Ouvrir le menu principal

Principauté épiscopale de Brême

Principauté épiscopale de Brême

1180–1648

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
La principauté de Brême dans le Saint-Empire en 1648, juste avant sa sécularisation.
Informations générales
Statut Principauté ecclésiastique du Saint-Empire romain germanique
Capitale Bremervörde
Religion Église catholique romaine
Histoire et événements
1180 Immédiateté impériale accordée à l’évêché.
1648 Sécularisation de la principauté.

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La principauté épiscopale de Brême était un État ecclésiastique du Saint-Empire romain germanique. Il n'incluait pas la ville de Brême mais s'étendait à son nord, entre les rivières Elbe et Weser.

En 1047, à la suite de la rébellion de Godefroid le Barbu, Henri III dote Adalbert de Brême du Fivelgo. L'archevêque ne réussit à s'en mettre possession qu'en 1057 : Egbert, le marquis de la Frise moyenne, s'en était sans doute emparé. Lors de la chute d'Adalbert, en 1066, Egbert le Jeune réussit sans doute à se remettre en possession ; mais la confiscation générale qui le frappa en 1086 atteignit également le Fivelgo[1].

Cette principauté fut sécularisée par le traité de Westphalie (1648) en « duché de Brême » et donnée en fief à la reine Christine de Suède avec la principauté de Verden : ces deux États furent alors désignés sous le nom collectif de duchés de Brême-et-Verden.

NotesModifier

  1. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. II, Bruxelles, H. Lamertin, (réimpr. 1981) (lire en ligne), p. 292-293

Liens internesModifier