Pontlevoy

commune française du département de Loir-et-Cher

Pontlevoy
Pontlevoy
Abbaye de Pontlevoy.
Blason de Pontlevoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Intercommunalité Communauté de communes Val-de-Cher-Controis
Maire
Mandat
Jean-Louis Berthault
2020-2026
Code postal 41400
Code commune 41180
Démographie
Gentilé pontilévien
Population
municipale
1 515 hab. (2021 en augmentation de 0,2 % par rapport à 2015)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 23″ nord, 1° 15′ 16″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 137 m
Superficie 51,12 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Montrichard Val de Cher
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montrichard Val de Cher
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pontlevoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pontlevoy
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
Pontlevoy
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
Pontlevoy

Pontlevoy, ou plus rarement Pont-Levoy, est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Elle est jumelée avec la ville de Gignod dans le Val d'Aoste en Italie.

Le patrimoine architectural de la commune comprend cinq bâtiments portés à l'inventaire des monuments historiques : l'abbaye de Pontlevoy, classée en 1934 puis en 1991, l'église Saint-Pierre, inscrite en 1962, le château des Bordes, inscrit en 1997 puis en 2018, le manoir de Maré, inscrit en 2003, et le monument funéraire de Pierre-François Chappotin et de sa mère, inscrit en 2010.

Géographie modifier

Localisation et communes limitrophes modifier

La commune de Pontlevoy se trouve au sud-ouest du département de Loir-et-Cher, dans la petite région agricole des Plateaux bocagers de la Touraine méridionale[1],[2]. À vol d'oiseau, elle se situe à 22,7 km de Blois[3], préfecture du département, à 37,1 km de Romorantin-Lanthenay[4], sous-préfecture, et à 7,3 km de Montrichard Val de Cher, chef-lieu du canton de Montrichard dont dépend la commune depuis 2015[5]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Montrichard[6].

Les communes les plus proches sont[7] : Thenay (2,6 km), Bourré (5,2 km), Monthou-sur-Cher (5,8 km), Sambin (6,2 km), Angé (6,5 km), Choussy (7,2 km), Montrichard (7,3 km), Thésée (8,1 km) et Pouillé (8,6 km).

Les communes qui l'entourent sont :

Ce village est situé au cœur des châteaux de la Loire, à proximité de Cheverny, Chaumont-sur-Loire, Chenonceaux, Amboise, Clos-Lucé, etc.

L'Amasse, un affluent de la Loire, prend sa source sur la commune, à l'étang de Sudais dans la forêt de Chaumont. Elle conflue avec la Loire à Amboise.

Hydrographie modifier

La commune est drainée par l'Amasse (5,306 km), les Anguilleuses (7,621 km) et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 41,12 km de longueur totale[8].

L'Amasse, d'une longueur totale de 29,2 km, prend sa source dans la commune de Pontlevoy et se jette dans la Loireà Amboise, après avoir traversé 4 communes[9].

Les Anguilleuses traverse la commune d'ouest en est. D'une longueur totale de 11,7 km, il prend sa source dans la commune de Pontlevoy (Loir-et-Cher) et se jette dans le Bavet à Monthou-sur-Cher (Loir-et-Cher), après avoir traversé 3 communes[10].

Sur le plan piscicole, ces cours d'eau sont classés en deuxième catégorie, où le peuplement piscicole dominant est constitué de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[11].

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[12]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Moyenne vallée de la Loire, caractérisée par une bonne insolation (1 850 h/an) et un été peu pluvieux[13].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 670 mm, avec 10,3 jours de précipitations en janvier et 6,8 jours en juillet[12]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Limeray à 18 km à vol d'oiseau[14], est de 12,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 670,2 mm[15],[16]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[17].

Milieux naturels et biodiversité modifier

Espaces protégés modifier

La protection réglementaire est le niveau d'intervention le plus haut pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[18].Un espace protégé est présent sur la commune : le « site géologique de Pontlevoy », une réserve naturelle régionale constituée d'une carrière de calcaire de Beauce ponctuellement recouvert de faluns (dépôts marins constitués de sable et de coquilles fossiles). Ces dépôts sont les traces d'un océan présent il y a 15 à 20 millions d'années sous un climat tropical ou subtropical. Il présente une superficie de 0,55 ha[19].

Sites Natura 2000 modifier

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État membre. Les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l'état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[20]. Une partie du territoire communal est incluse dans le site Natura 2000[21] : le « Bois de Sudais », d'une superficie de 260 ha[22].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique modifier

L'inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d'améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d'aide à la prise en compte de l'environnement dans l'aménagement du territoire. Le territoire communal de Pontlevoy comprend deux ZNIEFF[23] :

  • l'« Étang de Sudais » (55,13 ha)[24] ;
  • les « Mardelles tourbeuses des Bois des Bordes et de Sudais » (247,19 ha)[25].

Espaces naturels sensibles modifier

Dans le cadre de sa politique environnementale, le Conseil départemental labellise certains sites au patrimoine naturel remarquable, les « espaces naturels sensibles », dans le but de les préserver, les faire connaître et les valoriser. Vingt-six sites sont ainsi identifiés dans le département dont un situé sur le territoire communal : la « Réserve naturelle géologique régionale de Pontlevoy », une carrière présentant un intérêt géologique, paléontologique et ethnologique[26].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Pontlevoy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[27],[28],[29].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montrichard Val de Cher, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 7 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[30],[31].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols est marquée par l'importance des espaces agricoles et naturels (96,8 %). La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2012 est la suivante : terres arables (11,6 %), cultures permanentes (0,6 %), zones agricoles hétérogènes (15,4 %), prairies (3,5 %), forêts (65,2 %), milieux à végétation arbustive ou herbacée (0,7 %), zones urbanisées (1 %), espaces verts artificialisés non agricoles (0,5 %), zones industrielles et commerciales et réseaux de communication (1,7 %), eaux continentales (0,5 %)[8].

Planification modifier

En matière de planification, la commune disposait en 2017 d'un plan local d'urbanisme en révision[32]. Par ailleurs, à la suite de la loi ALUR (loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové) de , un plan local d'urbanisme intercommunal couvrant le territoire de la Communauté de communes Val-de-Cher-Controis a été prescrit le [33].

Habitat et logement modifier

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Pontlevoy en 2016 comparée à celle du Loir-et-Cher et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (10,8 %) inférieure à celle du département (18 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,6 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 73,2 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (75,5 % en 2011), contre 68,1 % pour le Loir-et-Cher et 57,6 pour la France entière.

Le logement à Pontlevoy en 2016.
Pontlevoy[34] Loir-et-Cher[35] France entière[36]
Résidences principales (en %) 79,3 74,5 82,3
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 10,8 18 9,6
Logements vacants (en %) 9,9 7,5 8,1

Risques majeurs modifier

Le territoire communal de Pontlevoy est vulnérable à différents aléas naturels : climat (hiver exceptionnel ou canicule), feux de forêts, mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible) : - . Il est également exposé à un risque technologique : le transport de matières dangereuses[37],[38].

Risques naturels modifier

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont liés au retrait-gonflement des argiles[37]. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[39]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. La carte de zonage de cet aléa peut être consultée sur le site de l'observatoire national des risques naturels Georisques[40].

Risques technologiques modifier

Le risque de transport de marchandises dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une route à fort trafic et une canalisation de transport de gaz. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est en effet susceptible d'avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu'à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d'urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[41].

Toponymie modifier

Plusieurs hypothèses coexistent pour l'origine du nom du village[réf. souhaitée]. La plus probable est celle de Pont sur la Voy. En effet, il y a bien longtemps la rivière qui passe dans le village, l'Anguilleuse (appelée ainsi en raison de son importante population d'anguilles) séparait le village en deux. Il n'y avait alors qu'un seul pont pour relier l'autre partie du village. Ce pont serait à l'origine du nom du village, et il est avéré que le nom Pontlevoy s'écrivait et s'écrit encore parfois Pont-Levoy.

Histoire modifier

La bataille de Pontlevoy, le , est une victoire de Foulques III, comte d'Anjou, allié à Herbert du Mans sur Eudes II, comte de Blois[42],[43].

Entre le et le , plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[44], dont Pontlevoy[45]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte et vaccinés, leur courrier est limité, leur ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[46]. Au printemps et en été les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[47].

Enseignement modifier

Fondée 1034 par Gueldouin, compagnon du comte de Blois, Eudes II, l'abbaye est soumise à la règle de saint Benoît. Les moines y accueillent les malades. Ils y éduquent aussi des enfants. Ruinée au cours de la guerre de Cent Ans, l'abbaye connaît un renouveau en 1644 et les moines ouvrent à nouveau le collège. Au XVIIIe siècle, Pontlevoy est rapidement considérée comme l'une des meilleures écoles préparatoires à l'école militaire. La Révolution supprime l'école royale militaire, mais laisse le collège sous la direction d'un bénédictin sécularisé[48].

En 1906, les élèves du Petit Séminaire de La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), école secondaire religieuse dépendant du Séminaire d'Orléans, arrivèrent au Collège de Pontlevoy, à la suite du vote de la loi de séparation des Églises et de l'État à la fin de 1905. Créé en 1844 par Mgr Jean-Jacques Fayet et développé par Mgr Félix Dupanloup, tous les deux évêques d'Orléans, le petit séminaire a compté jusqu'à 300 élèves. Considéré à l'époque comme un établissement d'un très haut niveau et jouissant d'une réputation internationale, dans lequel de nombreux personnages célèbres ont suivi leurs études, il était surnommé à l'époque par Alfred de Falloux « le Palais de l'Éducation »[49].

Jusqu'en 1940, l'abbaye joue son rôle dans l'éducation des jeunes garçons. On se rappelle que le bienheureux père Brottier, illustre directeur de l'œuvre des apprentis d'Auteuil, l'a fréquentée en tant que surveillant et professeur.

L'université Sud Mississippi, qui est avec ses quinze mille étudiants le plus grand centre universitaire de l'État du Mississippi aux États-Unis, a mis au point vingt-huit programmes d'études à l'étranger, dont le principal est basé à Londres. Le nouveau sera basé[Quand ?] à Pontlevoy et portera le nom de European-American Center for International Education.

En 2005, l'abbé Pierre-Antoine Belley (communauté Saint-Martin), a ouvert un internat, puis en 2007, le lycée catholique de Pontlevoy[50], dans le but de pallier le déficit de lycées de la région et de continuer la tradition éducative de la ville. L'école comporte un internat (à l'origine installé dans l'ancien monastère) qui participe à la vie du village, notamment par le festival Un sens à ma vie, qui réunit des jeunes de divers horizons dans l'ancienne abbaye. En 2022, l'établissement scolarise 820 élèves[51].

Pontlevoy possède donc une grande tradition dans l'enseignement et l'éducation qui a commencé en 1034. Cette tradition ne s'est jamais arrêtée et continue avec le soutien de l'association des anciens élèves pontiléviens.

Politique et administration modifier

Découpage territorial modifier

La commune de Pontlevoy est membre de la Communauté de communes Val-de-Cher-Controis, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le [52].

Elle est rattachée sur le plan administratif à l'arrondissement de Romorantin-Lanthenay, au département de Loir-et-Cher et à la région Centre-Val de Loire[6], en tant que circonscriptions administratives[6]. Sur le plan électoral, elle est rattachée au canton de Montrichard depuis 2015 pour l'élection des conseillers départementaux[53] et à la première circonscription de Loir-et-Cher pour les élections législatives[54].

Politique et administration municipale modifier

Conseil municipal et maire modifier

Le conseil municipal de Pontlevoy, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel plurinominal avec prime majoritaire[55]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges au conseil municipal est de 19. Le maire, à la fois agent de l'État et exécutif de la commune en tant que collectivité territoriale, est élu par le conseil municipal au scrutin secret lors de la première réunion du conseil suivant les élections municipales, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil[56].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1960 1983 Jean Berger DVD  
mars 1983 1988 Pierre Favard DVG  
mars 1988 1989 Pierre Dubreuil DVD  
mars 1989 1995 Jacques Ferandou DVD  
mars 1995 2008 Christian Goemaere UDF  
mars 2008 2014 Xavier de Bodard SE  
mars 2014 En cours Jean-Louis Berthault[57],[58] DVD Contremaître, agent de maîtrise

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[59]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[60].

En 2021, la commune comptait 1 515 habitants[Note 3], en augmentation de 0,2 % par rapport à 2015 (Loir-et-Cher : −1,36 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3261 0071 4311 4311 5461 8002 1002 4162 580
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5732 5062 4362 2602 5512 4272 5032 4352 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2532 0952 2672 0672 0781 9091 9211 9731 646
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 5341 6881 4131 4861 4231 4601 5401 5641 513
2018 2021 - - - - - - -
1 5291 515-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[61] puis Insee à partir de 2006[62].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 32,4 % la même année, alors qu'il est de 31,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 748 hommes pour 781 femmes, soit un taux de 51,08 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,45 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[63]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,2 
10,4 
75-89 ans
14,1 
17,8 
60-74 ans
19,2 
22,3 
45-59 ans
20,4 
16,2 
30-44 ans
16,1 
15,5 
15-29 ans
13,4 
16,8 
0-14 ans
14,6 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2020 en pourcentage[64]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,6 
9,1 
75-89 ans
11,8 
19,4 
60-74 ans
20,1 
21 
45-59 ans
20,2 
16,6 
30-44 ans
16,2 
15,3 
15-29 ans
13,2 
17,5 
0-14 ans
16 

Économie modifier

Secteurs d'activité modifier

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'entreprises implantées à Pontlevoy selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[65] :

Établissements actifs par secteur d'activité au .
total % com (% dep[66]) 0 salarié 1 à 9 salarié(s) 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 salariés ou plus
Ensemble 163 100,0 (100) 118 41 0 2 2
Agriculture, sylviculture et pêche 31 19,0 (11,8) 27 4 0 0 0
Industrie 10 6,1 (6,5) 7 3 0 0 0
Construction 16 9,8 (10,3) 7 9 0 0 0
Commerce, transports, services divers 87 53,4 (57,9) 68 19 0 0 0
dont commerce et réparation automobile 24 14,7 (17,5) 16 8 0 0 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 19 11,7 (13,5) 9 6 0 2 2
Champ : ensemble des activités.

Le secteur du commerce, transports et services divers est prépondérant sur la commune (87 entreprises sur 163) néanmoins le secteur agricole reste important puisqu'en proportions (19 %), il est plus important qu'au niveau départemental (11,8 %). Sur les 163 entreprises implantées à Pontlevoy en 2016, 118 ne font appel à aucun salarié, 41 comptent 1 à 9 salariés, .2 emploient entre 20 et 49 personnes.

Au , la commune est classée en zone de revitalisation rurale (ZRR), un dispositif visant à aider le développement des territoires ruraux principalement à travers des mesures fiscales et sociales. Des mesures spécifiques en faveur du développement économique s'y appliquent également[67].

Agriculture modifier

En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture sur la commune est la polyculture et le polyélevage[68]. Le département a perdu près d'un quart de ses exploitations en 10 ans, entre 2000 et 2010 (c'est le département de la région Centre-Val de Loire qui en compte le moins)[69]. Cette tendance se retrouve également au niveau de la commune où le nombre d'exploitations est passé de 67 en 1988 à 42 en 2000 puis à 34 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 51 ha en 1988 à 102 ha en 2010[68]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Pontlevoy, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l'agriculture à Pontlevoy (41) entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[68]
Nombre d'exploitations (u) 67 42 34
Travail (UTA) 120 90 55
Surface agricole utilisée (ha) 3 397 3 673 3 474
Cultures[70]
Terres labourables (ha) 3 118 3 513 3 348
Céréales (ha) 1874 2046 1913
dont blé tendre (ha) 918 1311 1080
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 557 185 120
Tournesol (ha) 428 s s
Colza et navette (ha) 311 439 498
Élevage[68]
Cheptel (UGBTA[Note 4]) 1520 1165 1078

Produits labellisés modifier

La commune de Pontlevoy est située dans l'aire de l'appellation d'origine protégée (AOP)[Note 5] de cinq produits[71] : deux fromages (le Sainte-maure-de-touraine[72] et le Selles-sur-cher[73]) et trois vins (le crémant-de-loire[74], le rosé-de-loire[75] et le Touraine[76]).

Le territoire de la commune est également intégré aux aires de productions de divers produits bénéficiant d'une indication géographique protégée (IGP) : les rillettes de Tours[77], le vin Val-de-loire[78] et les volailles de l’Orléanais[79],[71].

Culture locale et patrimoine modifier

Voies modifier

174 odonymes ou lieux-dits recensés à Pontlevoy
au
Allée Avenue Bld Carrefour Chemin Clos Impasse Passage Place Promenade Route Rue Sentier Voie Autres Total
1 [N 1] 0 1 [N 2] 0 6 [N 3] 0 2 [N 4] 2 [N 5] 6 [N 6] 0 7 [N 7] 59 [N 8] 0 0 90 [N 9] 174
Notes « N »
  1. Allée du Bois Roger.
  2. Boulevard des Tilleuls.
  3. Chemin de Beauvais, Chemin de Cloudron, Chemin de Fougères, Chemin de la Bigoterie, Chemin de la Simonière et Chemin du Patureau.
  4. Impasse de la Saulaie et Impasse des Carriers.
  5. Passage du Point du Jour et Passage du Salut.
  6. Place de l'école des Filles, Place de l'Église, Place de la Saulaie, Place de Verdun, Place du Champ de Foire et Place du Collège.
  7. Route d'Amboise, Route de Cande, Route de Chaumont, Route de Monthou, Route de Montrichard, Route de Thenay et Route de Vallières.
  8. Dont Rue du 8-Mai-1945.
  9. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : « rue-ville.info »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Lieux et monuments modifier

  • La « pierre de Minuit »
Dolmen qui, selon la légende du village, se mettrait à tourner à minuit le dernier jour de l'année, si l'on boit un seau de vin devant elle.
Fondée en 1034 par Gueldouin, seigneur de Saumur, d'Amboise et de Chaumont. S'y trouve une chapelle abbatiale, chef-d'œuvre de l'art gothique (XIVe et XVe siècles), la tour Charles-VII (XVe siècle) et des bâtiments conventuels (XVIIIe siècle). Elle servit pendant très longtemps à l'enseignement, jusqu'au siècle dernier, où elle hébergeait encore un lycée de garçons réputé. Elle est la pierre angulaire du village, qui s'est construit pour ainsi dire autour d'elle ; l'ancienne gare est juxtaposée à l'édifice. Elle a résisté au temps et aux guerres.
  • Les plaines de Pontlevoy, permettant des randonnées pédestres, équestres, cyclistes.
  • Château des Bordes.
  • Église Saint-Pierre.
  • Manoir de Maré.
  • Monument funéraire de Pierre-François Chappotin et de sa mère, monument historique (inscription par arrêté du , réf. PA41000066)[80].

Héraldique modifier

Les armoiries de Pontlevoy se blasonnent ainsi :


D'azur aux deux crosses adossées d'or accostées de deux étoiles du même.

(Armorial d'Hozier - 1696).

Personnalités liées à la commune modifier

Nées à Pontlevoy
Mortes à Pontlevoy
Divers
  • Abbé Louis Alexis Bourgeois (, Artins - ) : philosophe, historien et géologue, a dirigé l'école de Pontlevoy. Son nom a été donné à un mollusque de la famille des murex, Chicoreus bourgeoisi Tournouer, 1875.
  • Louis Clergeau ( - 1964) : horloger-bijoutier et photographe, a réalisé de 1902 à 1936 plus 10 000 clichés de Pontlevoy et de sa région[84].
  • Jeanne Besnard-Fortin (1892-1978) : artiste peintre de l'école de Quartier du Montparnasse, ayant vécu à Montrichard et étant rangée dans les artistes du secteur de Pontlevoy[85].
  • Pierre Favard (, Bourges - ) : universitaire, docteur ès sciences, fils de Jean Favard. Maire de Pontlevoy de mars 1983 à 1988. Un prix Pierre Favard a été créé en 1989 par la Société de microscopie électronique pour honorer sa mémoire.
  • Honoré de Balzac situe à Pontlevoy le collège des Oratoriens où Félix de Vandenesse, héros de Le Lys dans la vallée est mis en pension pendant huit ans.
  • Just-Jean-Étienne Roy (1794-1871 ?) : professeur au collège de Pontlevoy

Économie et société modifier

Bassin d'activités locales modifier

Jumelages modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  4. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d'espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  5. Nomenclature européenne, appellation d'origine contrôlée (AOC) dans la nomenclature française.

Références modifier

  1. « Petites régions agricoles (PRA) par commune », sur geo.data.gouv.fr (consulté le ).
  2. [PDF]« Carte des petites régions agricoles de Loir-et-Cher », sur la plateforme de l'information territoriale de Loir-et-Cher (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre "Pontlevoy" et "Blois" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre "Pontlevoy" et "Romorantin-Lanthenay" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre "Pontlevoy" et "Montrichard Val de Cher" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  6. a b et c « Métadonnées de la commune de Pontlevoy », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  7. « Communes les plus proches de Pontlevoy »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  8. a et b « Fiche communale de Pontlevoy », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le ).
  9. Sandre, « l'Amasse ».
  10. Sandre, « les Anguilleuses ».
  11. « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories - Version consolidée », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  12. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  13. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  14. « Orthodromie entre Pontlevoy et Limeray », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France « Limeray », sur la commune de Limeray - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  16. « Station Météo-France « Limeray », sur la commune de Limeray - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  18. « Les différents espaces protégés. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur observatoire-biodiversite-centre.fr (consulté le ).
  19. « Espace protégé le « site géologique de Pontlevoy » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Réseau européen Natura 2000 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Ministère de la trasition écologique et solidaire (consulté le ).
  21. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Pontlevoy » (consulté le ).
  22. « site Natura 2000 le « Bois de Sudais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « Liste des ZNIEFF de la commune de Pontlevoy » (consulté le ).
  24. « ZNIEFF l'« Étang de Sudais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF les « Mardelles tourbeuses des Bois des Bordes et de Sudais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. [PDF]« Schéma départemental des espaces naturels sensibles », sur le site du conseil départemental de Loir-et-Cher, (consulté le ).
  27. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  29. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  32. « Etat par commune des POS, PLU et cartes communales », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Les PLUi (Plans locaux d'urbanisme intercommunaux) de Loir-et-Cher », sur loir-et-cher.gouv.fr (consulté le ).
  34. « Chiffres clés - Logement en 2016 à Pontlevoy », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  35. « Chiffres clés - Logement en 2016 dans le Loir-et-Cher », sur insee.fr (consulté le ).
  36. « Chiffres clés - Logement en 2016 dans la France entière », sur insee.fr (consulté le ).
  37. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de Loir-et-Cher - Liste des risques par commune », sur loir-et-cher.gouv.fr (consulté le ), p. 74-86.
  38. « Rapport présentant les risques affectant la commune »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur l'observatoire national des risques naturels, (consulté le ).
  39. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  40. « Carte de zonage de l'aléa retrait-gonflement des argiles sur la commune de Pontlevoy »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  41. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de Loir-et-Cher - Liste des risques par commune », sur loir-et-cher.gouv.fr (consulté le ), p. 58-66.
  42. Histoire des comtes d'Anjou 850-1151 (p. 49 à 51), Christian Thevenot
  43. Sur la bataille de Pontlevoy
  44. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  45. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  46. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  47. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  48. Un peu plus sur Pontlevoy et le projet américain - La Renaissance du Loir-et-Cher, 9 février 2001.
  49. Émile Huet, Histoire du Petit Séminaire de La Chapelle Saint-Mesmin, Orléans, Paul Pigelet & Fils, 1913, 450 p., réédité en 2010 par Kessinger Publishing (ISBN 1166792625) et 978-1166792626).
  50. Site officiel du lycée catholique de Pontlevoy.
  51. Guyonne de Montjou, « Pontlevoy, la tradition au goût du jour », Le Figaro Magazine,‎ , p. 50-52 (lire en ligne).
  52. « CC Val-de-Cher-Controis - fiche descriptive au 1er janvier 2019 », sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  53. « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  54. « Découpage électoral de Loir-et-Cher (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  55. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de plus de 1000 habitants », sur vie-publique.fr, (consulté le ).
  56. « Les fonctions d'un maire », sur vie-publique.fr (consulté le ).
  57. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  58. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  59. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  60. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  61. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  62. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  63. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Pontlevoy (41180) », (consulté le ).
  64. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de Loir-et-Cher (41) », (consulté le ).
  65. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Pontlevoy (41) au 31 décembre 2015 », sur insee.fr (consulté le ).
  66. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité pour le département de Loir-et-Cher », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  67. « Etat des ZRR au 1er juillet 2017 », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  68. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Pontlevoy », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  69. « Économie et conjoncture - Agriculture », sur la plateforme de l'information territoriale de Loir-et-Cher (consulté le ).
  70. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Pontlevoy », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  71. a et b « Liste des produits par commune - Pontlevoy », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  72. « Fiche produit - le Sainte-Maure de Touraine », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  73. « Fiche produit - le Selles-sur-Cher », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  74. « Fiche produit - le Crémant de Loire », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  75. « Fiche produit - le Rosé de Loire », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  76. « Fiche produit - le Touraine », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  77. « Fiche produit - les rillettes de Tours », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  78. « Fiche produit - le Val de Loire », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  79. « Fiche produit - les volailles de l’Orléanais », sur le site de l'Institut national de l'Origine et de la Qualité (consulté le ).
  80. « ARRETE portant inscription parmi les monuments historiques du monument funéraire de Pierre François Chappotin dans le cimetière de Pontlevoy à PONTLEVOY (Loir-et-Cher) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Site officiel de Pontlevoy (consulté le ).
  81. Notice d'Auguste Poulain dans le Dictionnaire des personnalités de Sologne et Environs, Le petit Solognot, printemps 2011
  82. Biographie
  83. Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (voir page 343).
  84. Le fonds Clergeau est aujourd'hui déposé aux Archives départementales de Loir-et-Cher, qui ont organisé une exposition à Blois en 2006. Pontlevoy un village de France, 1902-1936, Louis Clergeau photographe, 1996, Éditions de la Martinière.
  85. Jean-Bernard Sandler, Pontlevoy et sa région - Artistes du secteur de Pontlevoy (1850-1950), Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles lettres de Touraine, 2008.

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

  • Michel Provost, Carte archéologique de la Gaule : Le Loir-et-Cher, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, , 159 p. (ISBN 2-87754-003-0)
  • Christian Poitou, Paroisses et communes de France : Loir-et-Cher, Paris, CNRS Editions, , 591 p. (ISBN 2-271-05482-6)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui : Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d'histoire administrative, Paris, Institut National d'Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4, lire en ligne)
  • En avril 2021 est paru aux éditions de l’Harmattan un ouvrage intitulé : « Les Voix Humaines – La force de l’histoire locale – Pontlevoy – Loir et Cher – 1940/2020 », (ISBN 978-2-343-22698-9) rédigé par Gérard Saurat. Il s’agit d’une étude historique, géographique, économique et sociologique sur l’évolution de la vie des habitants et du village depuis la seconde guerre mondiale, élaborée à partir de dizaines d’entretiens avec des habitants du village et l’étude de nombreuses sources documentaires.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier