Portrait du pape Léon X

peinture de Raphaël

Le Portrait du pape Léon X (ou Le Pape Léon X avec les cardinaux Giulio de Medicis et Luigi de Rossi) est une peinture à l'huile sur bois de 154 × 119 cm, du peintre Raphaël, datant de la période 1518-1520 ; le tableau est conservé à Florence au musée des Offices.

Portrait du pape Léon X
Image dans Infobox.
Artiste
Date
Type
huile sur bois
Dimensions (H × L)
154 × 119 cm
Mouvement
Collection
No d’inventaire
00287216Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

HistoireModifier

L'œuvre a été probablement commissionnée à Raphaël par le pape Léon X pour la décoration de ses appartements privés. Ce tableau a été peint après le mois de , date à laquelle Raphaël quitta Florence pour peindre le pape et le mariage de Laurent II de Médicis avec Madeleine de la Tour d'Auvergne.

DescriptionModifier

La peinture est un portrait du pape Léon X, assis sur le siège papal à son bureau, devant une Bible que son regard vient de délaisser, tournant le dos à deux personnages en habit de cardinal, celui de la gauche du tableau à un regard pensif, celui de la droite, regarde le spectateur et ses mains sont en appui sur les montants du siège ; le pape regarde vers la gauche du tableau et tient de sa main gauche une loupe richement décorée, témoignant de sa lecture interrompue. Il est placé obliquement dans la composition.

Sur la table se trouve une Bible ornée d'enluminures[1],[2], ainsi qu'une cloche en or et argent finement ciselée. On entrevoit un décor architectural dans le fond sombre du tableau.

AnalyseModifier

Le pape, personnage central de ce portrait de groupe, est escorté par ses deux conseillers[3], les deux cardinaux, issus de sa famille, Luigi de' Rossi à sa droite et Jules de Médicis, futur pape Clément VII derrière lui (sur la droite du tableau) qui ne semblent pas à l'aise[Interprétation personnelle ?][4]. Le pape est entouré de divers objets témoins de ses goûts raffinés pour les arts dont il était un mécène.

La boule du dossier du fauteuil du pape, dans laquelle se reflètent la pièce et la fenêtre, peut évoquer les boules symboliques du blason de la famille Médicis.

Le décor qui apporte à l'ensemble une sensation de puissance et de splendeur est constitué par des velours et des damassés de diverses tonalités dominées par le rouge orangé.

Le tableau est considéré par les critiques d'art comme un des grands chefs-d'œuvre de Raphaël et probablement le seul tableau qu'il ait exécuté sans aide pendant ses dernières années[3].

Contrairement à d'autres œuvres de l'artiste représentant des Madones gracieuses et des figures de l'antiquité classique, ce portrait montre les sujets avec réalisme plutôt qu'avec idéalisme.

Raphaël a représenté le pape Léon X selon l'iconographie chrétienne traditionnelle du souverain, flanqué de deux conseillers, les cardinaux Giulio de' Médici et Luigi de' Rossi. L'importance du personnage est mise en valeur par le jeu de lumières éclairant le personnage et son visage sur un fond sombre — constitué à l'arrière-plan par le décor intérieur d'un palais ou d'une église —, ainsi que par sa position frontale.

Le pape assume l'importance de son statut renforcé par la richesse de ses habits et le siège papal (dignité de la charge) ; le livre de prière richement enluminé (tradition de l'histoire de l'Église) et la clochette en riches métaux finement ciselée servant à appeler les serviteurs (pouvoir temporel).

ExpositionsModifier

Après la troisième fermeture des Offices pour la pandémie de Covid-19, à partis du les Offices seront rouverts, avec l'exposition Leone X torna a Firenze, dédiée au portrait du pape Léon X par Raphaël[5],[6].

Notes et référencesModifier

  1. Le manuscrit enluminé ouvert sur la table a, dans le passé, été identifié comme la Bible Hamilton (en).
  2. (en) Bernice F. Davidson, Raphael's Bible, 1985, p. 12.
  3. a et b Néanmoins certains historiens d'art pensent que les deux cardinaux ont été ajoutés a posteriori par un de ses élèves, probablement Giulio Romano[réf. nécessaire].
  4. Ce malaise reflète une période de troubles et de bouleversements pour la papauté ; Martin Luther avait défié l'autorité papale et Leon X devait vendre des indulgences pour financer les travaux sur la basilique Saint-Pierre.
  5. (it) La Nazione, « Firenze, Uffizi e Palazzo Pitti riaprono il 4 maggio », sur www.msn.com, (consulté le ).
  6. (it) Le Gallerie degli Uffizi, « Leone X ritorna a Firenze, Esposizione speciale in Palazzo Pitti per celebrare il rientro 'a casa' dopo la grande mostra su Raffaello alle Scuderie del Quirinale a Roma », sur www.uffizi.it (consulté le ).

AnnexesModifier

SourceModifier

BibliographieModifier

  • (es) S. Negrini, La Galería de los Uffizi de Florencia y sus pinturas, Col. « Los Grandes Museos », Editorial Noguer SA, 1974 (ISBN 84-279-9203-3).
  • (it) Pierluigi De Vecchi, Raffaello, Milan, Rizzoli, 1975.
  • (it) Paolo Franzese, Raffaello, Milan, Mondadori Arte, 2008 (ISBN 978-88-370-6437-2).

Article connexeModifier

Liens externesModifier