Ouvrir le menu principal
Principauté de Phalsbourg et Lixheim
(de) Fürstentum Pfalzburg und Lixheim

16291702

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Henriette de Lorraine, princesse de Phalsbourg et Lixheim (Cornelis Galle II, 1635-70)
Informations générales
Statut Principauté du Saint-Empire
Capitale Phalsbourg puis Lixheim
Langue francique rhénan de facto
Religion catholicisme
Histoire et événements
création de la principauté
1634 les suédois détruisent plusieurs villages de la principauté
1660 décès d'Henriette
1661 retour au duché de la principauté de Phalsbourg
1702 réintégration de la principauté de Lixheim au duché
Prince de Phalsbourg
(1er) 1629 - 1631 Louis de Guise
(De) 1653 - 1661 François Grimaldi
Prince de Lixheim
(1e) 1661 - 1693 François Grimaldi
(De) 1693 - 1702 Alexandre Grimaldi

Entités précédentes :

La principauté de Phalsbourg et Lixheim était une éphémère principauté immédiate du Saint-Empire romain germanique, créée en et dissoute en .

Elle était constituée des seigneuries de Phalsbourg-Einartzhausen, Lixheim et Montbronn ainsi que des châtellenies d'Hérange, Lutzelbourg et Vilsberg.

La principauté de Phalsbourg est brièvement cédée au royaume de France par le traité de Vincennes (). Le décès de la princesse Henriette qui survient à la même période a pour conséquence le retour de la principauté phalsbourgeoise au domaine ducal, alors que la partie lixheimoise conserve le titre de principauté jusqu'en . À cette date, la principauté de Lixheim est à son tour réintégrée au duché, qui la gouverne durant un certain temps comme une province étrangère.

GéographieModifier

La configuration géographique de la principauté lui donnait la forme d'un Y[1]. Elle était centrée autour de la région de Phalsbourg et Lixheim, soit la partie nord de ce qui formait autrefois l'arrondissement de Sarrebourg. Elle contenait aussi trois enclaves : Hellering-lès-Fénétrange au nord-ouest, les trois Hambach du comté de Morhange (Gross-Hambach, Klein-Hambach et Roth), situés près de Sarreguemines, ainsi que la seigneurie de Montbronn au comté de Bitche[1].

HistoireModifier

Le prince Charles de Lorraine-Vaudémont, issu de la branche cadette de Vaudémont, devint seul duc de Lorraine et de Bar en 1625 à l'âge de 21 ans. Il voulait donner le rang de princesses à ses sœurs.

Le duc Henri II voulait marier sa fille aînée et héritière à son favori Louis de Guise, baron d'Ancerville qui était un homme de mérite. Cependant le baron était issu de la liaison du cardinal de Lorraine (exécuté sommairement sur ordre du roi Henri III de France en 1688) avec la Dame de Grimaucourt. La famille ducale et la noblesse Lorraine n'auraient jamais accepté de céder le pas et de s'incliner devant un homme à la naissance illégitime. Le duc Henri II, renonça à son projet. Il fut décidé que l'héritère du trône épouserait le prince Charles de Vaudémont, son cousin germain mais que la sœur de Charles, Henriette, épouserait le baron d'Ancerville.

En , Frédéric V, roi de Bohême et comte palatin du Rhin, avait été défait à la bataille de la Montagne-Blanche. Mis au ban de l'Empire, ses revers de fortune l'avaient contraint de vendre ses possessions Lorraines à savoir Lixheim, Graufthal, Hérange et Montbronn, au duc Henri II; l'acte de vente porte les dates du et du [2].

À l'occasion du mariage de sa nièce Henriette de Lorraine avec Louis de Guise, baron d'Ancerville, le duc Henri cèda à ce dernier les seigneuries qu'il venait d'acquérir, alors que Louis s'était déjà vu attribuer par le même la seigneurie de Phalsbourg-Einartzhausen le [3]. En raison des services que lui avait rendus le valeureux Louis, connu désormais sous le nom de Louis de Phalsbourg, l'empereur Ferdinand II, par bulle d'or du , élève ses possessions en principauté immédiate d'Empire, la principauté de Phalsbourg[4],[5]. Cette haute faveur est réitérée et confirmée par l'empereur Ferdinand III, à Linz, le [1].

Henriette de Lorraine, de à , et ses maris successifs, Louis de Guise, de à , Carlo Guasco, marquis de Sallerio, vers et enfin François Grimaldi, du couvent des Tiercelins, de à , portèrent les titres de prince et princesse de Phalsbourg. Jacques Callot grava même un grand portrait équestre de Louis de Guise, sous le titre Le Prince de Phalsbourg. Leur résidence était cependant le château de Sampigny (Meuse) et deux hôtels particuliers à Neufchâteau (Vosges) et à Saint-Avold (Moselle).

Dans les années , la Guerre de Trente Ans fait des ravages dans toute la région, et plusieurs villages de la principauté sont complétement détruits, notamment Guntzviller et Saint-Louis qui ne seront reconstruits qu'en .

Henriette de Lorraine meurt en et n’ayant pas d'héritier direct, ses terres firent retour au domaine ducal par un arrêt de la chambre des comptes de Lorraine daté de , hormis la principauté de Lixheim et le château de Sampigny dont François Grimaldi conserva la jouissance sa vie durant. Le prince fut enterré à l'église de Sampigny après sa mort en .

À la suite du décès sans postérité d’Alexandre Grimaldi, neveu et héritier de François, l’éphémère principauté est réintégrée au duché de Lorraine en [6].

CompositionModifier

Principauté de Phalsbourg (1629-1661)Modifier

La principauté de Phalsbourg était constituée de la seigneurie de Phalsbourg-Einartzhausen ainsi que des châtellenies de Lutzelbourg et Vilsberg[7].

Nom
d'époque
Nom
actuel
Notes Population
(2014)
Canton
actuel
Dhanne Danne-et-Quatre-Vents 646   Phalsbourg
Guntzweiller Guntzviller village détruit après 393
Haselburg Haselbourg 317
Heltenhaussen Hultehouse 354
Henry-Dorff Henridorff 678
Kurtzrode Saint-Jean-Kourtzerode 723
Lutzelburg Lutzelbourg châtellenie 611
Mittelbron Mittelbronn 674
Pfalzburg Phalsbourg capitale et siège de sa seigneurie 4 745
Vilsperg Vilsberg châtellenie 368

Principauté de Lixheim (1629-1702)Modifier

La principauté de Lixheim est de tout temps constituée des seigneuries de Lixheim et Montbronn.

Nom
d'époque
Nom
actuel
Notes Population
(2014)
Canton
actuel
Archeweiler Arzviller châtellenie d'Hérange
détruit pendant la guerre de Trente Ans
548   Phalsbourg
Brauweiler Brouviller châtellenie d'Hérange 426
Dennelburg Dannelbourg 494
Fleisheim Fleisheim 153   Sarrebourg
Heilgering Hellering-lès-Fénétrange 202
Hambach Hambach avec Roth 2 786   Sarreguemines
Heringen Hérange siège d'une châtellenie 102   Phalsbourg
Lixheim Lixheim capitale et siège de sa seigneurie 620
Mombrun Montbronn seigneurie 1 648   Bitche
Sainct Louis Saint-Louis village créé par le prince Louis en
détruit après
665   Phalsbourg
Saincte Marie Bickenholtz village créé par le prince Louis en 77   Sarrebourg
Vieux Lixheim Vieux-Lixheim détruit pendant la guerre de Trente Ans 260
Weckersweiler Veckersviller châtellenie d'Hérange 252

Le prince de Lixheim disposait en outre de certains droits dans les localités suivantes : Bust, Butten, Eschbourg, Graufthal, Garrebourg, Hangviller, Metting, Morhange, Rech, Sarralbe, Schalbach, Schœnbourg et Weyer.

RéférencesModifier

  1. a b et c Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, p. 190.
  2. Plan local d'urbanisme de Montbronn, p. 25.
  3. Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, p. 188.
  4. Jacques-Henri Heck, « Une visite épiscopale dans la principauté de Lixheim en  » (consulté le 20 septembre 2016), p. 1-2.
  5. Henriette de Lorraine - Une princesse au cœur de l'Europe.
  6. Die Alten Territorien des Bezirkes Lothringen nach dem Stande vom 1. Jan. 1648. II. Theil, Straßburg 1909 p. 184.
  7. Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, p. 191.

Lien externeModifier