Ouvrir le menu principal

La porcelaine de Bayeux est une production céramique qui se développe à partir du début du XIXe siècle. La manufacture de Bayeux ferme ses portes en 1952.

Sommaire

HistoriqueModifier

L'héritage des porcelaines de ValognesModifier

La manufacture de Valognes est fondée en 1793 par M. Le Tellier de la Bertinière[1]. Il s'agit dans un premier temps d'une manufacture de faïences anglaises, mais face aux difficultés rencontrées pour vendre les marchandises, M. Le Tellier de la Bertinière quitte la manufacture[2]. Elle passe rapidement sous la direction de Jean-Thomas-Michel Le Masson, inventeur du gisement de kaolin situé aux Pieux dans le Cotentin. La manufacture oriente alors sa production vers la porcelaine. Jean-Thomas-Michel Le Masson, habitant Paris, était né aux Pieux en 1756, ce qui explique qu'il avait connaissance du gisement. Après son décès en 1802, il est remplacé par le chimiste-minéralogiste Joachim Langlois, issu de la bourgeoisie protestante de la région de Caen (dont il fut maire et président du tribunal de commerce) et doué d’un talent artistique remarquable.

Joachim Langlois séjourne quelques mois à Sèvres, où il étudie la qualité du kaolin des Pieux en compagnie de M. Gosse, lui-même chimiste à la manufacture nationale, et lance réellement la production de porcelaine à Valognes.

La manufacture de Valognes produit jusqu'en 1805 des articles d'usage domestique, et commence à cette date à produire également des porcelaines de luxe. Joachim Langlois employait effectivement des doreurs et peintres formés à l'école de la manufacture nationale de Sèvres[1], comme Zwinger et Camus[2].

La fabrication de porcelaine à Valognes prend fin en 1812, date à laquelle la société constituée en 1802 par Langlois pour une durée de 10 ans devait être dissoute[2].

Fondation par Joachim LangloisModifier

 
Surtout de table en porcelaine de Bayeux, période Veuve Langlois, 1830-1847

Dès 1810, Joachim Langlois ouvre une nouvelle manufacture de porcelaine qui fabrique à son tour de magnifiques porcelaines, grâce au même gisement des Pieux (épuisé en 1936). Il s'installe dans un ancien couvent de bénédictines du XVIIe siècle.

Joachim Langlois réalise à partir de 1820 les célèbres décors bleu-rouge-et-or d’inspiration Imari, mais aussi les décors chinois (surtout cantonais) qui prospéreront particulièrement après sa mort en 1830[3].

D'autre part, il diversifie largement la production de la manufacture en proposant quantité de produits industriels pour les laboratoires et pharmacies, comme des marabouts, entonnoirs, pots ou encore mortiers[4]. D'autre articles industriels sont aussi produits, comme des roues de lit ou encore des plaques à dentelle [4].

Sa veuve, Jeanne-Marie le Cavelier[5], et ses enfants lui succèdent, mais son fils Frédéric fait sécession en 1840 en créant une manufacture à Isigny en 1839, après rupture avec sa mère qui ne tolérait pas son union avec une catholique. Il doit fermer la manufacture d'Isigny en 1845 en raison de problèmes économiques. Il dirige alors de 1846 à 1848 la Fabrique royale de faïence de la Moncloa (es) près de Madrid[1].

A Bayeux, la période 1830-1847 est également connue sous la dénomination « période Veuve Langlois », lorsque Mme Langlois dirigeait la manufacture. Lors de l'exposition nationale des Champs-Élysées à Paris en 1844, la manufacture reçoit une médaille de bronze la récompensant pour la qualité de ses fabrications[3]. En 1847, les sœurs Jenny et Sophie prennent la relève à la suite du décès de leur mère.

Vente à la famille GosseModifier

En 1850, les héritiers doivent vendre l’entreprise à François Gosse, décorateur de céramique à Paris. Celui-ci diversifie la production sans jamais abandonner les décors antérieurs : un décorateur réputé de la période Gosse est Louis Florens, qui signe ses œuvres des lettres L F. Gosse développe énormément la porcelaine de chimie qui profitait des caractéristiques de dureté de la matière première régionale et qui eut bientôt une renommée mondiale. La porcelaine de luxe devient alors secondaire à Bayeux, face à la forte concurrence des porcelaines de Paris et de Limoges. Au décès de François Gosse en 1870, son fils Paul lui succède. Il dirige la manufacture deux années durant, avant de décéder à son tour. Sa veuve prend la relève jusqu'en 1878.

Reprise par la famille Morlent et fermetureModifier

 
Publicité pour la porcelaine de Bayeux datant des années 1930

À la famille Gosse, succède en 1878 une famille d’ingénieurs céramistes, les Morlent, qui cantonnent la production à une porcelaine d’usage domestique (vaisselle blanche ou à décor au barbeau ou bleu pomme, puis bleu marguerite et bleu de saxe), chimique, sanitaire ou électrique. Les imitations de porcelaine de Chine ou du Japon sont abandonnées en raison des bas prix des produits en provenance de ces pays[2]. Après une tentative de modernisation en 1951, la manufacture doit fermer, le four tunnel nouvellement installé ne fonctionnant pas. Cette fin contraste avec l’excellence antérieure qui a toujours placé la manufacture à la pointe des technologies de son époque et qui est illustrée par les nombreuses récompenses reçues, notamment lors d’expositions nationales ou internationales, tout au long du XIXe siècle.


PostéritéModifier

Les productions de Bayeux sont aujourd’hui encore très prisées, à tel point qu’elles sont parmi les plus chères du marché des céramiques. La collection publique de référence est celle du musée Baron Gérard à Bayeux[6]. La manufacture de porcelaine de Bayeux[7] est aujourd'hui une résidence privée.

BibliographieModifier

  • Valognes par l'Abbé J-L Adam (p. 605-606) in site internet normania
  • Mémoires de la société archéologique de Valognes t.V p. 101 à 148 par René de Brébisson
  • Bulletin du Musée de l'industrie (direction de M. Jobard) t.33 Bruxelles imp.de Deltombe 1858
  • Mémoire sur la détermination du coefficient de dilatation de la porcelaine de bayeux entre 1000 et 1500°, par MM. H. Sainte-Clair Deville et Louis-joseph Troost, 8 p, Imp. de A Wittersheim, 1864
  • la céramique aux expositions artistiques de Saint-Lô -juin 1869- et Bayeux -septembre 1869-
  • Lettres à M. de Liéville, par René de Brébisson, Imp. Trolonge-Levavasseur, 1870
  • 23e session de l'association française pour l’avancement des sciences, Caen, 1894
  • Histoire de la porcelaine de Bayeux, par René de Brebisson, 1898, imp. du Journal de Bayeux, 38 p.
  • Sciences et voyages n°298 : une visite à la manufacture de porcelaines de Bayeux, avec gravures et photos, 1925
  • Victor Le Fort : , 1812-1912, la porcelaine de Bayeux, de la carrière au dressoir, son histoire sa fabrication (1912) [1]
  • plaquette Manufacture de Bayeux réalisée par Sodeco S.A. Paris 15 avril 1950 : chimie laboratoire catalogue no 50
  • Art de Basse-normandie no 9 printemps 1958
  • Connaissances des arts n°157 du 1er mars 1965
  • Jean Le Jeune, Manufactures de porcelaine de Basse-Normandie, éditions Notre Dame, Coutances, 1962 + édition la Dépêche, Cherbourg, 1985
  • Marques et signatures de la Porcelaine française Ed.Ch.Massin par G.Le Duc et H. Curtil 1970, imp. Crété Paris Corbeil-Essonne
  • ABC n°254, juin 1986
  • Trouvailles n° 60, oct-nov 1986
  • Michel Vasseur, La porcelaine de Bayeux..., éditions Atelier 38, Caen, imprimerie Le Brun, 1985 et 1990, 196 pages
  • Bayeux Ville d'art par l'Abbé Jean-Marie p. 198 et s, 3e éd. 1990, imp Le Brun
  • La Gazette Drouot no 12 du 20 mars 1998
  • Art de Basse-Normandie Le musée Baron Gérard à Bayeux, 3e trimestre 2000
  • Manufactures de porcelaine de Valognes et Bayeux par Lelandais, 2001, Ronan édition, St Lô
  • Georges Le Gars, Imari, histoire d’un style, éditions Massin, Paris 2004 : http://www.imari.fr
  • antiquités-brocante no 91, novembre 2005
  • Georges Le Gars, Les IMARI anglais, éditions Massin, Paris 2007
  • Catalogue de la vente du bâtonnier Delauney (commissaires priseurs Bailleul et Nentas, Bayeux) - 8 avril 2007
  • La porcelaine de Bayeux 1812-1951, Musée Baron Gérard, sous la direction d'Antoine Verney, Conservateur du Musée, et de Mme Aulombard Morlent, imp. IMB (Bayeux) 2e trimestre 2008, dont importante bibliographie p. 148

Liens externesModifier

NotesModifier

  1. a b et c Histoire des manufactures françaises de porcelaine, par X.R.M. Chavagnac et G.A. Grollier, 1906, Paris, article sur les manufactures de Valognes et Bayeux consultable sur Gallica
  2. a b c et d Mémoires, par la société des sciences, arts et Belles-Lettres de Bayeux , publié en 1891 et consultable en ligne
  3. a et b article du 26 mars 1999 publié dans la gazette Drouot extrait consultable sur le site de l´antiquaire Philippe Gledel
  4. a et b Documents sur l'industrie céramique à Caen et à Isigny (XVIIIe-XIXe s.) par Claude Jigan, article de 1992 dans les annales de Normandie, consultable en ligne sur la base Persée
  5. Bulletin de l´histoire du protestantisme français, chapitre consacré à la famille Langlois, consultable en ligne
  6. musée Baron Gérard à Bayeux
  7. manufacture de porcelaine de Bayeux