Ouvrir le menu principal

Port de Giurgiulești

Port de Giurgiulești
Giurgiulesti harbour.jpg
Plan du port de Giurgiulești.
Présentation
Type
Port marchand et de passagers
Construction
1996-2009
Géographie
Coordonnées
Pays
Raion
Liste des villes de Moldavie
Plan d'eau
Localisation sur la carte de Moldavie
voir sur la carte de Moldavie
Legenda port.svg

Le port de Giurgiulești, en moldave-roumain Portul Internațional Liber Giurgiulești, en français « Port franc international de Giurgiulești », est le seul port marchand et de passagers de Moldavie, situé à l'extrémité méridionale du pays, à la confluence du Prut et du Danube. Il combine des terminaux pétrolier et céréalier, une gare maritime, et peut, compte tenu de la profondeur du Danube, accueillir des navires maritimes.

ConstructionModifier

 
Panneau indiquant le projet du terminal pétrolier.
 
Contrôleurs de la navigation à Giurgiulești.

En 1995, le gouvernement moldave a créé la société Terminal S.A., une coentreprise à participation grecque pour l’aménagement d’un port et d’une raffinerie de pétrole à l’est de Giurgiulești. Ce port a été vivement contesté pour quatre raisons :

  • les doutes sur la nécessité même de ce port, alors que la Moldavie aurait pu négocier aisément des facilités d'accès aux ports roumains ou ukrainiens voisins de Galaţi et Reni, directement reliés à son réseau routier et ferroviaire ;
  • le coût élevé des investissements, dont la rentabilité est aléatoire en pleine crise financière internationale ;
  • l’échec de l’échange territorial avec l’Ukraine qui empêche l'accès des navires de fort tonnage ;
  • en cas d’avarie, les polluants arriveraient en quelques heures dans le delta du Danube tout proche, sans être dilués, ce qui menace fortement cet écosystème protégé.

Le gouvernement moldave n’en eut cure et en 1996, la BERD lui a octroyé un crédit de plus de 19 millions de dollars et détient de ce fait 20 % de la société. 41 % sont détenus par la société moldave Tirex-Petrol et 39 % par la société grecque Technovax[1]. Les travaux ont débuté en [2] mais les contestations se sont avérées réalistes et le gouvernement moldave a du vendre sa part en 2003[3]. C’est pourquoi l’ouverture du port a été graduelle : le pour le terminal pétrolier, le pour la gare maritime et le pour le terminal céréalier [4].

TraficModifier

 
Le paquebot Princessa Elena accosté au port de Giurgiulești.
 
Basé au port de Giurgiulești, le cargo moldave Blue Sky M peut transporter des containers ou des automobiles.

En fin de compte même si le port est moldave, le gouvernement ne le contrôle pas plus que s’il était étranger, puisque des actionnaires russes, grecs et azerbaïdjanais y sont majoritaires. Le trafic de fret reste très épisodique, d’autant qu’en période hivernale le port est englacé ; quant au trafic voyageurs, il est assuré l’été par quelques navettes fluviales roumaines de la ligne Galați-Tulcea-Sulina (toutes n’y abordent pas) et par le paquebot Princessa Elena (dont l’équipage est moldave, l’affréteur russe, une compagnie de Sotchi, et le pavillon libérien) qui relie Giurgiulești à Istanbul en 18 heures certaines semaines de mai à août.

Notes et référencesModifier

  1. Rapport de la BERD, 1996 Lire en ligne. Consulté le 14 juin 2008.
  2. UNECE, Le développement de l’infrastructure de la navigation intérieure, p. 3 Lire en ligne. Consulté le 14 juin 2008.
  3. (en) La Pravda, article du 30 juin 2006 Lire en ligne « Copie archivée » (version du 29 septembre 2007 sur l'Internet Archive). Consulté le 14 juin 2008.
  4. (ro) L'inauguration du terminal sur RoPortal.ro. Consulté le 14 juin 2008.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :