Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polyeucte.
Saint Polyeucte.

Polyeucte de Mélitène (mort le 10 janvier 259) est un saint arménien. Selon la tradition chrétienne, c'est un riche officier romain de la douzième légion romaine, martyrisé sous le règne de Dèce à Mélitène en Arménie.

Sommaire

Martyre du saintModifier

Syméon Métaphraste écrit que c'est par admiration pour le zèle de son ami et camarade d'armes Néarque que Polyeucte se convertit au christianisme. Avec la foi des nouveaux convertis, il s'en prend violemment, selon l'hagiographe, au paganisme officiel, détruisant la copie d'un édit de Dèce ordonnant d'honorer les idoles affichées sur l'agora, ainsi que des statues qu'ils rencontrent sur sa route.

Arrêté, il est torturé par les autorités et refuse d'entendre les suppliques de sa famille, sa femme Paulina et son beau-père Felix. Il est ensuite décapité.

Culte du saintModifier

Inhumé à Mélitène, il y est vénéré dans une église qui lui est dédiée : son existence est attestée dans la vie d'Euthyme le Grand : c'est en effet dans cette église que ses parents prient pour avoir un fils.

À Constantinople, Anicia Juliana fait construire une église monumentale dédiée au martyr, Saint-Polyeucte, entre 524 et 527 : c'est, au moment où Justinien monte sur le trône, la plus vaste église de la capitale. Les vestiges de ce monument, localisés grâce à une inscription dans le secteur de Saraçhane, ont fait l'objet d'une fouille archéologique systématique à partir de 1960. L'église se caractérise par un décor innovant, introduisant des influences de l'art sassanide dans la sculpture architecturale byzantine.

La fête du saint est célébrée le 13 février dans le calendrier catholique, le 9 janvier dans la liturgie orthodoxe orientale, et le 7 janvier dans l'ancien calendrier arménien. Polyeucte est le saint patron des vœux et des traités.

Références culturelles à saint PolyeucteModifier

En 1642 Pierre Corneille tira du martyre de saint Polyeucte le sujet de sa tragédie Polyeucte martyr. En 1679 le compositeur Marc-Antoine Charpentier écrivit une ouverture pour précéder le prologue de cette tragédie. Au XIXe siècle, la pièce fut adaptée pour la scène lyrique : en 1838, Gaetano Donizetti et le librettiste Salvadore Cammarano en firent un opéra, sous le titre Poliuto ; en 1878 Charles Gounod et le librettiste Jules Barbier, écrivirent eux aussi un opéra, Polyeucte. Enfin, Paul Dukas composa l’ouverture Polyeucte, dont la première fut donnée en janvier 1892.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier