Porta di San Pietro (Pérouse)

Porte médiévale de Pérouse
Porta di San Pietro
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Localisation
Adresse
Coordonnées

La Porta di San Pietro ou Porta Romana est l'une des portes médiévales de Pérouse. Insérée dans les murs des XIIIe et XIVe siècles, elle est située au bout du Corso Cavour[1],[2].

HistoireModifier

La Porta San Pietro est également connue sous le nom de Porta Romana, car elle est orientée vers le sud en direction de Rome, où passait autrefois la Via Regale ou la Via Papale, empruntées par les pèlerins[1].

DescriptionModifier

La porte s'ouvre sur les murs médiévaux et possède deux façades : une intérieure et une extérieure.

IntérieurModifier

La plus ancienne, datant du XIVe siècle, tournée vers l'intérieur, possède deux ouvertures dont une est fermée ̶d 'où l'ancien nom Porta alle Due Porte (« La porte aux deux portes »). Dans la partie supérieure, à l'intérieur d'une niche se trouve une fresque de 1765 repeinte à plusieurs reprises, représentant Notre-Dame du Rosaire entre les saints François et Dominique. Une plaque commémore la résistance des Pérugins contre les troupes papales du [1],[2].

ExtérieurModifier

La façade extérieure, réalisée par Agostino di Duccio et le Pérugin Polidoro di Stefano (1475-1480)[3], est une œuvre de la Renaissance conçue comme un arc de triomphe flanquée deux tours latérales en saillie. L'architecture rappelle le temple Malatesta à Rimini de Leon Battista Alberti. Le projet, inachevé au niveau du couronnement, prévoyait une plus grande hauteur et un arc plus petit au-dessus de l'arc central, comme dans l'arc étrusque. Dans la cavité entre les deux façades, se trouvent deux portails latéraux : celui de droite conduisait à la Gabella (bureau de service), tandis que celui de gauche permettait d'accéder à l'ancienne église médiévale San Giacomo, dédiée au saint patron des pèlerins[1],[2].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (it) « Porta San Pietro », sur turismo.comune.perugia.it (consulté le ).
  2. a b et c (it) Antonio Senatore, « Porta San Pietro », sur studiumbri.it (consulté le ).
  3. (it) Francesco F. Mancini, « Ciburri, Polidoro in "Dizionario Biografico" », sur treccani.it, (consulté le ).

BibliographieModifier

  • (it) Tiziana Biganti, La città e la sua simbologia, in Carte che ridono, Perugia, 1987.
  • (it) Michele Bilancia, Il rapporto della città medioevale di Perugia con la cinta muraria etrusca, in Bollettino della Deputazione di Storia Patria per l’Umbria, LXXXV, 1988.
  • (it) Ugolino Nicolini, Mura della città e mura dei borghi: la coscienza urbanistica di Perugia medievale, in Francesco Roncalli di Montorio, Ugolino Nicolini, Franco Ivan Nucciarelli, Mura e torri di Perugia, Rome 1989; puis Scritti di storia, Naples 1993.
  • (it) Daniele Pisani, Piuttosto un arco trionfale che una porta di citta’. Agostino di Duccio e la porta San Pietro a Perugia, Venise, 2009.
  • (it) Mauro Menichelli, Templum Perusiae. Il simbolismo delle porte e dei rioni di Perugia,Futura, Pérouse, 2006.

Liens externesModifier