Ouvrir le menu principal

Port-Saint-Louis-du-Rhône

commune française du département des Bouches-du-Rhône

Port-Saint-Louis-du-Rhône
Port-Saint-Louis-du-Rhône
La tour Saint-Louis (XVIIIe siècle).
Blason de Port-Saint-Louis-du-Rhône
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Arles
Canton Arles
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Maire
Mandat
Martial Alvarez
2014-2020
Code postal 13230
Code commune 13078
Démographie
Gentilé Saint-louisien, Saint-louisienne
Population
municipale
8 519 hab. (2016 en diminution de 1,05 % par rapport à 2011)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 15″ nord, 4° 48′ 16″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 3 m
Superficie 73,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Port-Saint-Louis-du-Rhône

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Port-Saint-Louis-du-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Port-Saint-Louis-du-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Port-Saint-Louis-du-Rhône
Liens
Site web http://www.portsaintlouis.fr

Port-Saint-Louis-du-Rhône est une commune française située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, créée en 1904 par nécessité d'Arles et de Lyon d'avoir un port en embouchure du Rhône.

GéographieModifier

SituationModifier

 
Plage Carteau.

Port-Saint-Louis se trouve entre le Grand-Rhône à l'ouest (delta du Rhône, limite orientale de la Camargue) et le golfe de Fos à l'est, ouvrant sur la Méditerranée. C'est une ville industrielle et un port annexe de Marseille. Le territoire de la commune est uniformément à fleur d'eau, prolongement de la Camargue. Il y a aussi de nombreux marécages et plans cultivés, vastes marais salants.

La ville est connue pour ses trois plages : plage Napoléon, plage Olga et plage Carteau.

Voies de communication et transportsModifier

 
Navire entrant dans le port.

Rattaché au port autonome de Marseille, le bassin de Port-Saint-Louis-du-Rhône, créé en 1871, reçoit aussi bien les navires de mer que les plaisanciers et certains commerces empruntant le Rhône. Grâce à son écluse et au canal grand gabarit Fos-Rhône, il est l'un des points clés des trafics fluvial et fluvio-maritime entre l'Europe et la Méditerranée, les bateaux de matières dangereuses sont interdits dans cette écluse située trop près des habitations[1]. Une autre écluse (dite de Barcarin)[2] mise en service au début des années 1980 et située à proximité du bac de Barcarin permet un trafic de bateaux de voyageurs, de commerces sur un autre canal grand gabarit Fos-Rhône, les bateaux de plaisances sont interdits dans cette écluse. Les deux écluses de Port Saint Louis sont téléconduites depuis le Centre de Gestion de la Navigation (CGN)[3] de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) à Châteauneuf du Rhône dans la Drôme.Le pont levant routier de l'écluse de Port St Louis est également manœuvré depuis le CGN. Néanmoins avec les deux écluses, les diverses manipulations peuvent se faire depuis les miradors locaux toujours en service.


Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Port-Saint-Louis-du-Rhône
Arles Arles Arles
Arles   Fos-sur-Mer
Arles Arles
Mer Méditerranée
Mer Méditerranée

ClimatModifier

Description généraleModifier

Par mois et années, les précipitations et les températures se répartissent comme indiqué dans les tableaux suivants[4]. Le climat est de type méditerranéen avec un fort degré d'exposition au mistral. Les hivers sont donc assez doux et les étés chauds et secs. Des périodes de sécheresse de plusieurs mois sont assez fréquentes (par exemple en 2006). Les précipitations sont donc inégalement réparties sur l'année. Elles ont généralement lieu au printemps et à l'automne sous la forme de pluies. La neige est rare. Les apports de l'automne étant généralement les plus élevés. Outre leur inégale répartition annuelle, les pluies peuvent prendre un caractère très violent amenant de grandes hauteurs de précipitations en quelques jours jusqu'à dépasser de temps en temps 50 mm en une journée (exemple : le 2 août 2009 avec 55 mm)[5].

DonnéesModifier

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,0 12,4 15,2 17,4 21,8 26,0 29,6 29,3 25,2 20,0 14,4 11,8 19,5
Températures moyennes (°C) 6,8 7,9 10,3 12,6 16,7 20,6 23,9 23,7 20,1 15,5 10,3 7,8 14,7
Températures minimales (°C) - 10 3,4 5,3 7,7 11,6 15,2 18,1 18,1 14,9 11,0 6,2 3,8 9,9
Précipitations (hauteur en mm) 62 48 47 56 40 37 15 31 64 99 54 56 606,2
Source : Météo France / Station d'Istres [6].

ToponymieModifier

HéraldiqueModifier

  Blason Parti d’or et d’azur à la champagne de sinople brochante, à la tour du lieu d’argent ouverte et ajouré de sable brochant sur le tout[7].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

HistoireModifier

 
La tour Saint-Louis, 1737.

Les temps modernesModifier

1711 : Dans le courant de l'hiver une grande crue provoqua le changement du lit du Rhône, entre Chamone et la mer. Soit sur les 25 kilomètres de son cours actuel.

Pour indemniser les propriétaires dont les terrains avaient été submergés par le nouveau lit du fleuve, le Conseil du Roi avait frappé d'un impôt supplémentaire tout le Lyonnais, Dauphiné, Languedoc & Provence. Cet impôt fut prélevé sur le transport de sel par voie navigable à partir de 1723, et devait ainsi financer l'endiguement du nouveau bras du fleuve appelé Canal des Launes.


1737 : Cette année là, l'impôt est utilisé pour la construction de la Tour Saint Louis située à cette époque à l'embouchure principale du Rhône.

La tour Saint-Louis est édifiée en 1737 par l'ingénieur militaire Mareschal, par ailleurs architecte de la cathédrale Saint-Christophe de Belfort, des jardins de la Fontaine à Nîmes ou encore de l'ancien théâtre de Montpellier.

Époque contemporaineModifier

1802 : Mise à l'étude du Canal d'Arles à Bouc avec l'appui du 1er Consul, Napoléon Bonaparte pour faciliter la liaison entre le Rhône et la Mer en évitant le delta. Le projet sera réalisé en 1834.

1863 : Le décret d'utilité publique concernant les travaux de creusement du canal Saint Louis est signé par Napoléon III, le promoteur en sera Hippolyte Peut .

Les lignes qui suivent sont extraites et/ou inspirées de la monographie publiée en 1983 par MM. Émile Boncœur, Jean-Louis Charrière et Jean-Louis Mattéi, Contribution à l'histoire de Port Saint Louis du Rhône :

« Un décret de 1863 déclare d'utilité publique le projet de création du canal Saint-Louis, d'un bassin et d'une écluse, l'adjudication des travaux a lieu en 1864, ils seront réalisés avec des modifications : ajouts de jetées, de digues, surface de bassin plus importante, le canal est ouvert à la navigation en 1871. Le canal est creusé à sec et les déblais servent à établir des terre-plains surélevant un peu une zone dont l'altitude est proche du niveau 0 »

1864 : Début des travaux de creusement du port.

À cette époque, l'emplacement de la ville n'est que marécages où sévissent les fièvres paludéennes qui causèrent une mortalité effrayante parmi les ouvriers de cet immense chantier.

1871 : Le 15 août, le canal est ouvert à la circulation. Il sera entièrement terminé le 28 Septembre 1873.

Les ouvrages sont :

  • Une écluse de 160 m de longueur utile, 22 m de largeur et 7,5 m de tirant d'eau.
  • Un canal de 6 m de profondeur et 50 m de largeur.
  • Un bassin de 12 hectares entre l'écluse et le canal.

La création d'un port à l'embouchure du Rhône découle en grande partie des contraintes de la géographie pesant sur les besoins économiques. Le Rhône étant infranchissable aux navires autres que ceux à très faible tirant d'eau, le contournement de la bouche du bras principal est indispensable. Le canal des fosses mariennes (102/103 av. J.-C.) et le canal d'Arles à Bouc (1834) participaient déjà de cette idée. À partir du XVIIe siècle, les tentatives ont consisté à corriger l'embouchure en endiguant le fleuve pour créer un effet de chasse d'eau. Le souci était également de maîtriser les divagations du fleuve qui a changé plusieurs fois de parcours ainsi que l'attestent l'histoire et la géologie.

1880 : Il y'a à peine 300 habitants dans la nouvelle agglomération, ils seront 2 500 au recensement de 1906.

1881 : La Compagnie Générale de Navigation s'installe à Port-Saint-Louis-du-Rhône et va faire construire des entrepôts maritimes entre les quais et la Tour. C'est la date de "naissance" officielle du port.

1883 : Inauguration du Canal Saint Louis.

1885 : Paul Daher ouvre son premier bureau de transit, d'acconage et d'agence maritime.

La paroisse est érigée en 1886. L'urbanisme est aéré (nombreux espaces verts et vastes avenues). On y trouve de grands mas camarguais. On y trouve également des chevaux servant dans les manades par exemple, ainsi que des flamants roses dans les marais.

1887 : Inauguration de la ligne de chemin de fer Arles / Port-Saint-Louis-du-Rhône qui désenclave la ville jusqu'alors reliée à Arles au moyen d'un petit bateau à vapeur qui assurait un aller-retour journalier, sauf le dimanche et jours fériées... si les vents et les eaux hautes le permettaient.

1892 : Port Saint Louis compte 1 800 habitants environ, avec "une soixante de maisons régulièrement bâties... la population ouvrière est logée dans de modestes cabanons."

1904 : Port-Saint-Louis-du-Rhône est à cheval sur deux communes : 1/6 sur la Fos sur Mer et 5/6 sur Arles.

La loi du 28 mars 1904 est un date clef pour la ville, elle devient une commune et son premier maire sera Monsieur Antoine Calment.

1906 : La ville est un monde d'hommes, au Faubourg Hardon, il y'a trois hommes pour une femme. Les italiens sont nombreux à cette époque, c'est seulement après la Première Guerre Mondiale que les grecs s'installent à Port-Saint-Louis-du-Rhône.

La population est essentiellement composée de pêcheurs, marins, ouvriers d'usines, saliniers et fonctionnaires.

1907 : Ratification de son statut de commune par la construction d'un Hôtel de Ville.

1908- 1909 : Construction de la Minoterie Gautier

Les deux frères Gautier sont des minotiers marseillais connus

"La minoterie est le plus bel établissement dont peut s'enorgueillir le département, fonctionnant entièrement à l'éléctricité, le plus puissant aussi, d'une capacité quotidienne de 3 000 quintaux qui le mettent au 2ème rang des Minoteries Françaises".

1913 : Installation de l'électricité.

1930 : Adduction d'eau de la Pissarote. Jusque-là on buvait l'eau du Rhône filtrée sur des filtres à charbon et lorsqu'elle était saumâtre, on devait faire venir l'eau des bateaux d'Arles (la Jeanne d'Arc) pour approvisionner la population en eau douce.

1932 : La ville compte 4 200 habitants, c'est le 2ème port de France en trafic de marchandises après Marseille et avant Sète.

Port-Saint-Louis-du-Rhône devient un canton avec la loi du 15 novembre, situation assez rare pour une petite commune.

1937 : La Chambre de Commerces d'Arles dote le Port d'un outillage moderne destiné à répondre aux besoins du commerce maritime.

1942 : Port-Saint-Louis-du-Rhône est occupé par les troupes allemandes, les plages son interdites. La ville sera libérée le 25 août 1944 mais les installations portuaires seront détruites.

1946 : La population décolle et s'accroît avec une telle rapidité qu'elle double entre 1954 et 1975 pour atteindre plus de 10 000 habitants.

1958 : Construction du Temple Protestant en forme de cabane de gardian.

1961 : Construction de l'église Orthodoxe

1963 : Création de l'entreprise Ferrigno, elle est aujourd'hui la seule consererie française de poissons de la façade maritime.

1966 : Port-Saint-Louis-du-Rhône est intégré au Port Autonome de Marseille dans son extension vers l'Ouest.

1977 : Construction des arènes, début de l'élevage des moules à titre expérimental.

Entre 1980 et 1990 : La ville perd 18 % de sa population avec le déclin de l'industrie et le report de l'activité portuaire à Fos sur Mer.

1983 : Création de la coopérative des producteurs de moule : COOPAPORT

1992 : Inauguration du Port de Plaisance au bassin central.

1994 : Inauguration du Pont Mobile encore utilisé aujourd'hui, il remplace un pont mobile construit en 1924/25 de type Scherzer ( identique au Pegasus Bridge de Bénouville - Calvados) :

Longueur : 31,65 m, largeur : 11,05 m, hauteur : 9,50 m , masse 400 tonnes (partie mobile)

1996 : Construction du Clocher

2004 : Célébration du Centenaire de la ville.

 
Gardian de la manade des frères Desfonds au début du XXe siècle.

.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1904 juillet 1910 Antoine Calment SFIO  
juillet 1910 janvier 1912 Félix Orcel    
janvier 1912 décembre 1919 Antoine Datty    
décembre 1919 mai 1925 Nicolas Daher    
mai 1925 avril 1928 Victorien Girard    
avril 1928 août 1931 Jean Rouget    
août 1931 février 1941 Émile Serris Rad. Fabricant
Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône
février 1941 août 1944 Constant Renault   Nommé par le gouvernement de Vichy.
août 1944 septembre 1944 Docteur Roger Nougaret   Désigné par le Comité de Libération.
septembre 1944 octobre 1947 Marcel Baudin PCF Docker
Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône
octobre 1947 mars 1965 Gustave Vidal SFIO Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône
mars 1965 mars 1989 Vincent Porelli PCF Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (1967-1973)
Député (1973-1988)
mars 1989 mars 2008 Philippe Caizergues DVD Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (1992-2004)
mars 2008 avril 2014 Jean-Marc Charrier PCF Conseiller général du canton de Port-Saint-Louis-du-Rhône (2004-2015)
Vice-président d'Ouest Provence
avril 2014 En cours Martial Alvarez Divers Gauche Ouvrier
Vice-President Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1906. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2016, la commune comptait 8 519 habitants[Note 1], en diminution de 1,05 % par rapport à 2011 (Bouches-du-Rhône : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 3882 7023 6824 1744 2844 4483 9824 9236 278
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
8 28510 39310 3788 6248 1238 4838 5308 5798 519
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

 
Port de plaisance.
 
Quai du port de plaisance.

La ville revendique plus de 200 animations festives chaque année[12].

  • Marché : mercredi (Avenue du Port en centre-ville).
  • Marché aux légumes et poissons : samedi (Halle Cessieux au Faubourg Hardon).
  • Foire : début août.
  • Foire aux santons : décembre.
  • Fête locale : troisième dimanche de juillet (course de taureaux, folklore, joutes).
  • Fête des quartiers : en juin, pour la Saint-Louis.
  • Les Mercredis du Port : quatre mercredis de juillet : théâtre de rue, cirque, musique et agapes sur les quais du port.
  • Les Envies Rhônements : festival Art/Nature en biennal dans plusieurs sites naturels de Camargue en été.
  • Les Deltaïques, festival sur la Camargue et son delta.
  • Festival de la Camargue et du Delta du Rhône, anciennement Festival de l'Oiseau.
  • Attractions taurines.
  • École de kitesurf et voile.
  • École de pêche.
  • Centres équestres.
  • La ville est réputée pour ses conditions de vent qui en font un endroit très couru pour les tentatives de vitesse, comme en témoigne la présence de L'Hydroptère en 2008.
  • C'est un haut-lieu du kitesurf en France. Alexandre Caizergues, originaire de Port-Saint-Louis, a ainsi battu le record du monde de vitesse à la voile toutes catégories à l'automne 2008 à Lüderitz (Namibie), devenant le deuxième homme à franchir la barrière des 50 nœuds.

ÉconomieModifier

 
Le port.
 
Manutention d'un conteneur dans la zone portuaire.

L'économie de Port-Saint-Louis se base sur trois pôles majeurs :

  • la production agricole qui est celle de la Camargue avec une production essentiellement de sel, céréales et d'huiles minérales ;
  • sa grande activité portuaire avec le Port du Golfe de Fos ;
  • les activités induites par l'activité portuaire comme de très nombreux entrepôts (Distriport), des usines de pétrochimie, de minoterie.

La ville est également dotée de nombreux services.

Culture locale et patrimoineModifier

LieuxModifier

 
Tour Saint-Louis et minigolf.
  • La tour Saint-Louis, bâtiment du XVIIIe siècle élevée par Jacques Philippe Mareschal, abrite une collection ornithologique la plus importante de Camargue, avec 168 oiseaux naturalisés au premier étage. C'est aussi le siège de l'Office de Tourisme. On trouve également un minigolf dans les jardins alentour.
  • Cabanons, habitations, le plus souvent en bois et matériaux de récupération, qui étaient autrefois refuge pour chasseurs et pêcheurs. Ils sont toujours habités aujourd'hui.
  • Cabane de gardian, habitation traditionnelle des gens du marais, meubles anciens, appeaux, objets usuels, outils.
  • Visites de la conserverie de poissons et de la station de purification de coquillages.
  • La ferme du Tadorne, réserve animalière.
  • Arènes de 1 800 places.
  • Espace culturel Gérard-Philipe.
  • Le Citron Jaune, Centre national des Arts de la Rue.

Personnalités liées à la communeModifier

BibliographieModifier

José Valli, Le docteur Colonna et Port-Saint-Louis-du-Rhône, éditions La Compagnie Littéraire, 2015 (ISBN 978-2876835054), Notice BNF)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. | Ecluse de Port St Louis .
  2. | Ecluse de Barcarin.
  3. | CGN.
  4. Météo France, relevé de la station de Marignane (la plus proche de Martigues).
  5. Météo France.
  6. http://climat.meteofrance.com/chgt_climat2/climat_france?68377.path=climatstationn%252F13047001
  7. http://labanquedublason2.com/
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Manifestations, site de la mairie.
  13. José Valli, Le docteur Simon Colonna et Port-Saint-Louis-du-Rhône

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier