Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Patel.

Priti Patel
Illustration.
Priti Patel en 2016.
Fonctions
Secrétaire d'État au Développement international

(1 an, 3 mois et 26 jours)
Premier ministre Theresa May
Gouvernement May I et II
Prédécesseur Justine Greening
Successeur Penny Mordaunt
Ministre d'État pour l'Emploi

(1 an, 2 mois et 3 jours)
Premier ministre David Cameron
Gouvernement Cameron II
Prédécesseur Esther McVey
Successeur Damian Hinds
Secrétaire de l'Échiquier au Trésor

(9 mois et 26 jours)
Premier ministre David Cameron
Gouvernement Cameron I
Prédécesseur David Gauke
Successeur Damian Hinds
Membre de la Chambre des communes
En fonction depuis le
(9 ans et 15 jours)
Élection
Réélection
8 juin 2017
Circonscription Witham
Législature 55e, 56e et 57e
Prédécesseur Circonscription créée
Biographie
Nom de naissance Priti Sushil Patel
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Londres (Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Parti conservateur (depuis 1997)
Conjoint Alex Sawyer
Diplômée de Université de Keele
Université de l'Essex
Religion Hindouisme

Priti Patel, née le à Londres, est une femme politique britannique, membre du Parti conservateur.

Sommaire

Carrière politiqueModifier

Élue députée pour la circonscription de Witham dans l'Essex en 2010, depuis sa réélection en 2015[1] Mme Patel est ministre du gouvernement du Royaume-Uni[2] de 2015 à 2017.

Soutien au BrexitModifier

Lors du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne en 2016, elle milite en faveur du Brexit[3].

Scandale des pourparlers secretsModifier

Les faitsModifier

Priti Patel membre du “Conservative Friends of Israel” (CFI)  démissionne de son poste de secrétaire d'État au Développement international le 8 novembre 2017, après avoir eu une série de rencontres avec des responsables israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors de vacances en Israël ainsi qu'au Royaume-Uni et aux États-Unis sans en avoir informé le gouvernement[4]. Une fois mise en cause, Priti Patel (qui, lors de ses rencontres en Israël, était en général accompagnée par Stuart Polak (en), président honoraire des Conservative Friends of Israel (en)), avait d'abord donné une explication qui avait amené Theresa May à se limiter à une simple réprimande, mais il apparut que Priti Patel avait laissé dans l'ombre qu'il s'agissait d'octroyer un financement à l'armée d'Israël au titre d'intervention humanitaire en faveur des blessés syriens du Golan[5].

Pourparlers secrets et crainte de théories de la conspirationModifier

Le 9 novembre 2017, The Jewish Chronicle se fait l'écho de la crainte, exprimée en Grande-Bretagne par des représentants de la communauté juive et par des activistes pro-israéliens, que les pourparlers secrets de Priti Patel avec des personnalités politiques israéliennes n'alimentent des théories antisémites de la conspiration[6].

Selon le cabinet de Theresa May, Premier ministre britannique, celle-ci n’était pas au courant de ces réunions avant que la BBC ne les révèle le 3 novembre 2017. Un reportage du journal britannique Jewish Chronicle a suggéré le contraire. Il a affirmé que, bien que ces réunions n’aient pas été préalablement autorisées, les responsables du cabinet de Theresa May en ont eu connaissance presque immédiatement par l’intermédiaire de leurs homologues israéliens.[réf. souhaitée]

Notes et référencesModifier

  1. www.parliament.uk
  2. www.gov.uk
  3. Florentin Collomp, « «Brexit or not Brexit» : les neuf arguments les plus fous de la campagne », lefigaro.fr, 1er juin 2016.
  4. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/11/08/97001-20171108FILWWW00332-gb-demission-de-la-secretaire-d-etat-au-commerce-international.php
  5. franceinfo avec AFP et Reuters, « Une membre du gouvernement britannique démissionne après avoir rencontré en secret des dirigeants israéliens », 8 novembre 2017, en ligne.
  6. Marcus Dysch, « Patel fallout 'will set us back 20 years'. Leaders warn affair will harm Israel supporters and Jewish community », The Jewish Chronicle, 9 novembre 2017, en ligne.

AnnexesModifier