Prions en Église

revue catholique

Prions en Église
Pays Canada, France, Espagne, Slovénie, Afrique francophone et anglophone, Inde, Philippines.
Zone de diffusion Internationale
Langue Français, Anglais, Espagnol, Slovène
Périodicité Mensuel
Genre Publication religieuse
Diffusion 500 000 ex. (2009)
Date de fondation 1936 (Prie avec l'Église)

ISSN 0982-4944

Prions en Église est une revue catholique francophone née au Canada en 1936 sous le nom de Prie avec l’Église. Elle comporte un édition française à partir de 1987, et plusieurs autres versions internationales au XXe siècle.

HistoriqueModifier

La revue catholique Prie avec l'Église est fondée en 1936 au Canada par l'éditeur Novalis[1]. Elle présente les textes de la messe en latin, comme ils sont dits à l'époque, mais accompagnés de leur traduction en français[1] par le Service d’Apostolat liturgique de l'Université d'Ottawa, à l'initiative d'un prêtre, André Guay[2].

En 1965, la revue connaît un changement de titre, impulsé par le nouveau souffle du concile Vatican II : Prions en Église. Jusqu’à cette époque, existait seulement une édition dominicale présentant les textes de la liturgie du dimanche. En apparaît l’édition mensuelle de Prions en Église proposant les textes de la messe du dimanche et des jours de la semaine[2].

En , le groupe Bayard Presse en achète les droits pour l'Europe, l’Asie, l’Océanie et l’Afrique[2]. L’édition canadienne est adaptée pour la France et connaît un succès « spectaculaire »[1], et c’est ainsi qu’une version européenne voit le jour.

Selon les chiffres communiqués par l'éditeur, l'édition française de Prions en Église aurait une diffusion à 500 000 exemplaires en 2009[1],[3].

Cette revue est toujours publiée par Bayard chaque mois.

Elle est une des revues qui contribuent « de façon notable » à rendre la prière de nombreux catholiques plus proche de la Bible[4].

Une version pour plus jeunes, de six à douze ans, est lancée en sous le titre Prions en Église Junior[1].

La formule de la revue est renouvelée en 2020, et accompagnée de contenus numériques[5]. Les contenus numériques sont diffusés sur les réseaux sociaux ; la messe y est diffusée par ce canal pendant les périodes de confinement sanitaire[5]. Les lecteurs peuvent transmettre des intentions de prière[5]. La revue au format papier présente des actualités et des contributions de lecteurs[5].

Plusieurs autres éditions internationales existent en 2020, notamment pour l'Afrique francophone et anglophone, l'Inde, les Philippines[5].

CritiqueModifier

Alors que la revue est initialement conçue pour être une aide personnelle à la liturgie et à la préparation de la messe, elle est dans les faits souvent perçue comme un « missel jetable », venant parfois en remplacement du missel romain et autres livres liturgiques tel que le lectionnaire, et sa valeur presque normative est critiquée au sein de l'Église catholique française[2].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Des guides pour la prière quotidienne - Prions en Église », dans Michel Dubost, Stanislas Lalanne, Le nouveau Théo : L'Église d'aujourd'hui, Paris, Fleurus, (lire en ligne).
  2. a b c et d Arnaud Join-Lambert, « Histoire et problématique des mensuels Prions en Église et Magnificat », sur Nouvelle Revue théologique, (consulté le 15 décembre 2020)
  3. « « Prions en Eglise » évolue pour mieux donner les clés de la Bible », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 17 décembre 2020)
  4. Michel Quesnel, Christophe Boureux, Michel Fédou, « Vatican II et la Parole de Dieu - La prière », Paris, Desclée De Brouwer, (consulté le 14 décembre 2020).
  5. a b c d et e Héloïse de Neuville, « La revue « Prions en Église » fait peau neuve », La Croix, (consulté le 14 décembre 2020).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier