Ouvrir le menu principal

Prieur provincial

dignitaire de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem

Un prieur provincial était un dignitaire de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem responsable d'un prieuré.

HistoriqueModifier

La fonction de prieur est attestée dès 1120 avec l'émergence du premier prieuré de l'Ordre, le grand prieuré de Saint-Gilles. Les domaines terriens de l'ordre étaient administrés sur le modèle de la commanderie, elles-mêmes regroupées par proximité territoriale en prieuré ayant à leur tête un prieur[1]. Une seule exception la châtellenie d'Amposta (ca). La tâche prioritaire du prieur était de fournir à l'Ordre les moyens financiers et matériels de remplir sa mission sous la forme des responsions, sorte d'impôts annuels que chaque commandeurs devait à son Ordre[1].

Le prieur était nommé par le grand maître lors de la réunion du chapitre général de qui il relevait. Il était le représentant du grand maître et agissait en son nom[1]. Il nommait les commandeurs et avait la responsabilité de tous les frères hospitaliers de son ressort territorial. Il avait droit de visite de tous leurs établissements, commanderies et membres[1].

Il convoquait, une fois l'an, les commandeurs et les frères conventuels du prieuré au chapitre provincial qu'il présidait[1]. C'était le lieu et le moment de la remise des responsions. Le prieuré était le lieu de détention des archives, des comptes et du trésor provincial.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Bériou et Josserand 2009, p. 740

BibliographieModifier