Ouvrir le menu principal

Princesse Peau-de-Souris

conte des frères Grimm

Princesse Peau-de-Souris
Conte populaire
Titre Princesse Peau-de-Souris
Titre original Prinzessin Mäusehaut
Folklore
Genre Conte
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Époque XIXe siècle
Version(s) littéraire(s)
Publié dans Frères Grimm, Kinder- und Hausmärchen
Illustrateur(s) Theodor Hosemann
Carl Offterdinger
Adrian Ludwig Richter
Arthur Rackham

Conte(s) en rapport Peau d'âne
La Gardeuse d'oies à la fontaine
Toutes-Fourrures

Princesse Peau-de-Souris est un conte retranché des frères Grimm, supprimé à partir de la deuxième édition des Contes de l'enfance et du foyer. Il est classé CR 12 dans la classification des contes retranchés établie par Natacha Rimasson-Fertin. Il occupait la place du KHM 71, celle du conte Six à qui rien ne résiste.

Sommaire

RésuméModifier

Un jour, un roi demande à ses trois filles qui l'aime le plus. L'aînée répond qu'elle l'aime plus que le royaume tout entier, la cadette dit qu'elle l'aime plus que toutes les pierres précieuses du monde et la benjamine affirme qu'elle l'aime plus que le sel[1]. Cette révélation de la part de la plus jeune des princesses entraîne une condamnation à mort de la part de son père.

Un serviteur a pour ordre de conduire la princesse dans la forêt et de la tuer là-bas. Mais la princesse le supplie de l'épargner et après avoir avoué qu'il n'aurait jamais été capable d'exécuter un tel ordre, lui confectionne sur ses ordres une robe en peau de souris.

La jeune fille arrive à la cour d'un royaume voisin. Connue à présent sous le nom de Peau-de-Souris, elle se fait passer pour un homme pour devenir le valet de chambre du roi. Peau-de-Souris doit retirer les bottes du roi, qui les jette ensuite à la figure.

Un jour, on trouve une bague appartenant à la jeune princesse. Les serviteurs, la prenant pour un homme, pensent qu'elle l'a volée, mais pensant qu'on l'a démasquée, révèle sa véritable identité.

Le père de la princesse est invité à son mariage, où tous les plats sont cuisinés sans sel. Le roi, dégoûté, annonce qu'il préfère mourir. La reine lui révèle alors qu'elle, sa fille, n'est pas morte et dit qu'elle trouve ce dégoût pour les plats sans sel étrange, pour quelqu'un qui a voulu la tuer à cause d'un amour paternel plus gros que le sel. Le roi lui demande pardon et se met à l'aimer plus que son royaume et toutes les pierres précieuses réunis.

SimilitudesModifier

Ce conte présente de grandes similitudes avec La Gardeuse d'oies à la fontaine, autre conte des frères Grimm publié beaucoup plus tard, lors de la cinquième édition des Contes de l'enfance et du foyer. En effet, dans ce conte, la cadette est rejetée par son père pour lui avoir dit qu'elle l'aime comme le sel.

Le fait que l'héroïne éponyme du conte porte un vêtement en peau d'animaux rappelle le célèbre conte Peau d'âne de Charles Perrault, où la peau est celle d'un âne et Toutes-Fourrures, version allemande (des Grimm) de ce conte français, où l'héroïne porte un manteau fait de peaux de milliers d'animaux.

BibliographieModifier

  • Les Frères Grimm, Contes pour les enfants et la maison, trad. Natacha Rimasson-Fertin, José Corti, 2009  (ISBN 978-2-7143-1000-2) (2 volumes). Cette édition est complétée de nombreuses notes (analogies avec des contes d'autres cultures...), d'un index thématique, d'une table de concordance avec la classification Aarne-Thompson, d'une bibliographie etc. Elle inclut les Légendes pour enfants et les Contes retranchés des éditions précédentes.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier