Pot-au-feu

plat gastronomique français

Pot-au-feu
Image illustrative de l’article Pot-au-feu
Pot-au-feu de bœuf, chou, poireau, carotte, oignon, et céleri

Lieu d’origine Drapeau de la France France
Place dans le service Plat principal
Température de service Chaud
Ingrédients Viande bovine, os à moelle, bouillon, poireaux, carottes, branche de céleri, oignons, ail, vin rouge, bouquet garni
Mets similaires Potée, poule au pot, ragoût, garbure
Accompagnement Vins du vignoble français
Classification Cuisine française, repas gastronomique des Français

Le pot-au-feu est une recette de cuisine traditionnelle emblématique historique de la cuisine française, et du repas gastronomique des Français[1], à base de viande de bœuf cuisant longuement à feu très doux dans un bouillon de légumes (chou, poireau, carotte, oignon, céleri, et bouquet garni).

HistoriqueModifier

Jean Louis Schefer fait remonter le pot-au-feu au rêve néolithique « celui du foyer, du vase d'argile, du pot mis au feu, de la soif étanchée, de la faim apaisée[2]… », origine reprise par le restaurant À la Cloche d'or : « Pot-au-feu désigne à la base le « pot à feu », le pot dans lequel on faisait revenir un bouillon aromatique auquel on ajoutait viandes et légumes[3] ». Jean Guillaume pense qu'à l'origine de l'agriculture les raves sont venues compléter les herbes dans les bouillons, « on y ajoutait du pain pour faire la soupe et de la viande pour les grands jours[4] ».

Au XIIIe siècle, il est appelé « viande au pot[5] ». Autrefois, la cuisson du pot-au-feu pouvait s’effectuer de façon continue, de nouveaux ingrédients étant rajoutés au fur et à mesure pour remplacer ceux qui étaient retirés afin d’être consommés. À présent que les maisons n’ont plus un feu de bois allumé en continu, le pot-au-feu est cuisiné spécifiquement en vue d’un repas.

 
Pot-au-feu cuit à l'ancienne.
 
Ingrédients du pot-au-feu.

Marcel Rouff, dans son roman Vie et Passion de Dodin-Bouffant, gourmet (1924) a décrit un pot-au-feu devenu mythique, qui a inspiré des pots-au-feu démesurés à de nombreux chefs.

CompositionModifier

Les coupes de bœuf et les légumes impliqués varient, mais un pot-au-feu typique contient :

Il est à noter que le pot-au-feu est l'un des rares plats où l'on utilise parfois des aliments brûlés : pour parfumer et colorer le bouillon, les oignons sont coupés en deux et passés au four (gril) jusqu'à ce que la surface soit complètement noire.

Jules Gouffé, grand classique du XIXe siècle distingue le petit pot-au-feu ordinaire du grand pot-au-feu des jours d'extra[8].

CuissonModifier

 
Résultat obtenu après avoir brûlé les oignons. Cela colorera et parfumera le bouillon.

Deux méthodes sont en présence : mettre le bœuf dans l'eau froide ou bien dans l'eau bouillante. La première donne un bouillon succulent, la seconde préserve davantage le gout des viandes[9]. Paul Bocuse, Jules Gouffé[8] optent pour l'eau froide. Un bon compromis selon Sabine Jeannin et al. est de commencer à l'eau froide avec un premier morceau de bœuf, et d'en ajouter un autre quand l'eau bout[10].

Le bouillon contient traditionnellement un oignon piqué de clous de girofle, l'ail est déconseillé [8]. La cuisson doit être longue et douce, (« le premier soin est de bien faire son feu[11] »), ébullition continue et régulière pendant 3 à 5 heures selon le contenu, trop cuire le pot-au-feu est néfaste — les légumes ne séjournent dans le bouillon que le temps de les cuire —, on laisse entrouvert le couvercle de la marmite[11]. Le bouillon est écumé en début de cuisson puis dégraissé après avoir retiré la viande cuite. Les amateurs préfèrent le pot-au-feu réchauffé le lendemain[8].

Dans les autocuiseurs, la cuisson se fait toujours en deux temps, le second est bref et réservé aux légumes[12].

ServiceModifier

Le bouillon de cuisson du pot-au-feu est servi à côté comme potage[13], souvent agrémenté de pâtes, riz ou pain grillé, souvent au dîner ou en entrée avant de servir la viande et les légumes du pot-au-feu. Il sert également de base aux sauces ou à la cuisson des légumes ou des pâtes. La moelle est mangée sur du pain grillé. Ensuite, le pot-au-feu est souvent servi avec du gros sel et de la moutarde forte de Dijon. Le reste de viande peut être broyé et utilisé pour la préparation d'un pâté de viande, mais cette pratique est rare en France, sauf en Alsace où la viande et le bouillon servent à cuisiner les Fleischschnacka.

Accord mets/vinModifier

 
Chabrot sur un pot-au-feu.

Le vin blanc est rarement proposé avec le pot-au-feu. Il s'accorde pourtant avec ce mets s'il est ample et vif, dans ce cas c'est un vin qui désaltère et met en appétit. Sont idéales les AOC chablis, mâcon ou saint-véran[14].

Le vin rosé à conseiller doit être sec, corsé, avec une robe rose-rouge qui témoigne de sa charge en matières sèches. Ce type de vin s'accorde avec les légumes et étanche la soif. Sont à conseiller un tavel, un rosé-des-riceys, un sancerre ou un saint-pourçain[14].

Le vin rouge offre une large gamme qui vont des bourgognes aux bordeaux, en passant par les beaujolais, les côtes-du-rhône-villages, les coteaux-du-languedoc, ainsi que le saumur-champigny, le bourgueil, le saint-nicolas-de-bourgueil, le chinon, le touraine, le bergerac ou le bandol[14],[15].

Interprétations culturellesModifier

C'est un mets souvent considéré comme rustique :

« Quand elle s’asseyait, pour dîner, devant la table ronde couverte d’une nappe de trois jours, en face de son mari qui découvrait la soupière en déclarant d’un air enchanté : “Ah ! le bon pot-au-feu ! je ne sais rien de meilleur que cela”, elle songeait aux dîners fins, aux argenteries reluisantes, aux tapisseries peuplant les murailles de personnages anciens et d’oiseaux étranges au milieu d’une forêt de féerie ; elle songeait aux plats exquis servis en des vaisselles merveilleuses, aux galanteries chuchotées et écoutées avec un sourire de sphinx, tout en mangeant la chair rose d’une truite ou des ailes de gélinotte. »

— Maupassant, La Parure, 1884.

À l’inverse, comme il contient de la viande, c’est pour d’autres un plat qui revient cher :

« — Monsieur, dit-elle au second voyage de son maître qui avait fermé le fruitier, est-ce que vous ne mettrez pas une ou deux fois le pot-au-feu par semaine à cause de votre ?…
— Oui.
— Faudra que j’aille à la boucherie.
— Pas du tout ; tu nous feras du bouillon de volaille, les fermiers ne t’en laisseront pas chômer. Mais je vais dire à Cornoiller de me tuer des corbeaux. Ce gibier-là donne le meilleur bouillon de la terre. »

— Balzac, Eugénie Grandet, 1833.

Versions nationales ou régionalesModifier

Si la recette française du pot-au-feu est clairement définie, le mode de cuisson qui lui confère une partie de sa notoriété est, en revanche, partagé par d'autres pays. Ce type de plats à cuisson longue existe en de nombreuses variantes, tant régionales que nationales à base d'ingrédients locaux.

 
Pot-au-feu militaire suisse.

Notes et référencesModifier

  1. « Le pot-au-feu est la base de la cuisine française. » Baron Brisse, La Petite Cuisine du baron Brisse, 1884, p.  3.
  2. Jean Louis Schefer, Figures de différents caractères, POL Editeur, (ISBN 978-2-8180-0577-4, lire en ligne).
  3. Auteur A. La Cloche d'Or, « Le pot-au-feu : toute une histoire ! », sur À la Cloche d'Or - Blog, (consulté le 19 décembre 2019).
  4. Guillaume Jean, Ils ont domestiqué plantes et animaux: Prélude à la civilisation, Quae, (ISBN 978-2-7592-1589-8, lire en ligne).
  5. Esterelle Payani, Atlas de la France gourmande. Itinéraires gastronomiques, produits et recettes, restaurants étoilés, Autrement, (ISBN 978-2-7467-4465-3, lire en ligne).
  6. Prosper Montagné, Larousse gastronomique, pg. 904[Quoi ?], Crown Publishers, 1961.
  7. « Histoire de la pomme de terre - Parmentier > C.N.I.P.T. », sur CNIPT PUBLIC (consulté le 7 novembre 2019).
  8. a b c et d Jules Gouffé et Ligaran, Le Livre de cuisine. Comprenant la cuisine de ménage et la grande cuisine, Ligaran, (ISBN 978-2-335-08717-8, lire en ligne).
  9. Joseph FAVRE, Dictionnaire universel de cuisine pratique, Place des éditeurs, (ISBN 978-2-258-08877-1, lire en ligne).
  10. Sabine Jeannin, Catherine Lamontagne et Aleth Thomas, Les bons petits trucs Rustica de nos grands-mères: Plus de 1500 conseils : maison, cuisine, potager, jardin, balcon, Fleurus, (ISBN 978-2-8153-0759-8, lire en ligne).
  11. a et b Jules Gouffé, Le livre des conserves ou Recettes pour préparer et conserver les viandes et les poissons salé et fumés, les terrines, les galantines, les légumes, les fruits, les confitures, les liqueurs de famille, les sirops, les petits fours, etc., etc, L. Hachette, (lire en ligne).
  12. « Recette du pot-au-feu à la cocotte-minute », sur Cuissonsouspression.com (consulté le 19 décembre 2019).
  13. C’est ce qui distingue le pot-au-feu de la potée.
  14. a b et c « Accord pot-au-feu vins blanc, rosé et rouge », cuisine.journaldesfemmes.com.
  15. Cf. également Que boire avec un pot-au-feu ?, www.eccevino.com.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Julia Csergo (dir.) (en appendice, choix de recettes), Pot-au-feu : convivial, familial, histoire d'un mythe, Paris, Autrement, coll. « Mutations », , 218 p. (ISBN 978-2-86260-929-4).
  • Héloïse Martel, Petit livre de : Pots-au-feu, potées Cie, edi8, , 40 p. (ISBN 2754048030 et 9782754048033).

Articles connexesModifier