Porte cochère

baie dans la façade d'un bâtiment

Une porte cochère (ou passage cocher) est une baie dans la façade d'un bâtiment (portail d'hôtel particulier, de manoir, de bâtiment public), par laquelle les véhicules peuvent passer (une entrée de garage par exemple). Elle est nécessaire pour accéder à la cour arrière à cause de la proximité ou de la juxtaposition de corps de bâtiment voisins ou par l'absence d'un autre accès à la cour arrière et aux dépendances.

Porte cochère équipée de chasse-roues métalliques.

DescriptionModifier

Le passage des véhicules, de plain-pied, est facilité par l'absence de seuil — et à plus forte raison de perron — et par l'abaissement ponctuel du trottoir (appelé bateau). Les jambages de la baie peuvent être protégés d'éventuels chocs avec les véhicules par des chasse-roues. L'huisserie, généralement à deux battants, peut être munie d'un guichet, petit battant découpé dans un grand battant pour laisser le passage aux piétons sans avoir à ouvrir la porte entièrement[1].

 
Les portes cochères sont souvent munies d'interdictions de stationner.

La porte cochère a le gabarit, tant en hauteur qu'en largeur, du véhicule qu'elle doit laisser passer : voiture à cheval (ou coche), automobile. Ses dimensions sont au moins de 2,60 m de largeur et de 3,50 m de hauteur[2].

Elle ne doit pas être confondue avec le garage sous lequel les véhicules sont parqués.

HistoireModifier

Elle était autrefois l'indice de la présence d'habitants d'un statut social élevé, capables de « tenir équipage[3] ».

L'ordonnance de police du concernant la sûreté, la liberté et la commodité de circulation prévoit qu'« il est défendu de faire développer les portes sur la voie publique ». Le préfet de la Seine prescrit que « sur les boulevards ou autres voies publiques, les portes cochères seront placées en face des espaces libres entre les arbres, autrement le passage des voitures ne sera pas autorisé ».

Le mot « cochère » ne s'emploie que pour dire « porte cochère ».

RéférencesModifier

  1. Une porte piétonne ou porte-guichet peut aussi constituer avec la porte cochère un portail.
  2. J. Justin Storck, « Porte cochère », sur justinstorck.free.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. Christophe Loir, Bruxelles néoclassique. Mutation d'un espace urbain, 1775-1840, CFC Éditions, , p. 45.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Pierre Chabat, Dictionnaire des termes employés dans la construction, t. IV, Paris, Ve A. Morel et Cie, , p. 92-121.
  • Jean de Vigan, Le Petit Dicobat. Dictionnaire général du bâtiment, Paris, Arcature, , 957 p. (ISBN 2-9504805-7-8), p. 199, 698.