Ouvrir le menu principal

Pommeuse

commune française du département de Seine-et-Marne

Pommeuse
Pommeuse
La mairie.
Blason de Pommeuse
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Fontenay-Trésigny
Intercommunalité CA Coulommiers Pays de Brie
Maire
Mandat
Joël Duceillier
2014-2020
Code postal 77515
Code commune 77371
Démographie
Gentilé Pommeusiens
Population
municipale
2 914 hab. (2016 en augmentation de 2,46 % par rapport à 2011)
Densité 228 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 02″ nord, 3° 01′ 02″ est
Altitude Min. 55 m
Max. 146 m
Superficie 12,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Pommeuse

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Pommeuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pommeuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pommeuse
Liens
Site web http://pommeuse.org/

Pommeuse est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Pommeusiens[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située dans la vallée du Grand Morin sur son versant septentrional à 6 km à l'ouest de Coulommiers.

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

Le système hydrographique de la commune se compose de trois cours d'eau référencés :

  • la rivière le Grand Morin, longue de 118,2 km[2], affluent en rive gauche de la Marne, ainsi que :
    • un bras de 0,3 km[3] ;
    • la rivière l’Aubetin, longue de 61,2 km[4], affluent en rive gauche du Grand Morin.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 6,93 km[5].

Voies de communication et transportsModifier

La commune est desservie par la gare ferroviaire de Faremoutiers-Pommeuse sur la branche sud de la ligne du Transilien P qui relie Pommeuse à Paris en 56 minutes, ainsi que la ville de Coulommiers.

UrbanismeModifier

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 169 lieux-dits administratifs répertoriés[6] dont vingt hameaux : Bertrand (le), Bilbauderie (la), Bisset (le), Bourg (le), Charmes (les), Charnois (le), Chéru, Courtalin, Fahy (le), Lavanderie (la), Maisonfleur, Mesnil (le), Montrenard, Montmartin, Poncet (le), Roty (le), Saint Blandin, Tresmes, Tronchet (le), Vauxpleurs.

Occupation des solsModifier

En 2018[7], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 35,1 % de terres arables, 17,2 % de forêts, 17 % de zones agricoles hétérogènes[Note 2], 13 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 10,5 % de prairies et 7,1 % de zones urbanisées.

La majeure partie de la commune est occupée par des terrains agricoles, consacrés à la culture de céréales (principalement blé et maïs), ou l'élevage bovin. Une partie de la commune est boisée notamment au bord du Grand Morin, et sur le versant de la vallée.

LogementModifier

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 1 274 dont 88,7 % de maisons et 8,6 % d’appartements.

Parmi ces logements, 86,4 % étaient des résidences principales, 4,8 % des résidences secondaires et 8,8 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 83 % contre 15,4 % de locataires[8], dont 5 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 3] et 1,5 % logés gratuitement.

ToponymieModifier

La commune s'est auparavant nommée Eboriac ou Evoriacum et était au croisement de deux voies gallo-romaines[9].

Attestée sous la forme latine Pons Mucre au XIIe siècle. Mucre est une ancienne forme du Grand Morin, qui baigne la commune.

Pommeuse signifierait « pont sur le Morin » (du latin pons, pont et de mucrae, le Morin).

HistoireModifier

Point de convergence de voies routières à l’époque gallo-romaine, le village devient une paroisse au XIIe siècle avec la construction de l’église, Le fief étant créé en 1144[9].

Il y eut quatre châteaux successifs. Le premier date du XIe siècle et permettait au seigneur de percevoir un impôt sur les personnes voulant traverser le Morin. Ce château se situait sur une motte surplombant les terres féodales.

Le deuxième château était entouré d'une douve alimentée par le Morin, et fut très abimé pendant la guerre de Cent Ans.

Le troisième château construit vers 1480 était basée sur un modèle type de la Renaissance. Il fut détruit à la Révolution et ses occupants (la famille de Langlois) guillotinés.

Le quatrième château encore habité aujourd'hui, fut édifié entre 1825 et 1830. Il est d'ailleurs toujours occupé par la famille de Langlois[9].

Première Guerre mondiale

Durant la Première Guerre mondiale, Pommeuse fut occupée, début septembre 1914, par les troupes allemandes. Celles-ci contraignirent les habitants à édifier une barricade destinée à barrer le passage du Morin aux troupes anglaises[10],[11].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Meaux du département de Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la cinquième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Coulommiers[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Fontenay-Trésigny.

IntercommunalitéModifier

La commune était membre fondatrice de la petite communauté de communes de la Brie des moulins créée en 1997.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), cette intercommunalité fusionne le au sein de la communauté de communes du Pays de Coulommiers.

Toutefois, celle-ci souhaitant elle-même sa fusion avec la communauté de communes du Pays fertois afin d'augmenter les ressources de cette la nouvelle structure, qui prendrait le statut de communauté d'agglomération et bénéficierait à ce titre de dotations plus élevées de l'État, tout en ayant une possibilité de négociation plus équilibrée avec Val d'Europe Agglomération et la communauté d'agglomération du pays de Meaux[13],[14].

Cette fusion intervient le et la commune est désormais membre de la communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 1983 Gabriel Saillant    
mars 1983 mars 1989 André Perruchet    
mars 1989 1990 Paul Gaignot    
1990 juin 1995 Renée Seignot    
juin 1995 mars 2001 Jacques Durand RPR[15]  
mars 2001 mars 2014[16] Jacques Alonso SE Enseignant
mars 2014[17] En cours Joël Duceillier DVD Retraité

Politique de développement durableModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2016, la commune comptait 2 914 habitants[Note 4], en augmentation de 2,46 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0951 2981 3091 3051 3181 3031 2001 2071 234
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1701 2521 1231 0051 0301 0069869721 000
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0779851 0081 1101 1121 2551 1951 1451 178
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 3451 3171 3701 5181 8082 4762 6932 8442 914
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

La population a doublé en 30 ans, comme dans une grande partie de l'Est parisien.

Police - GendarmerieModifier

Pommeuse dépend[Quand ?] du commissariat de police nationale de Coulommiers.

Sapeurs-PompiersModifier

Pommeuse dépend[Quand ?] du centre d'intervention et de secours de Faremoutiers.

MédiasModifier

La ville de Coulommiers et les communes environnantes (Mouroux, Boissy-le-Châtel, Aulnoy, Chailly-en-Brie, Chauffry, Faremoutiers, Pommeuse, Giremoutiers, Saint-Germain-sous-Doue) ont été choisies pour être les premières à passer au tout numérique pour la diffusion de la télévision hertzienne. Depuis le 8 novembre 2008, l'émetteur de Mouroux, site des Parrichets, diffuse la TNT. L'extinction du signal analogique a eu lieu le 5 février 2009[21].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

La commune étant petite, il n'existe pas d'événements d'une remarquable importance. On note cependant de nombreuses animations, grâce à la présence de plusieurs associations, théâtre, sports, pêche, danses... La fête patronale notamment met ces associations à contribution. Désignée « les 48 h 00 de Pommeuse », cette fête propose de multiples activités sur deux jours ; défilé de carnaval, concours de pétanque et de pêche, brocante démonstrations artistiques et sportives, concerts, fête foraine, repas champêtre, soirée dansante, feu d'artifice... Le téléthon est une autre occasion d'activités associatives offertes au public avec également la participation des écoles.

ÉconomieModifier

Il existait au bord du Morin une usine Cegedur-Pechiney, mais celle-ci a été fermée en 2004 et il n'existe quasiment plus d'activité industrielle à Pommeuse.

L'activité économique se limite[Quand ?] à l'activité agricole, une pharmacie, une boulangerie, une épicerie, une papeterie, un salon de coiffure, une école maternelle et une école primaire, des petits artisans.

Culture locale et patrimoineModifier

 
L'église Saint-Martin.
 
Viaduc ferroviaire sur l'Aubetin.

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Martin (XIIe siècle)-(XVIIIe siècle).
  • Ancienne chapelle des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul à Tresmes.
  • Moulins du Gué-Plat, dernier moulin à eau des 27 ayant existé sur l'Aubetin.
  • Monument aux morts des guerres mondiales par le sculpteur Paul Niclausse.
  • Viaduc ferroviaire de l'Aubetin (XIXe siècle), 213 m de long, 16 m de haut, achevé en 1862. L'arche centrale a été renforcée en 1921.
  • Château de Pommeuse, rue de Château (XIXe siècle).

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Cégédur/Péchiney à Pommeuse : une page de l’histoire et une aventure industrielle en Seine-et-Marne, Lys Éditions Amatteis, 2009, 157 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  3. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. http://www.habitants.fr/habitants_pommeuse_77371.html
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Grand Morin (F65-0400) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Grand Morin (F6580801) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’ Aubetin (F65-0410) »
  5. 77371 Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 21 février 2019
  6. Site territoires-fr.fr consulté le 21 février 2019 sous le code commune 77371
  7. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  8. Statistiques officielles de l‘INSEE.
  9. a b et c « Commune de Pommeuse », sur pommeuse.org (Site de la mairie) (consulté en février 2014)
  10. Guide illustré des champs de bataille, première édition, La Marne, Volume 2, page 38.
  11. La Bataille de la Marne dans le Provinois, sur 1914ancien.free.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Sébastien Roselé, « Pays de Coulommiers. Franck Riester veut fusionner avec le Pays fertois », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (www.leparisien.fr/coulommiers-77120/pays-de-coulommiers-franck-riester-veut-fusionner-avec-le-pays-fertois-28-03-2017-6803919.php, consulté le 6 décembre 2017).
  14. « La Ferté-sous-Jouarre : le Pays fertois dit « oui » au Pays de Coulommiers », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (www.leparisien.fr/la-ferte-sous-jouarre-77260/la-ferte-sous-jouarre-le-pays-fertois-dit-oui-au-pays-de-coulommiers-04-04-2017-6823560.php, consulté le 6 décembre 2017).
  15. « Début février, le maire sortant, Jacques Durand (RPR), demandait encore quinze jours de délai de réflexion pour prendre sa décision définitive sur son éventuelle candidature aux municipales. » [1]
  16. G. Moruzzi, « Municipales : pourquoi Jacques Alonso ne se représentera pas : Maire de Pommeuse depuis 2001, Jacques Alonso nous explique pourquoi il ne sollicitera pas le vote des électeurs en mars prochain », Le Pays Briard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2018) « Le besoin de « passer à autre chose » en est une. Si Jacques Alonso est investi dans la vie de la commune depuis plusieurs décennies, il estime aujourd’hui qu’il faut « passer la main, afin de retrouver un deuxième souffle ».
  17. « Compte-rendu du conseil municipal du 28 mars 2014 » [PDF], Compte-rendus, sur http://pommeuse.org (consulté le 11 février 2018).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. Le site de France Télé Numérique