Le pont d'Alcántara, également connu sous le nom de pont Trajan, est un pont romain enjambant le Tage dans la commune espagnole d'Alcántara, près de la frontière portugaise.

Pont d'Alcántara
Image illustrative de l’article Pont d'Alcántara
Géographie
Pays Espagne
Communauté autonome Estrémadure
Commune Alcántara
Coordonnées géographiques 39° 43′ 21″ N, 6° 53′ 33″ O
Fonction
Franchit Tage
Caractéristiques techniques
Longueur 194 m
Matériau(x) pierre
Construction
Construction 106

Carte

Histoire

modifier

Le pont a été bâti entre 104 et 106 en l'honneur de l'empereur Trajan, natif d'Espagne[1].

 
Illustration parue dans un magazine espagnol, 1857.
 
Photographie du pont d'Alcantara (vers 1870), par Jean Laurent, vu du sud.

Au cours de son histoire, le pont d'Alcántara a souffert bien davantage des dommages dus aux guerres que de l'usure du temps et des éléments. Les Maures détruisirent l'un des petits arcs en 1214 : celui-ci fut reconstruit trois siècles plus tard, en 1543, avec des pierres prélevées dans les carrières d'origine. La seconde arche du côté nord-ouest fut détruite en 1760 par les Espagnols pour empêcher l'avance des troupes portugaises : elle fut réparée en 1762 par Charles III, pour être à nouveau détruite en 1809 par les armées de Wellington qui tentaient d'arrêter les Français. Des réparations temporaires ont été effectuées en 1819, mais une grande partie du pont a été ruinée une nouvelle fois en 1836 par les carlistes. Le pont a été complètement restauré en 1860[1]. Les piliers principaux ont été réparés en 1969, lors de la construction du barrage José María de Oriol, qui a permis le drainage du lit du Tage.

Le pont mesurait initialement 190 m, longueur aujourd'hui réduite à 181,7 m. Les travées ouvertes des six arches de la rive droite à la rive gauche sont respectivement de 13,6 m, 23,4 m, 28,8 m, 27,4 m, 21,9 m et 13,8 m.

Il porte au-dessus de l'arcade centrale une inscription latine[1] :

PONTEM PERPETVI MANSVRVM
IN SAECVLA MVNDI
FECIT DIVINA NOBILIS ARTE LACER

« Ce pont qui restera à travers les siècles du monde, c'est Lacer (ingénieur constructeur) qui l'a fait, de tout son très fameux art... »

En 2019, l'Assemblée d'Estrémadure a demandé que le site soit inscrit à la liste du patrimoine mondial, de réaliser des travaux de restauration. De plus, l'Assemblée veut construire un nouveau pont pour éliminer les quelques 237 000 véhicules, dont 5 000 poids lourds, qui empruntent le pont romain chaque année[2].

Notes et références

modifier
  1. a b et c Charles S. Whitney, Bridges of the World: Their Design and Construction, 1929, réédition 2003, Dover Publications, Mineola, New York, pages 75–79.
  2. (es) « La Asamblea pide impulsar que el Puente Romano de Alcántara sea Patrimonio de la Humanidad », Hoy,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources

modifier

Lien externe

modifier