis causa

Prix de bande dessinée

prix Bédéis causa
Image associée à la récompense
Lauréats des Bédéis causa 2018

Prix remis Grand Prix de la Ville de Québec
Prix Réal-Fillion
Prix Albéric-Bourgeois
Prix Albert-Chartier
Prix Maurice-Petitdidier
Prix Traduction
Prix Jacques-Hurtubise
Prix Yvette-Lapointe
Description Récompensent l’excellence et la vitalité de la bande dessinée québécoise
Organisateur Festival de la bande dessinée francophone de Québec
Pays Québec (Canada)
Date de création 1988
Site officiel fbdfq.com

Les prix Bédéis causa sont des récompenses littéraires créées en 1988 et visant à souligner l’excellence et la vitalité de la bande dessinée québécoise.

Sommaire

HistoriqueModifier

Remis dans le cadre du Festival de la bande dessinée francophone de Québec (FBDFQ) depuis ses débuts en 1988, ces prix ont connu des identités variables pendant de nombreuses années, et bien que chaque année certains d'entre eux récompensaient des auteurs québécois, la majeure partie prenait davantage la forme de remerciements symboliques offerts aux auteurs franco-belges invités par le Festival. Cependant, après une réforme en 2007, la formule s'est resserrée et stabilisée, et, depuis, ce sont les cinq mêmes prix qui sont attribués, dont quatre visant la bande dessinée québécoise.

Grand Prix de la Ville de QuébecModifier

Ce prix est décerné au meilleur album de langue française publié au Québec. Son appellation varie : prix [BD/album] québécois(e) (de l’année) de 1989 à 2001, il est brièvement appelé prix Réal-Fillion de la meilleure BD québécoise (2002-2003), puis rebaptisé prix de la meilleure BD québécoise en 2004, avant de prendre sa présente appellation en 2005.

Lauréats
 
Siris, lauréat du Grand Prix de la Ville de Québec 2018
  • 1989 : Une aventure de John et Jim : Les Momie’s de Rémy Simard et Philippe Chauveau, Kami-case
  • 1990 : La Grande Aventure d’Alphonse Desjardins de Pierre Larouche (Prouche), Desjardins
  • 1991 : Baptiste le clochard d'André-Philippe Côté, Falardeau
  • 1992 : Une grande aventure du petit peuple, t.1 : Le Parchemin perdu d'Al Daniel, Promega
  • 1993 : Magazine Zeppelin de Pierre Drysdale, Danny Gagnon et Michel Giguère, Hélium Z
  • 1994 : Le Monde du spectacle de Mario Malouin, 7 jours
  • 1995 : Les Aventures de Pete Kevlar, t.1 : Costa-Barta 1947 de Marco Ménard (Makoello) et Jean-Louis Roy, Floro
  • 1996 : Ariane et Nicolas, t.2 : Le Rêve du capitaine de Paul Roux, Mille-Îles
  • 1997 : Bibop, t.1 : Et que ça saute ! de Raymond Parent, Mille-Îles
  • 1998 : Béatrice l'aubergiste à la coccinelle d'or de Marco Ménard (Makoello) et Richard Houde, Mille-Îles
  • 1999 : Victor et Rivière d'André-Philippe Côté, Soulières
  • 2000 : Le Naufragé de Mémoria, t.1 : Scaphandre 8 de Jean-Paul Eid et Claude Paiement, Mille-Îles
  • 2001 : Moréa, t.1 : Le sang des anges de Thierry Labrosse, Soleil
  • 2002 : La Mare au diable de VoRo, Mille-Îles
  • 2003 : Paul a un travail d'été de Michel Rabagliati, La Pastèque
  • 2004 : Le Naufragé de Mémoria, t.2 : L'Abîme de Jean-Paul Eid et Claude Paiement, Les 400 coups
  • 2005 : Paul en appartement de Michel Rabagliati, La Pastèque
  • 2006 : Morlac de Leif Tande, La Pastèque
  • 2007 : Paul à la pêche de Michel Rabagliati, La Pastèque
  • 2008 : Kaspar de Diane Obomsawin, L'Oie de Cravan
  • 2009 : Burquette de Francis Desharnais, Les 400 coups
  • 2010 : Paul à Québec de Michel Rabagliati, La Pastèque
  • 2011 : Apnée de Zviane, Pow Pow
  • 2012 : Jérôme Bigras, t.3 : Le Fond du trou de Jean-Paul Eid, La Pastèque
  • 2013 : French Kiss 1986 de Michel Falardeau, Glénat Québec
  • 2014 : Les Deuxièmes de Zviane, Pow pow[1]
  • 2015 : Promise, t.2 : L'Homme-Souffrance de Mikaël (dessin) et Thierry Lamy (scénario), Glénat Québec[2]
  • 2016 : Promise, t.3 : Incubus de Mikaël (dessin) et Thierry Lamy (scénario), Glénat Québec[3]
  • 2017 : La Femme aux cartes postales de Jean-Paul Eid (scénario et dessin) et Claude Paiement (scénario), La Pastèque
  • 2018 : Vogue la valise de Siris, La Pastèque [4]
  • 2019 : La petite Russie de Francis Desharnais, Pow Pow[5]

Prix Réal-FillionModifier

Nommé en l'honneur du cofondateur du Festival, ce prix est remis à l'auteur québécois (scénariste ou dessinateur) s’étant le plus illustré avec son premier album professionnel. Il a été attribué sous l'appellation prix (de l') espoir (québécois) de 1988 à 2004 (sauf en 1989, 1991 et 2002, et bien qu'il ne fut pas à l'époque strictement attribué lors d'un premier album), avant de prendre sa présente appellation en 2005.

Lauréats
 
Thom, lauréat du Prix Réal-Fillion 2018
  • 1988 : Pierre Larouche (Prouche) pour Électrozz et Bozz, Cœur de pomme
  • 1989 : non attribué
  • 1990 : Paul Roux pour Missionnaire en Nouvelle-France (scénario de Gilles Drolet), Anne Sigier
  • 1991 : non attribué
  • 1992 : Marco Ménard (Makoello) pour Pete Kevlar (scénario de Richard Houde)
  • 1993 : Jean-Philippe Morin pour Barnabé
  • 1994 : Éric Valois pour Angel : Confessions magnétiques, Zone convective
  • 1995 : Line Arsenault pour La Vie qu'on mène, t.2 : C'est à quel âge, la vie ?, Mille-Îles
  • 1996 : Yves Rodier
  • 1997 : Marc Auger pour Le Galion des Mistigris, Falardeau
  • 1998 : Bruno et Gilles Laporte pour Rupert K., t.1, Mille-Îles
  • 1999 : Daniel Shelton pour Ben, t.1, Mille-Îles
  • 2000 : Michel Rabagliati pour Paul à la campagne, La Pastèque
  • 2001 : Leif Tande pour Villégiature, Zone convective
  • 2002 : Prix non attribué
  • 2003 : François Lapierre pour Sagah-Nah, t.1 : Celui qui parle aux fantômes, Soleil
  • 2004 : François Miville-Deschênes pour Millénaire, t.1 : Les Chiens de Dieu (scénario de Richard D. Nolane), Les Humanoïdes Associés
  • 2005 : Jimmy Beaulieu pour Le Moral des troupes, Mécanique générale
  • 2006 : Jacques Lamontagne pour Les Druides, t.1 : Le Mystère des Oghams (scénario de Jean-Luc Istin), Soleil
  • 2007 : Pascal Girard pour Dans un cruchon et Nicolas, Mécanique générale
  • 2008 : Pierre Bouchard pour L'Île-aux-Ours, Mécanique générale
  • 2009 : Francis Desharnais pour Burquette, Les 400 coups
  • 2010 : Jean-Sébastien Bérubé pour Radisson, t.1 : Fils d’Iroquois, Glénat Québec
  • 2011 : Émilie Villeneuve et Julie Rocheleau pour La Fille invisible, Glénat Québec
  • 2012 : Fred Jourdain pour Le Dragon bleu, Alto
  • 2013 : Isabelle Arsenault et Fanny Britt pour Jane, le renard et moi, La Pastèque
  • 2014 : Fabien Dreuil, Xavier Hardy, Simon Leclerc et Anouk Pérusse-Bell, pour Nevada, t.1, Glénat Québec[1]
  • 2015 : Blonk, pour 23 h 72, Pow pow[2]
  • 2016 : Mat Ordog, pour Les Pieds palmés, t.1 : Les Terres arides, Michel Quintin[3]
  • 2017 : Mélodie Vachon Boucher pour Les Trois Carrés de chocolat, Mécanique générale
  • 2018 : Thom pour son album VII, Pow Pow[6]
  • 2019 : Jean-François Laliberté et Sacha Lefebvre pour le premier tome de la série U-Merlin, Michel Quintin[5]

Prix Albéric-BourgeoisModifier

Nommé en l'honneur d'Albéric Bourgeois, un des pionniers de la bande dessinée québécoise, ce prix est attribué au meilleur album de langue française publié à l’étranger par un auteur québécois, dessinateur ou scénariste. Il est attribué depuis 2007.

Lauréats
 
Julie Rocheleau, lauréate du Prix Albéric-Bourgeois 2018

Prix Albert-ChartierModifier

Nommé en l'honneur d'Albert Chartier, un autre grand pionnier de la bande dessinée québécoise, ce prix est offert en hommage à l’apport important d'un individu ou d'une institution au milieu de la bande dessinée québécoise. Attribué sous cette dénomination depuis 2006, il a auparavant été remis irrégulièrement sous le nom de prix Reconnaissance ou prix Honoris causa (lorsque remis à un auteur québécois). Curieusement, le Prix Albert-Chartier a d'abord été remis à des auteurs franco-belges pour souligner l'ensemble de leur œuvre (Jean Roba en 2004, Régis Loisel en 2005).

Lauréats
 
Henriette Valium, lauréat du Prix Albert-Chartier 2018
  • 1993 : Jean-Pierre Rolland de la délégation Wallonie-Bruxelles
  • 1994 : le professeur et spécialiste Richard Langlois[8]
  • 1996 : Sylvain Bolduc, éditeur de Safarir
  • 1997 : Réal Filion, cofondateur du Festival
  • 1998 : Jacques Lajeunesse du Journal de Québec
  • 1999 : Albert Chartier
  • 2000 : Maurice Petitdidier
  • 2006 : Les éditions de la Pastèque
  • 2007 : L'équipe du magazine Les Débrouillards
  • 2008 : la maison d’édition Mécanique générale
  • 2009 : le magazine CROC
  • 2010 : l’École multidisciplinaire de l’image de l’Université du Québec en Outaouais
  • 2011 : le professeur et spécialiste Jacques Samson
  • 2012 : le magazine Safarir
  • 2013 : Tristan Demers
  • 2014 : Michel Rabagliati[1]
  • 2015 : la maison d’édition Drawn and Quarterly[2]
  • 2016 : le collectif Chiendent. Composé du poète Claude Haeffely et des illustrateurs Marc-Antoine Nadeau, André Montpetit et Michel Fortier, Chiendent a contribué, à la fin des années 1960, à une renaissance pour la production nationale du 9e art au Québec.[3]
  • 2017 : Yvette Lapointe, première auteure québécoise de bande dessinée (posthume)
  • 2018 : Henriette Valium [7]
  • 2019 : Sylvie Rancourt, créatrice de la série Mélody, et Paulin Lessard, auteur de la série de science fiction Les deux petits nains, publiée de 1947 à 1949[5]

Prix Maurice-PetitdidierModifier

Nommé en l'honneur du principal auteur de bandes dessinées figurant au sommaire des mensuels Hérauts (période 1955-60) et Le Petit Héraut (1958-61) de l'éditeur Fides[9], il est décerné au coup de cœur du jury pour un album francophone publié à l’étranger. Attribué sous ce nom depuis 2003 (sauf en 2004), le prix a auparavant connu plusieurs dénominations (Meilleur album francophone, Album francophone de l'année, BD de l'année, etc.) tout en étant, avant 2007, plus ou moins attribué à un auteur en visite au Festival. Le prix n'a pas été attribué en 1995, 1997 et 2004.

Lauréats

Prix TraductionModifier

Le prix Traduction, créé en 2014, récompense un album francophone issu d'une traduction.

Lauréats

Prix Jacques-HurtubiseModifier

Le prix Jacques-Hurtubise comprend une bourse visant à favoriser la nouvelle création et les auteurs émergents au Québec. Il est attribué pour la première fois en 2016. Il est nommé en l’honneur de l’auteur, scénariste et éditeur Jacques Hurtubise.

 
Julien Dallaire-Charest reçoit le prix Jacques-Hurtubise 2019, présenté par Hélène Fleury.
Lauréats
  • 2016 : Alexis Giroux, pour son projet Bras de fer [3]
  • 2017 : Stéphane Johnson, pour son projet La Clique vidéo
  • 2018 : Anouk (Jessi Tremblay), pour son projet L’Armée du Soleil [6]
  • 2019 : Julien Dallaire-Charest, pour son projet Pogneurs de spectres[5]

Prix Yvette-LapointeModifier

Le prix Yvette-Lapointe, créé en 2019, récompense un album jeunesse de langue française publié par des auteurs canadiens. L'album est choisi par un jury jeunesse formé d’élèves[5].

Lauréats
  • 2019 : Aventurosaure, premier tome, de Julien Paré-Sorel, Presses Aventure[5]

Autres prixModifier

Avant la réforme de 2007, de nombreux autres prix ont été donnés aux auteurs présents au Festival.

Ensemble de l'œuvreModifier

Les Grand Prix du Festival, Grand Prix de la ville de Québec, Prix spécial du Jury et Prix Honoris causa ont tous été remis à un moment ou à un autre pour souligner l’ensemble de l'œuvre d'un auteur présent.

Ceux-ci ont été les suivants : Bob De Moor (1988), Jean Graton (1989), Greg et Marcel Gotlib (1990), Jean Giraud / Moebius (1991), Morris (1992), Jean-Claude Mézières (1992 et 1997), Jacques Martin (1993 et 2000), Jean Roba (1993 et 2004), Tibet (1994), François Craenhals (1995), André Juillard (1996), Enki Bilal et Albert Weinberg (1998), François Boucq et Bernard Yslaire (1999), Batem (2000), Régis Loisel (2001 et 2005), Turf (2001), Ted Benoît (2002), Frank Le Gall (2003) et Félix Meynet (2004). Une fois a été récompensé un auteur décédé (André Franquin, 2001).

Il est à noter que le Prix spécial du jury a été décerné deux fois à un auteur québécois ayant réalisé un ouvrage de référence :

Prix HumourModifier

Dans un premier temps décerné à des auteurs étrangers (1988, 1989 et 1991), il est par la suite attribué quatre fois à des auteurs québécois.

Lauréats (liste partielle)
  • 1998 : La Vie qu'on mène, t.4 : Chacun son île de Line Arsenault, Mille-Îles
  • 1999 : Les Vaginocrates de Serge Ferrand, Mille-Îles
  • 2002 : Jim le malingre, t.6 : Avatars ataviques de Phlppgrrd, Zone convective
  • 2003 : La Vie qu'on mène, t.5 : On se faxe, on se digitalise, on se téléporte et on déjeune ! de Line Arsenault, Mille-Îles

Prix Coup-de-cœurModifier

Parmi ses neuf remises (1991, 1995, 1999 à 2003, 2005 et 2006), il a récompensé un auteur québécois, et un auteur français résidant au Québec.

Lauréats (liste partielle)

Prix éphémèresModifier

Notons aussi le prix Jeunesse, remis cinq fois (1989, 1990, 1995, 1996 et 2001), le prix Aventure, deux fois (1990 et 2002), le prix S.-F. (1988), ainsi que les prix Fantastique, Polar et Édition (tous les trois remis en 1989).

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f FBDFQ, « Les lauréats des Bédéis Causa 2014 dévoilés » (page consultée le 13 avril 2014)
  2. a b c d e et f « Bédéis Causa 2015 : les lauréats dévoilés », sur fbdfq.com (consulté le 20 avril 2015)
  3. a b c d e f et g « Bédéis Causa 2016 : les lauréats dévoilés », sur fbdfq.com, (consulté le 24 avril 2016)
  4. « Siris décroche le prix Bédéis Causa pour l’intégral de Vogue la valise », sur Le Devoir (consulté le 15 avril 2018)
  5. a b c d e f g h et i Les lauréats des 32e prix Bédéis Causa dévoilés, Québec BD, 13 avril 2019 (consulté le 13 avril 2019)
  6. a et b « Bédéis Causa : Julie Rocheleau, Bastien Vivès et Henriette Valium honorés », Le Soleil,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2018)
  7. a b c et d Marianne St-Jacques, « Remise des Prix Bédéis Causa 2018 : la grande soirée de Siris », sur actuabd.com (consulté le 15 avril 2018)
  8. « Un pionnier de la bédé n'est plus »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lapresse.ca
  9. « La bande dessinée de la « grande noirceur » », sur collectionscanada.gc.ca

Lien externeModifier