Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Bataille d'Al Faw.
Première bataille d'Al Faw
Description de cette image, également commentée ci-après
Localisation de la péninsule d'Al Faw.
Informations générales
Date
Lieu péninsule d'Al Faw, Irak
Issue Victoire iranienne décisive, prise de la péninsule
Belligérants
Drapeau de l'Iran IranFlag of Iraq (1963–1991); Flag of Syria (1963–1972).svg Irak
Commandants
Drapeau de l'Iran Hossein Kharrazi
Drapeau de l'Iran Mohsen Rezaï
Flag of Iraq (1963–1991); Flag of Syria (1963–1972).svg Maher Abd al-Rashid
Flag of Iraq (1963–1991); Flag of Syria (1963–1972).svg Hisham al-Fahkhri
Flag of Iraq (1963–1991); Flag of Syria (1963–1972).svg Said Touma Abbas
Forces en présence
133 000 soldats
plusieurs compagnies blindées
70 avions
70 hélicoptères
82 000 soldats
400 avions
200 hélicoptères
3 divisions mécanisées
Pertes
30 000 tués et blessés
plusieurs chars et aéronefs détruits
10 000 tués et blessés
40 à 55 avions abattus
100 chars détruits

Guerre Iran-Irak

Batailles

Invasion irakienne (1980)
Impasse (1981)
Offensives iraniennes (1982)
Guerre de positions (1983-1986)
Offensives irakiennes finales (1988)
Guerre des pétroliers
Incidents internationaux
Coordonnées 29° 58′ 31″ nord, 48° 28′ 21″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Première bataille d'Al Faw

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Première bataille d'Al Faw

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Première bataille d'Al Faw

La première bataille d'Al Faw (opération Valfajr 8, Aube 8) est livrée le pendant la guerre Iran-Irak. Les Iraniens lancent une attaque surprise contre les troupes irakiennes défendant la péninsule. La défense de la région relevait principalement de conscrits de l'armée populaire irakienne, mal équipées leurs positions s'écroulent lorsqu'elles sont soudainement attaquées par les Pasdaran.

L'offensive iranienneModifier

Le 9 février 1986, l'Iran lance une vaste offensive avec 100 000 soldats organisés en 5 divisions, auxquels s'ajoutent 50 000 Pasdaran et Basij. Contrairement aux précédentes offensives, celle-ci a été préparée par des officiers vétérans qui ont commencé leur carrière sous le Chah. Une attaque de diversion est menée contre Bassora tandis que le gros de l'offensive se porte sur la péninsule d'Al Faw, qui tombe après 24 heures de combats.

Les Iraniens lancent un assaut amphibie de nuit et débarquent par canot pneumatique. Après avoir pris la péninsule, les Iraniens construisent un pont flottant et établissent des positions défensives afin de dissuader les Irakiens de contre-attaquer.

La contre-offensive irakienneModifier

Le 12 février, les Irakiens lancent une contre-offensive afin de tenter de reprendre la péninsule d'Al Faw, qui est un échec après une semaine d'intenses combats. L'arme régulière est alors en pleine débâcle sur le front, ce qui oblige le régime irakien à mobiliser la Garde Républicaine, pour repousser l'armée iranienne. Saddam Hussein envoie l'un de ses meilleurs généraux, Maher Abd al-Rashid, et 20 000 soldats de la garde républicaine pour lancer une nouvelle contre-offensive le 24 février. Les Irakiens perdent 10 000 hommes tandis que les Iraniens perdent 30 000 hommes en l'espace de quatre jours d'affrontements. Les contre-offensives irakiennes étaient soutenues par des hélicoptères de combat et par des frappes aériennes menées par la force aérienne irakienne. Malgré cet avantage non négligeable et l'utilisation à outrance d'armes chimique, la péninsule reste aux mains des Iraniens.

ConséquencesModifier

La chute d'Al Faw et l'échec des contre-offensives irakiennes sont un coup dur pour le régime baasiste irakien et conduit à des craintes chez les pays du Golfe que l'Iran pourrait gagner la guerre. Le Koweït en particulier se sent menacé par les troupes iraniennes, présentes seulement à 16 kilomètres de son territoire, et a augmenté par conséquent son soutien à l'Irak. Les Irakiens reprennent la péninsule d'Al Faw lors de l'opération En Dieu nous Croyons (Tawakalna ala Allah) en avril 1988.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (en) John Bulloch et Harvey Morris, The Gulf War, Methuen: Londres, 1989.
  • (en) Efraim Karsh, The Iran Iraq War 1980-1988, Osprey Publishing, 2002.
  • (en) Stephen C. Pelletière, The Iran-Iraq War: Chaos in a Vacuum. Greenwood Publishing Group, 1992. (ISBN 0275938433).

Liens externesModifier