Praxilla
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Praxilla par John William Godward (1922)
Naissance VIe-Ve siècle
Sicyone
Activité principale
poétesse
Auteur
Langue d’écriture grec ancien
Genres
scolie, hymne, dithyrambe

Praxilla (grec ancien : Πράξιλλα) est une poétesse grecque du VIe ou Ve siècle av. J.-C., née à Sicyone.

ŒuvresModifier

Praxilla a composé des hymnes, dont l'un met en scène Adonis au pays des morts, et des dithyrambes. Selon Athénée (XV, 694), « Praxilla de Sicyone fut aussi très admirée pour les scolies qu'elle fit[1] ». La scolie était une sorte de chanson à boire, inventée par Terpandre et pratiquée par Alcée, Sappho, Simonide ou Pindare[2]. Praxilla a aussi inventé un mètre, dit praxilléen, au rythme fluide et rapide[3]. Il ne reste que des fragments de ses œuvres.

Les quatre premiers mots du fragment suivant ont été retrouvés sur un vase daté de 450 av. J.-C. :

ὦ διὰ τᾶς θυρίδος καλὸν ἐμβλέποισα
παρθένε τὰν κεφαλὰν τὰ δ' ἔνερθε νύμφα

Ô toi, ton beau beau regard par la fenêtre,
vierge par la tête mais femme par le bas

TraductionsModifier

PostéritéModifier

Art contemporainModifier

Notes et référencesModifier

  1. Traduction Jean Baptiste Lefebvre de Villebrune.
  2. Harry Thurston Peck, « Scolion », Harpers Dictionary of Classical Antiquities, New York, Harper and Brothers, 1898.
  3. Battistini 1998, p. 258.
  4. Musée de Brooklyn - Centre Elizabeth A. Sackler - Praxilla
  5. Judy Chicago, The Dinner Party : From Creation to Preservation, Londres, Merrel 2007. (ISBN 1-85894-370-1).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (grc + fr) Yves Battistini, Poétesses grecques, Paris, Imprimerie nationale, coll. « La Salamandre », (ISBN 2743302607).

Liens externesModifier