Principauté d'Orange-Nassau

Principauté d'Orange-Nassau
(de) Fürstentum Nassau-Oranien

1702–1806
1813-1815

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
La principauté d'Orange-Nassau en 1789.
Informations générales
Statut Principauté du Banner of the Holy Roman Emperor with haloes (1400-1806).svg Saint-Empire romain germanique
Capitale Diez
Histoire et événements
1702 Création
1739 La principauté de Nassau-Dillenbourg rattaché à la principauté
1742 Nassau-Siegen rattaché à la principauté
1806 Dissolution de la principauté au profit du grand-duché de Berg et du duché de Nassau
1813 Rétablissement de la principauté
1815 La principauté est définitivement rattachée au duché de Nassau

Orange-Nassau, également appelée Nassau-Orange (en allemand : Oranien-Nassau ou Nassau-Oranien), est une principauté qui fait partie du cercle du Bas-Rhin-Westphalie au sein du Saint-Empire romain germanique entre 1702 et 1806. Elle est dirigée par la maison d'Orange-Nassau .

HistoireModifier

En 1702, la première maison d'Orange-Nassau s'éteint avec la mort de Guillaume III, prince d'Orange, stathouder des Pays-Bas et du roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. Jean-Guillaume-Friso, prince de Nassau-Dietz, hérite de son cousin, Guillaume III, une partie de ses biens du titre de "prince d'Orange".

La principauté est rapidement devenue plus grande avec l'incorporation d'autres territoires de Nassau, en raison de l'extinction d'autres branches de la maison de Nassau. En 1711, la branche de Nassau-Hadamar s'éteint. Bien qu'appartenant aux branches restantes de Nassau-Siegen, Nassau-Dillenbourg et Orange-Nassau, la principauté de Nassau-Hadamar n'est pas divisée, elle est provisoirement administré par le souverain de Nassau-Dillenbourg. Lorsque les branches de Nassau-Dillenbourg et de Nassau-Siegen s'éteignent en 1739 et 1743, toutes les régions de Nassau sont réunies et héritées par la branche d'Orange-Nassau. Le prince d'Orange-Nassau occupe désormais deux sièges au conseil des princes de la Diète d'Empire : Nassau-Hadamar et Nassau-Dillenbourg.

En vertu de l'article 24 du traité de la Confédération du , Guillaume VI, prince d'Orange, perd tous les territoires de la principauté d'Orange-Nassau. Les comtés de Nassau-Siegen, Nassau-Dillenbourg et Nassau-Hadamar, ainsi que la seigneurie de Beilstein, sont intégrés au grand-Duché de Berg. Le comté de Nassau-Dietz et ses dépendances, ainsi que les seigneuries de Wehrheim et de Burbach, relèvent tous désormais de la souveraineté du duc de Nassau. En 1808, le prince d'Orange perd également ses droits en tant que prince médiatisé et tous ses biens sont confisqués.

Après que les retraits des troupes françaises en 1813, le prince d'Orange peut reprendre les territoires perdus au profit du grand-Duché de Berg en 1806. En outre, les territoires suivants sont ajoutés sous sa souveraineté: les seigneuries de Westerburg et de Schadeck et la partie du comté de Wied-Runkel située sur la rive droite du fleuve Lahn. Le , le prince d'Orange conclut avec le duché de Nassau un traité aux termes duquel le comté de Nassau-Dietz est rendu au prince. L'Amt de Wehrheim, cependant, est maintenu dans le duché de Nassau.

Cependant, la restauration est de courte durée. Le , lors du congrès de Vienne, le prince Guillaume VI conclut avec le roi Frédéric-Guillaume III, son beau-frère prussien et cousin germain, par lequel il cède la principauté d'Orange-Nassau au royaume de Prusse en échange du Luxembourg, qui est élevé au rang de grand-duché. Le même jour, les Prussiens cèdent l'essentiel de la principauté au duché de Nassau. Siegen reste en Prusse.

En 1815, le prince devient le nouveau roi des Pays-Bas et le grand-duc de Luxembourg sous le nom de Guillaume Ier des Pays-Bas. À ce jour, les Pays-Bas sont toujours gouvernés par les descendants de la Maison d'Orange-Nassau .

 
Le château Oranienstein de Diez.

Territoires de la principautéModifier

Voir aussiModifier