Ouvrir le menu principal

Port-en-Bessin-Huppain

commune française du département du Calvados
(Redirigé depuis Port-en-Bessin)

Port-en-Bessin-Huppain
Port-en-Bessin-Huppain
Port-en-Bessin vu de l'est, depuis les hauteurs surplombant la tour Vauban.
Blason de Port-en-Bessin-Huppain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Canton Bayeux
Intercommunalité Communauté de communes de Bayeux Intercom
Maire
Mandat
Pierre-Albert Cavey
2014-2020
Code postal 14520
Code commune 14515
Démographie
Gentilé Portais
Population
municipale
1 943 hab. (2016 en diminution de 6,77 % par rapport à 2011)
Densité 257 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 39″ nord, 0° 45′ 19″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 74 m
Superficie 7,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Port-en-Bessin-Huppain

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Port-en-Bessin-Huppain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Port-en-Bessin-Huppain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Port-en-Bessin-Huppain
Liens
Site web www.portenbessin-huppain.fr

Port-en-Bessin-Huppain est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 1 943 habitants[Note 1].

Son histoire remonte à la fin de l'Âge du bronze et son destin est lié à la mer ainsi qu'en témoigne sa devise : Res nostra mare (la mer est notre loi).

Il abrite depuis le Moyen Âge les pêcheurs locaux et les navires de passage qu'ils soient marchands ou guerriers.

Ce havre naturel dans une faille de la côte du Bessin a été le « Port des Évêques » de Bayeux jusqu'à la Révolution. Au XVe siècle, le 59ème prélat de cette cité épiscopale y fait creuser un bassin d'échouage qu'une tempête détruit en 1622.

Du XVIIe siècle au milieu du XIXe siècle, il gardera son statut de refuge naturel sans que des aménagements n'y soient réalisés malgré 250 années de pétitions des Portais, de mémoires, de rapports et de projets divers.

La reconstruction du port n'interviendra qu'à partir de 1860. Deux môles préfigureront l'avant-port et la création successive d'un premier puis d'un second bassin sera à l'origine du port à flot actuel.

Port-en-Bessin est dédié à la pêche au poisson frais et à la coquille Saint-Jacques et depuis fin 2015, il s'affirme dans l'activité de la réparation navale à l'échelle de la Normandie.

Sommaire

GéographieModifier

Port-en-Bessin est une commune littorale du pays du Bessin, souvent appelée simplement « Port » par ses habitants[1]. Son bourg est à 9 km au nord-ouest de Bayeux et à 15 km à l'est de Trévières[2]. Les deux cités de Port-en-Bessin et Huppain ont fusionné en 1972 pour ne faire plus qu'une commune qui englobe aussi les hameaux de Villiers-sur-Port et de Neuville.

Le port est situé dans une anfractuosité de hautes falaises bordant la Manche entre celle du Castel à l'est (la plus haute des deux), et celle de Huppain à l'ouest.

 
Carte de la commune.

Le point culminant (74/75 m) se situe en limite ouest, près du lieu-dit Villiers-sur-Port.

HydrographieModifier

La commune est traversée par trois ruisseaux dits de la Fossette, des Chantiers et des Viviers.

A noter par ailleurs que l'Aure, qui disparaît sous terre au nord de Bayeux, au lieu-dit La Fosse Soucy, pour plonger sous les falaises de la côte, connaît une résurgence sur le platier de Port-en-Bessin. Ce phénomène hydrographique explique qu'au début du XXe siècle, les lavandières de Port lavaient encore leur linge sur la plage, près des flots, ainsi qu'en témoigne une série de photographies anciennes réalisées par le Père Alexandre Dubosq[3],[4].

ClimatModifier

La commune est caractérisée par un climat océanique avec été tempéré.


ToponymieModifier

Port-en-Bessin est attesté sous la forme Portu en 1035-1036[6].

Il s'agit de la formation toponymique médiévale fréquente Port, au sens de « port », mot issu du latin portus, « port », « abri »[6].
Le déterminant complémentaire -en-Bessin est apparu plus tard.

Huppain est mentionné sous la forme Hupain au XIIIe siècle[6].

Selon Albert Dauzat et Charles Rostaing, ce toponyme serait formé à partir d'un anthroponyme germanique, Hubbo ou Huppo, et de l'appellatif toponymique germanique heim, « village »[6].

René Lepelley explique aussi le premier Hup(p)- par un nom de personne, mais un peu différent, à savoir l'anthroponyme anglo-saxon Hubdo ou encore par l'adverbe anglo-saxon up. Dans les deux cas, il est associé à l'anglo-scandinave heimr « maison, village », d'où le sens global de « maison de Hubdo » ou de « village d'en haut »[7].

Enfin, Ernest Nègre évoque avec prudence un nom de personne germanique Helpinus pris absolument[8].

Remarques : généralement, les spécialistes comparent Huppain à Surrain à 8 km, attesté sous les formes Surrehain au XIe, puis Surreheim au XIIe[9], ce qui leur permet de formuler l'hypothèse d'un appellatif germanique heim ou scandinave heimr, plutôt que le saxon ou l'anglo-saxon hām de sens proche (en tout cas pas d'une finale en -anum). En effet, hām a donné la terminaison -ham ou -han que l'on retrouve par exemple dans Étréham (à 4 km de Huppain). Louis Guinet a supposé que la forme Huppain représentait l'aboutissement d'un croisement, à savoir : le vieux saxon Hubbohâm, dont l'élément -hâm a été influencé par le vieux norrois heimr (il voit dans le premier élément l'anthroponyme vieux saxon Hubbo)[10]. L'hypothèse de l'adverbe anglo-saxon up pour expliquer le premier élément est moins vraisemblable, car cet élément n'a jamais été identifié par ailleurs dans la toponymie normande, ni même aucun adverbe ayant cette origine. La proposition d'Ernest Nègre se heurte au fait que les noms de personnes pris absolument sont rares dans la toponymie normande et que Helpinus aurait dû normalement évoluer en Heupin.

Le gentilé est Portais.

HistoireModifier

 
Le général Bernard Montgomery avec des officiers de l’armée et de la marine britanniques à Port-en-Bessin le .

Des fouilles menées au mont Castel en 2014 ont permis de confirmer une occupation du site dès la Protohistoire. « Si une fréquentation du Mont Castel durant la Protohistoire semblait attestée, la nature et la chronologie de cette fréquentation restaient à mettre en évidence. La topographie et les quelques informations disponibles orientent la réflexion vers un site fortifié de hauteur de La Tène finale (de 150-30 avant notre ère), de type oppidum, implanté en un lieu remarquable et éminemment stratégique depuis la fin l’âge du Bronze (1350-800 avant notre ère). Une campagne de sondage a été réalisée en 2010, dans un contexte d’urgence suite à la découverte d’un vaste pillage sur le site. Ces tests ont confirmé les premières hypothèses : le site est occupé durant l’âge du Bronze final puis voit la construction de fortifications à l’extrême fin de l’âge du Fer. Durant ces sondages, de l’armement romain a été mis au jour (bouterolle de glaive, trait de baliste ou de scorpion, balles de fronde en plomb…) »[11]. Ces découvertes contribuent à conforter l'hypothèse selon laquelle les premiers camps militaires romains se seraient implantés sur les oppida à la fin de la conquête avant d'être déplacés à l'écart de ces noyaux urbains dès la période augustéenne[11].

Le port est donc occupé à l'époque gallo-romaine. Plus tard, il constitue peut-être un élément du litus Saxonicum sous le nom de Grannona, mentionné comme Grannona in litore Saxonico.

Après la fondation du duché de Normandie, Il accueille une partie des chantiers navals de Guillaume le Conquérant qui préparait sa flotte pour envahir l'Angleterre.[réf. souhaitée]

Les premières installations portuaires remontent au XVe siècle et sont dues au 59ème évêque de Bayeux, Louis d'Harcourt, qui fait construire deux jetées et un bassin en 1475. Le village de Port faisait en effet partie du domaine des évêques de Bayeux qui le considéraient comme leur ouverture sur la mer. Le bassin est alors séparé en deux par un pont-écluse avec, d'une part, le bassin d'échouage et de l'autre, le bassin de chasse. Fragile et mal protégé, l'ouvrage est complètement détruit lors d'une tempête en 1622. Faute d'entretien, le bassin s'ensable et se comble. Le commerce de peaux, de drap et d'étamine décline, Bayeux ne disposant plus de son débouché en mer. Par ricochet, Port perd de son activité même si perdure le commerce du beurre et du cidre jusqu'à Rouen[12].

Sous Louis XIV, Sébastien Le Prestre de Vauban, qui est à la recherche de sites propices à la construction de ports militaires, envisage un projet à Port-en-Bessin. C'est ainsi que sont édifiées une casemate équipée de trois canons sur la falaise du Castel puis une batterie et un magasin à poudre, en face, sur la falaise de Huppain. Seul subsiste le premier ouvrage appelé de nos jours Tour Vauban[12]. Mais Cherbourg a finalement la préférence et le projet ne va pas plus loin[13].

À la fin du XVIIe siècle, l'évêque de Bayeux fait construire des cabestans pour permettre aux pêcheurs de tirer plus aisément leurs embarcations au sec en haut de la plage de galets[13]. Ces cabestans sont répartis sur cinq cales. Le dernier d'entre eux sera détruit en 1867 lors de la construction des nouveaux bassins.

Au XVIIIe siècle, le site est signalé à Louis XV comme le plus favorable sur la Manche pour y installer un port susceptible de servir de retraite à la marine et de protéger le commerce de la France[12].

Les projets se succèdent mais ne se réalisent pas malgré les pétitions des pêcheurs et les réclamations des notables et bourgeois de Bayeux. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce frein au développement de Port : les difficultés techniques dues aux courants et à la géologie, notamment ; les considérations économiques, les propositions étant considérées trop onéreuses ; les raisons politiques enfin dont la concurrence avec Caen qui avait besoin aussi d'infrastructures[13].

En 1824, Huppain (64 habitants en 1821[14]) absorbe Neuville-sur-Port (22 habitants[15], au sud de Huppain) et Villers-sur-Port (99 habitants[16], à l'ouest).

Ce n'est qu'au milieu du XIXe siècle que Port est classé port de refuge et que l'État accorde des crédits à sa reconstruction. Les travaux, commencés en 1845, se terminent en 1864. Mais le port, très exposé aux vents surtout en hiver, ne joue pas son rôle. Le conseil municipal de Port demande dès 1866 la construction d'un port intérieur d'échouage. Dix ans plus tard, l'État y donne suite mais le bassin s'avère vite insuffisant et un second est construit, de 1882 à 1886, qui communique avec le premier par un chenal. La population et la prospérité de Port augmentent. Des projets d'agrandissement se multiplient mais ne sont pas mis en œuvre dans le contexte des deux conflits mondiaux[12].

Libéré le par le 47e Royal Marines Commando (en), lors de l'opération Overlord, Port-en-Bessin devient dès le 16 juin tête de réseau d'un système de pipelines d'environ 120 km destiné à ravitailler les armées des alliés en carburant. Fin août 1944, ce système est complété par l'opération PLUTO (Pipe Line Under The Ocean), qui voit la pose d'oléoducs entre l’île de Wight et Querqueville près de Cherbourg.

À la Reconstruction, l'avant-port fait l'objet d'aménagements pour y améliorer la sécurité.

En 1970, des travaux sont lancés pour construire un troisième bassin mais sont abandonnés : les eaux souterraines provenant des Fosses de Soucy coulent en effet sous les terrains à déblayer et plus les travaux d'excavation avancent, plus le chantier est inondé. Les travaux se limiteront en conséquence à un agrandissement du second bassin[12].

Les communes de Port-en-Bessin et de Huppain s'associent le 1er octobre 1972.

Devenu premier port de pêche de la Basse-Normandie, Port-en-Bessin connaît la consécration avec la création de la halle à marée (la criée) en 1975. L'activité halieutique est désormais pratiquée à tous ses stades économiques[13].

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 Camille Huet   Médecin
mars 2001 mars 2008 Lucien Sachet   Principal de collège
mars 2008 En cours Pierre-Albert Cavey[17]   Médecin
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[17]. L'un des conseillers est maire délégué de la commune associée de Huppain.

Aménagements portuairesModifier

Fin 2015, le port a été équipé d'un élévateur à bateaux d'une capacité portante de 10 à 300 tonnes. À cette occasion, plusieurs équipements complémentaires ont été créés : deux aires techniques permettant d'accueillir simultanément cinq bateaux ; quarante nouvelles cases d'armement ; des bâtiments techniques d'exploitation ; une cale de mise à l'eau et deux aires de tri de déchets aux normes actuelles[18].

En 2018-2019, des travaux de restructuration des épis est et ouest ainsi que du môle est du port ont été entrepris par le département du Calvados[19].

Population et sociétéModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2016, la commune comptait 1 943 habitants[Note 2], en diminution de 6,77 % par rapport à 2011 (Calvados : +1,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Port-en-Bessin-Huppain est la commune la plus peuplée du canton de Ryes.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
580540628550630674676782842
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8128709281 0011 0201 1291 1641 2721 354
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4471 4431 4561 3351 3161 4081 4941 3141 560
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 7371 8912 3882 3322 3082 1392 0052 1411 950
2016 - - - - - - - -
1 943--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
 


Emploi, chômage et logementModifier

Selon les données 2015 de l'INSEE, la commune compte 1 080 emplois dont 85% salariés. Le taux de chômage des 15-64 ans s'élève à 15,3% de la population[23]. La part des ménages propriétaires de leur résidence principale est de 53% et 27,2% des logements de la commune sont des résidences secondaires.

CulteModifier

Port-en-Bessin-Huppain se situe dans le diocèse catholique de Bayeux-Lisieux et relève du pôle missionnaire de Bayeux. La commune fait partie de la paroisse Notre-Dame des Flots qui regroupe six communes (Bayeux, Port-en-Bessin-Huppain, Isigny-sur-Mer, Trévières, Le Molay-Littry et Tilly-sur-Seulles[24]). Les messes dominicales du samedi soir et du dimanche matin sont célébrées à tour de rôle dans les églises de la paroisse et en ce qui concerne Port-en-Bessin-Huppain, dans l'église Saint-André.

Associations localesModifier

La commune regroupe un nombre important d'associations dans le domaine social, des loisirs et de la culture ainsi que des sports et activités de plein-air[25]. Elle dispose notamment d'un Office municipal du sport qui programme évènements, tournois et séjours sportifs tout au long de l'année[26] dans le but de promouvoir « l'esprit du sport ».

ÉconomieModifier

 
Bateaux de pêche dans le chenal du port.

La commune possède un port de pêche. Il est géré par le Département du Calvados. Selon le rapport de France Agri Mer publié en 2014, c'est le neuvième port de pêche de France avec 8,5 tonnes de poissons par an et le deuxième de la Normandie. En 2017, avec 9,5 tonnes de débarquées, le port est remonté au septième rang national et au premier rang régional[27]. La criée, l'une des plus modernes de France [28], a réalisé cette année-là 25 millions d'euros de chiffre d'affaires[27].

Le port s'affirme aussi dans la réparation navale, les entreprises portaises s'étant regroupées et structurées pour créer l'entité Port-en-Bessin naval pro. En 2017, l'élévateur de bateaux mis en service fin 2015, a ainsi pris en charge 277 unités de pêche ou de plaisance, soit 27% de plus que l'année précédente[27].

Les autres secteurs de l'économie locale sont le tourisme et l'industrie. Port-en-Bessin-Huppain est dénommée « commune touristique » depuis mai 2011[29].

GéologieModifier

Les falaises sont constituées de marnes de Port. Ces marnes, dont Port-en-Bessin a donné le nom, datent du Bathonien (−167 à −164 millions d'années) et reposent sur une couche de calcaire à spongiaires du Bajocien. Les couches de passage Bajocien-Bathonien affleurent au niveau de l'estran au pied des falaises.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La tour VaubanModifier

 
La tour Vauban, construite en 1694 par Benjamin de Combes.

Sur la falaise, à l'entrée du port fut bâtie en 1694 la tour Vauban par l'architecte Benjamin de Combes pour surveiller les corsaires et prévenir les invasions anglaises. Elle est classée Monument historique[30]. Une deuxième tour similaire la surplombait, en haut de la falaise, mais celle-ci fut détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. La tour Vauban a servi de dépôt de munitions, mais reçut un obus sur l'ouverture face à la mer et fut restaurée.

Les églisesModifier

 
Ancienne église de Villiers-sur-Port aujourd'hui en ruines.

L'église Saint-André de Port fut construite de 1880 à 1898 par l'architecte Moutier pour remplacer l'ancien sanctuaire du XIIe siècle, la nef étant devenue trop exiguë face à l'accroissement de la population. Cinq statues et un chapiteau sont classés à titre d'objets monuments historiques.

L'église Saint-Pierre de Huppain, qui dépendait de l'abbaye de Cerisy-la-Forêt, date des XIIe et XIIIe siècles. L'église Saint-Nicolas de Villiers-sur-Port date également des XIIe et XIIIe siècles mais elle est en ruines depuis le XIXe siècle, comme l'église de Neuville du XIIIe, dédiée à Notre-Dame-des-Saintes-Reliques, dont il ne reste que quelques vestiges. Les églises de Huppain et de Villiers sont classées monuments historiques[31],[32].

Autres monumentsModifier

Le château de Villiers-sur-Port, du XIIIe siècle, est inscrit au titre des monuments historiques [33].

Le musée des épaves du débarquementModifier

Il présente toutes sortes d'objets et véhicules trouvés dans les fonds marins au lendemain du débarquement.

Activité et manifestationsModifier

SportsModifier

L'Étoile sportive portaise fait évoluer deux équipes masculines de football en divisions de district et une féminine à 8 en départementale[34].

L'Entente Port-Bayeux-Bessin, club de handball, dispose d'un effectif de trois équipes seniors masculines, deux équipes seniors féminines, ainsi que douze équipes jeunes[35].

JumelagesModifier

  Saint-Pierre (France) depuis 1976[36].

ManifestationsModifier

  • En août : bénédiction de la mer (hommage à la Vierge des Feux qui protège les pêcheurs). Cette fête a lieu tous les quatre ou cinq ans depuis 1908 et selon un rituel immuable. Les évêques successifs embarquent sur un chalutier portais pour bénir la mer, la flottille et honorer la mémoire des péris en mer. Les rues, les quais et les bateaux se parent alors de milliers de fleurs en papier crépon aux multiples couleurs[37].
  • Début novembre : fête du goût du large (fête de la coquille Saint-Jacques et des produits de la mer sur un week-end), organisée depuis 2003.
  • Juillet-août : marché du soir le vendredi suivi d'un feu d'artifice.

Port-en-Bessin dans les artsModifier

PeintureModifier

LittératureModifier

CinémaModifier

Plusieurs scènes de films ont été tournés à Port-en-Bessin, comme Le Jour le plus long dont les longues scènes de l'attaque du casino de Ouistreham : celui-ci est en réalité reconstruit à l'identique près du port de Port-en-Bessin. L'ouvrage a été entièrement détruit après le tournage du film. Dans celui-ci, on peut voir la tour Vauban.

D'autres scènes de films ont été tournées dans la commune : La Marie du port, Le Port des brumes (épisode de la série Les Enquêtes du commissaire Maigret[39]), A Foreign Field (en) (1992), La Mort du Chinois et Angèle et Tony, réalisé en automne 2009 par Alix Delaporte, pour lequel Grégory Gadebois et Clotilde Hesme ont obtenu respectivement le César du meilleur espoir masculin et le César du meilleur espoir féminin 2012. Quelques scènes d'Un singe en hiver, de La Dentellière et de Dracula père et fils ont aussi été tournées à Port-en-Bessin[40].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Auguste Thin (1899-1982), ancien poilu choisi pour désigner le soldat inconnu, a résidé dans la commune.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

tiercé en fasce : au 1er de gueules à la tête de crosse d'or mouvant de la partition, au 2e d'argent plain, au 3e d'azur à trois poissons contournés d'argent, posés en fasce et rangés en pal, entre les deux extrémités d'un quai du même, maçonnées de sable, mouvant des flancs et de la pointe de l'écu ; au voilier de deux mâts, contourné, de sable et habillé d'argent (d'or) brochant sur le tout[41].

DeviseModifier

La devise de Port-en-Bessin est « Res nostra mare », ce qui signifie "La mer est notre loi"[42].

BibliographieModifier

  • Michel Blaie, Port-en-Bessin raconté par la carte postale ancienne, Charles Corlet, 2003
  • Michel Blaie, Port-en-Bessin La vie sur rt-en-Bessin. Mémoire ou réclamation des entrepreneurs, C.-J. Delamare, 1851
  • Pierre Gouhier, Port en Bessin, 1597-1792, Société d'Enquêtes Ethnographiques Normandes, 1962
  • Philippe Oblet, L'histoire de Port-en-Bessin. Port de Bayeux de l'époque celtique à 1971. Les oppositions de la ville de Caen et l'aide de Bayeux, La Renaissance du Bessin, 1974

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 978-2862532479), p. 89
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Des lavandières en bord de mer », sur Histoire Normande - 1100 ans d'histoire de la Normandie, (consulté le 8 avril 2019)
  4. « ARDI Photographies », sur 240plan.ovh.net (consulté le 8 avril 2019)
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  6. a b c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, 1963 (réédition guénégaud 1979), p. 542b
  7. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 201
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne) [1]
  9. Louis Guinet, « Des toponymes normands en Ham (-ain) et de l'étymologie du français hameau » in Annales de Normandie, 1963, Volume 13, Numéro 13-2, p. 76 (lire en ligne) Persée Revues scientifique
  10. Louis Guinet, op. cit. p. 77.
  11. a et b https://www.inrap.fr/les-fouilles-du-mont-castel-port-en-bessin-de-la-fin-de-l-independance-la-11097
  12. a b c d et e Histoire du port de Port-en-Bessin, synthèse d'Any Allard sur le site de la commune
  13. a b c et d Marie-Pierre Legrand, Un port de pêche : Port-en-Bessin et ses aménagements, coll. « Annales de Normandie »,
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Neuville-sur-Port », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 8 février 2013).
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Villers-sur-Port », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 8 février 2013).
  17. a et b Réélection 2014 : « Port-en-Bessin-Huppain (14520) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 avril 2014)
  18. https://www.portenbessin-huppain.fr/travaux-recemment-realises/
  19. « Restructuration des épis du port de Port-en-Bessin », Magazine Calvados, no 134,‎ printemps
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  23. « Comparateur de territoire − Commune de Port-en-Bessin-Huppain (14515) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 8 avril 2019)
  24. « Les paroisses », sur Les catholiques du Calvados (consulté le 8 avril 2019)
  25. « Associations Locales | Port-en-Bessin-Huppain », sur www.portenbessin-huppain.fr (consulté le 8 avril 2019)
  26. « Office Municipal des Sports | Port-en-Bessin-Huppain », sur www.portenbessin-huppain.fr (consulté le 8 avril 2019)
  27. a b et c Éric Marie, « Port en Bessin : une bonne année pour la pêche », Ouest France,‎
  28. La Basse-Normandie, un haut lieu de la pêche et des produits de la mer, publication Organisation de producteurs - Marins-pêcheurs de Basse-Normandie, Editmar, Rennes
  29. [PDF] « Préfecture du Calvados - Recueil des actes administratifs n° 37 - 26 mai 2011 » : page 23.
  30. « Tour Vauban à Port-en-Bessin », notice no PA00111622, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Église d'Huppain », notice no PA00111620, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Ancienne église de Villiers-sur-Port, à Huppain », notice no PA00111621, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Ancien château de Villiers-sur-Port à Huppain », notice no PA00111619, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « ES Portaise », sur Site officiel de la Ligue de Normandie (consulté le 21 novembre 2018)
  35. « Blog de l'Entente Port-Bayeux-Bessin » (consulté le 21 novembre 2018)
  36. « Ouest-france.fr - Le jumelage avec Saint-Pierre-et-Miquelon dure depuis 34 ans - Port-en-Bessin-Huppain » (consulté le 11 novembre 2010)
  37. « Bénédiction de la Mer | Port-en-Bessin-Huppain », sur www.portenbessin-huppain.fr (consulté le 1er avril 2019)
  38. [Le Petit futé-Normandie, 1996, p. 57]
  39. « Le port des brumes », sur le site « Les enquêtes du commissaire Maigret » (consulté le 17 mai 2012) : « Alors que l'action du roman se passe à Ouistreham, l'épisode a été tourné à Port-en-Bessin. »
  40. Ouest France, Port-en-Bessin fait son cinéma depuis 60 ans, 17 octobre 2009
  41. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=16143
  42. https://www.portenbessin-huppain.fr/le-port-de-peche/