Myosite

affection inflammatoire du tissu musculaire
(Redirigé depuis Polymyosite)
Myosite

Spécialité RhumatologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-9 729.1Voir et modifier les données sur Wikidata
OMIM 160750
DiseasesDB 29473
MedlinePlus 001245
MeSH D009220

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une myosite est une myopathie acquise et inflammatoire. C'est un groupe de maladies rares dégénératives, affectant les muscles squelettiques, et selon les formes la peau, les articulations et les poumons[1]. Jusqu'en 2017, on distinguait trois grands groupes de myosites : polymyosite, dermatomyosite et myosite à inclusions[2]. Depuis 2018,une nouvelle classification en quatre types a été proposée par l'Inserm : myosite à inclusions, dermatomyosite, myopathie nécrosante auto-immune, syndrome des anti-synthétases (les polymyosites ne constituant plus un type de myosite en tant que tel)[3].

Papules de Gottron ; érythème discret papuleux sur les articulations des doigts chez un patient atteint de Polymyosite
Vue aux rayons X du genou d'un patient atteint de dermatopolymyosite


Myosite à inclusionsModifier

PolymyositesModifier

L'abandon de cette ancienne classification a été proposée, en raison de l'hétérogénéité des formes rencontrées et des anticorps présents, et par conséquent des traitements à envisager[3].

Myopathie nécrosante auto-immuneModifier

Elle est caractérisée par une dégénération uniquement musculaire. Il s'agit de la forme la plus invalidante des myopathies. Elle est liée à la présence de deux anticorps spécifiques anti-SRP ou anti-HMGCR, cibles du traitement[3].

Les anticorps anti-HMGCR peuvent apparaître après la prise de statines (inhibiteurs de la 3-hydroxy-3-méthylglutaryl-coenzyme A réductase), sous forme médicamenteuse[4] ou sans exposition identifiée[5]. Le caractère inflammatoire peut être absent[5].

Syndrome des anti-synthétasesModifier

L'atteinte musculaire est associée à une arthrite (se manifestant par un rhumatisme), et à une pneumonie interstitielle, se traduisant pas un essoufflement quelquefois très prononcé. Les anticorps anti-Jo1, anti-PL7 ou anti-PL12 pourraient en être responsables[3]. Parmi les symptômes, l'arthralgie, le phénomène de Raynaud, l'éruption héliotrope, la dysmotilité distale de l'œsophage et les mains de mécanicien lui sont quelquefois associés[6]

DermatomyositeModifier


Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Myopathies inflammatoires ou myosites | SNFMI », sur www.snfmi.org (consulté le 3 avril 2021)
  2. (en) Marinos C. Dalakas et Reinhard Hohlfeld, « Polymyositis and dermatomyositis », The Lancet, vol. 362, no 9388,‎ , p. 971–982 (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, PMID 14511932, DOI 10.1016/S0140-6736(03)14368-1, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020)
  3. a b c et d « Nouvelle classification des myosites, maladies rares du muscle : une étape déterminante vers un meilleur diagnostic et des traitements personnalisés », sur Salle de presse | Inserm, (consulté le 3 avril 2021)
  4. Philip Hamann, Robert Cooper, Neil McHugh et Hector Chinoy, « Statin-induced necrotizing myositis – A discrete autoimmune entity within the “statin-induced myopathy spectrum” », Autoimmunity reviews, vol. 12, no 12,‎ , p. 1177–1181 (ISSN 1568-9972, PMID 23851103, PMCID 4589155, DOI 10.1016/j.autrev.2013.07.001, lire en ligne, consulté le 12 avril 2021)
  5. a et b Laurent Drouot, Yves Allenbach, Fabienne Jouen, Jean-Luc Charuel et al., « Exploring necrotizing autoimmune myopathies with a novel immunoassay for anti-3-hydroxy-3-methyl-glutaryl-CoA reductase autoantibodies », Arthritis Research & Therapy, vol. 16, no 1,‎ , R39 (ISSN 1478-6362, PMID 24484965, PMCID PMC3979083, DOI 10.1186/ar4468, lire en ligne, consulté le 12 avril 2021)
  6. INSERM, « Orphanet : Syndrome des antisynthétases », sur www.orpha.net (consulté le 12 avril 2021)