Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Université de Princeton.

Le Princeton Theological Seminary (PTS) est une université privée dédiée à l'enseignement de la théologie protestante située à Princeton (New Jersey). Fondé en 1812 sous les auspices de Archibald Alexander, de l'Assemblée générale de l'Église presbytérienne et du College of New Jersey (devenu aujourd'hui l'Université de Princeton), c'est le deuxième séminaire protestant à être fondé aux États-Unis[1],[2] C'est aussi le plus grand des 10 séminaires associés à l'Église presbytérienne (États-Unis).

Le Séminaire de Princeton a longtemps été influent dans le domaine théologique, avec de nombreux théologiens reconnus et membres du clergé de premier plan parmi ses professeurs et ses anciens étudiants . En outre, elle gère l'une des plus grandes bibliothèques théologiques du monde et possède un certain nombre de collections spéciales, dont la collection de recherche de Karl Barth dans son Center for Barth Studies (centre d'études barthiennes). Le séminaire gère également une dotation de 986 millions de dollars, ce qui en fait la troisième institution la plus riche de l'état du New Jersey après l'Université de Princeton et l'Université Rutgers.

Aujourd'hui, le Princeton Theological Seminary accueille environ 500 étudiants. Environ 40% d'entre eux sont candidats au ministère spécifiquement dans l'Église presbytérienne, et les autres (la majorité) sont soit candidats au ministère dans d'autres dénominations protestantes, soit projettent de poursuivre une carrière universitaire d'autres disciplines[3],[4]

Les séminaristes ont une équivalence académique avec l'Université de Princeton ainsi qu'avec le Westminster Choir College de l'Université de Rider, le Séminaire théologique du Nouveau-Brunswick, le Séminaire théologique juif d'Amérique (en) et l'École du travail social (Université Rutgers). L'institution entretient également des relations suivies avec le Center of Theological Inquiry[5].

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Le Princeton Theological Seminary vers 1800.

Le projet d'établir un séminaire théologique à Princeton est né du besoin de faire progresser et d'étendre le programme d'études théologiques au-delà du cours d'arts libéraux en créant une école professionnelle de théologie de troisième cycle. Le plan fut approuvé avec enthousiasme par les autorités du College of New Jersey, qui devint plus tard l'Université de Princeton, car elles avaient réalisé que la formation spécialisée en théologie exigeait plus d'attention qu'elles ne pouvaient lui en consacrer. L'Assemblée générale de l'Église presbytérienne a donc fondé le séminaire de Princeton en 1812, avec l'appui des directeurs du College of New Jersey voisin. Ce fut la deuxième école supérieure de théologie aux États-Unis. Ce séminaire est toujours une institution de l'Église presbytérienne (USA), et le principal de ses dix séminaires théologiques[1].

En 1812, le séminaire comptait trois étudiants et Archibald Alexander comme premier professeur. En 1815, le nombre d'étudiants étant en progès, les travaux de construction d'un bâtiment ont commencé : conçu par l'architecte new-yorkais John McComb Jr., Alexander Hall a ouvert ses portes en 1817. La coupole originale a été ajoutée en 1827, mais elle a brûlé en 1913 et a été remplacée en 1926. (Le bâtiment fut simplement appelé "Séminaire" jusqu'en 1893, date à laquelle il fut officiellement nommé Alexander Hall.) Depuis sa fondation, le Princeton Seminary a diplômé environ 14 000 étudiants ou étudiantes qui ont servi l'Église de différentes manières : ministère pastoral, travail missionnaire, éducation chrétienne ou leadership dans l'enseignement et la recherche ou dans l'administration et le monde des affaires[1].

Au cours du XIXe siècle et du début du XXe siècle, particulièrement dans les années 1920 avec la controverse fondamentaliste-moderniste, le séminaire a été le théâtre de longues polémiques entre calvinistes libéraux et conservateurs, ce qui a donné lieu à l'émergence de la Théologie de Princeton qui préfigure et a grandement influencé l'évangélisme. Parmi les figures actives de l'institution dans ce mouvement, on peut citer Charles Hodge, Benjamin B. Warfield, John Gresham Machen et Geerhardus Vos]. En 1929, le Princeton Theological Seminary a été réorganisé pour que la direction et la faculté de l’école soient plus représentatives de l’église et non du seul presbytérianisme de la vieille école. Deux des nouveaux membres du conseil du séminaire étaient signataires de l’Affirmation d'Auburn. Afin de préserver l'héritage de l'ancienne école de Princeton, le théologien conservateur John G. Machen et plusieurs de ses collègues (Oswald T. Allis, Robert Dick Wilson et Cornelius Van Til) ont alors fondé Westminster Theological Seminary, plus conservateur, à Glenside en Pennsylvanie[6].

En 1958, Princeton devint un séminaire de l'Église presbytérienne unie aux États-Unis (UPCUSA), suite à la fusion entre l'Église presbytérienne aux États-Unis et l'Église presbytérienne de l'Amérique du Nord (UPCNA), et en 1983, elle deviendra un séminaire de l'Église presbytérienne (États-Unis) (PC(USA)) après la fusion entre l'UPCUSA et l'Église presbytérienne des États-Unis.

Personnalités liées au Princeton Theological SeminaryModifier

Principaux et présidents du Princeton Theological SeminaryModifier

Avant la création du poste de président en 1902, le Princeton Theological Seminary était dirigé par un principal.

Principaux
Présidents

Professeurs célèbresModifier

Anciens élèves connusModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « History of Princeton Theological Seminary », sur le site du séminaire de Princeton, (consulté le 21 janvier 2019)
  2. « Dear Monsieur Mudd : Princeton Theological Seminary », sur Mudd Manuscript Library Blog (consulté le 16 décembre 2018)
  3. « ATS - Member Schools » (consulté le 16 décembre 2018)
  4. « PTS Statistics » [archive], sur Site Web officiel, Princeton Theological Seminary (consulté le 16 décembre 2018)
  5. « page sans titre », sur le site officiel du Princeton Theological Seminary (consulté le 16 décembre 2018)
  6. (en) Bradley J. Longfield, Presbyterians and American Culture: A History, Louisville, Kentucky, Westminster Johh Knox Press, (ISBN 978-0664231569, lire en ligne).
  7. Ann Rodgers, « Shadyside Presbyterian Church pastor Barnes named president of Princeton seminary », Pittsburgh Post-Gazette,‎ (lire en ligne)
  8. « Meet Dave », sur Dave Brat: Republican for Congress