Ouvrir le menu principal

Porsche 959

modèle d'automobiles
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 959.
Porsche 959 routière.

La Porsche 959 est une voiture sportive produite par Porsche. Elle apparaît en 1983 au salon de Francfort sous la forme d'un prototype, la 911 Groupe B. Peu avant, la Fédération internationale de l'automobile (FIA) avait changé ses règlements pour encourager les constructeurs à faire de la compétition : il ne fallait plus commercialiser que deux cents exemplaires pour pouvoir prendre part aux compétitions du Groupe B. Intéressé par ce changement, Porsche développa une version routière de la 959 avec pour objectif de servir de vitrine technologique à la marque, sans se soucier du coût final de la voiture. La 959 sera suivie dans la classe supercar par la 911 GT1 Straßenversion en 1996, puis par la Carrera GT en 2003 et plus récemment par la Porsche 918 en 2013.

Version routièreModifier

 
vue arrière de la Porsche 959.

Le projet est finalisé en 1985. Le moteur choisi a une cylindrée de 2,8 l, développant à la base 160 ch, auquel Porsche greffe deux turbos de 2 bar de pression, lui permettant de développer 450 ch pour un poids de 1 450 kg. Contrairement à la 911, le moteur de la 959 voit ses culasses refroidies par eau, une nécessité dans la mesure du passage de celles-ci à quatre soupapes par cylindre au lieu de deux pour une 911. Les cylindres restent, eux, refroidis par air. Au niveau de la transmission, intégrale, Porsche a développé un système d'avant-garde, complexe et efficace, contrôlé électroniquement, à l'instar des WRC modernes ; le prix seul de ladite transmission avoisinait, à l'époque, celui de la Fiat Punto neuve milieu de gamme. Esthétiquement, l'avant de la voiture est proche de celui de la 911, mais les phares sont aplatis afin de diminuer le Cx à 0,31 contre 0,39 pour la 911 Turbo 3,3 l de 1978.

Les performances sont au rendez-vous : le 0-100 km/h est expédié en 3,7 s et le 0-200 km/h en 13,3 s (chiffres Porsche) pour la version « confort ». La vitesse maximale est de 317 km/h.

Si la Porsche 959 est restée dans les mémoires, ce n'est pourtant pas pour ses seules performances, mais aussi pour la quantité de nouveautés techniques qu'elle contient. Les amortisseurs se règlent tout seuls en fonction de la vitesse. Les jantes sont en magnésium et possèdent un système dit « indéjantable » (DENLOC). Les roues disposent de capteurs pour contrôler la pression des pneus. Les freins sont anti-bloquants (ABS), les disques sont percés et ventilés. La transmission intégrale à quatre roues motrices possède un répartiteur électronique à quatre modes, ce qui augmente le poids du véhicule, mais lui permet une tenue de route exceptionnelle. Selon les conditions de conduite, la puissance passe ainsi de 50 à 80 % par les roues arrière.

Très bien équipée, le conducteur de cette auto dispose de la direction assistée, d'un ordinateur de bord, des sièges en cuir, etc.

 
Porsche 959 S.

Lorsque la chaîne de production de la 959 fut arrêtée au printemps 1988, le nombre de voitures construites s’élevait à 283. Sur ce total, 12 étaient des véhicules d’essai, 7 des voitures de pré-série et 10 des voitures de course (dont 3 châssis en version Dakar et un châssis type 961). Parmi les 959 de route, 246 étaient des versions Confort et les 37 restantes des versions Sport, vendus entre 1987 et 1988, au prix vertigineux de 1 700 000 FF (259 163 € / 420 000 DM).

En 1987, Ferrari suit la course à la puissance initiée par la Porsche 959 avec la F40, une voiture de course bien plus classique dans sa technologie.

PerformancesModifier

 
Moteur de la 959.
  • 0–80 km/h en 3,0 s
  • 0–100 km/h en 3,7 s
  • 0–120 km/h en 5,3 s
  • 0–140 km/h en 6,5 s
  • 0–160 km/h en 8,5 s
  • 0–180 km/h en 10,5 s
  • 0–200 km/h en 13,3 s
  • 400 m départ arrêté en 11,8 s
  • 1 000 m départ arrêté en 21,6 s
  • Vitesse maximale : 344 km/h (pour la version S) sinon 315 km/h

Version tout-terrainModifier

 
Porsche 959 ayant couru le Paris-Dakar.

Une version tout-terrain de la Porsche 959 participe en 1985 au rallye Paris-Dakar. Équipée d'un moteur 3 l de 400 ch, donc nettement plus puissante que la concurrence, les trois voitures abandonnent, et un Mitsubishi Pajero piloté par Zaniroli et da Silva remporte la victoire[1]. En revanche, la 959 remporte facilement l'édition 1986, ce qui constitue un deuxième succès pour Porsche dans cette épreuve après celui d'une 911 Carrera SC 4×4 en 1984. La stratégie de Porsche était de gagner l'un des rallyes les plus prestigieux sans devoir investir dans une saison du championnat du monde des rallyes. Pari réussi.

Version course (961)Modifier

Article détaillé : Porsche 961.

Une version de course (640 à 680 ch) est construite et participe aux 24 Heures du Mans en 1986. Première de sa catégorie (IMSA/GTX), elle termine à la 7e place du classement général, un résultat honorable si l'on considère que toutes les voitures qui la précèdent étaient dans le Groupe C. À nouveau engagée au Mans en 1987 sous les couleurs Rothmans, elle abandonnera une course assez terne sur incendie.

RéférencesModifier

  1. (en) « 959 in Motor Racing », sur autozine.org (consulté le 3 mai 2016)

Liens externesModifier