Ouvrir le menu principal
Stéphane Troussel, président du Conseil général depuis 2012.

La politique en Seine-Saint-Denis reste marquée par une longue domination du Parti communiste français. La Seine-Saint-Denis est l'un des départements constituant la Ceinture rouge historique de Paris. C'est un fief historique de la gauche, et en particulier du parti communiste, héritage d'un découpage tacite des zones d'influence entre le PCF et la droite sous De Gaulle[1].

Après avoir détenu la majorité des villes et la totalité des postes de députés ainsi que la majorité absolue au Conseil général de la Seine-Saint-Denis de 1967 à 2001 (avec l'emblématique Georges Valbon), le PCF a détenu la présidence du département jusqu'en mars 2008, avant de passer le relais au Parti socialiste. Si le PS est devenu force majoritaire du département vers 2007-2008, la droite et le centre ont également étendu une influence qui restait relativement limitée jusqu'en 2001.

Le département est riche de personnalités d'envergure nationale.

Sommaire

ChronologieModifier

 
Le local du PCF à La Courneuve.
 
Jean-Christophe Lagarde (Force européenne démocrate), ici en 2007, solidement implanté à Drancy.
 
Patrick Braouezec, chef de file des refondateurs au PCF, qu'il quitte en 2011.
 
Le maire d'Aubervilliers Jacques Salvator avec Abdelhak Kachouri et Jean-Paul Huchon.

Avant la Seine-Saint-DenisModifier

Du début du siècle à 1968, le territoire de l'actuelle Seine-Saint-Denis a aussi été marqué par la gauche. Le , Jean Jaurès fait un célèbre discours au Pré-Saint-Gervais, sur la butte du Chapeau-Rouge devant 150 000 personnes[2].

Le développement de l'industrie dans la banlieue ouvrière proche de Paris fait émerger, avant le Front populaire, plusieurs figures communistes, Fernand Grenier, Jacques Doriot[3], Théophile Gaubert à Neuilly-sur-Marne, voire socialistes comme Alexandre Bachelet.

Cinquante-cinq municipalités communistes et une trentaine de municipalités socialistes ont été élues dans les départements de la Seine et de Seine-et-Oise, dessinant autour de Paris ce qu’on appelle désormais « la ceinture rouge », selon l'expression employée pour la première fois par Paul Vaillant-Couturier. Parmi les communes ayant élu un maire communiste avant les élections municipales de 1935 figurent Bobigny (1919), Saint-Denis (1920), Villetaneuse (1920), Pierrefitte-sur-Seine (1929) et Villepinte (1932), tandis qu'à l'occasion de celles-ci, le PCF dirige aussi Aulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil, Bondy, Drancy, Montreuil, Noisy-le-Sec, Romainville et Tremblay-lès-Gonesse. Aux élections législatives de 1936, la banlieue parisienne envoie 27 députés communistes – dont Jacques Duclos, élu à Montreuil – sur 72 à l’Assemblée nationale[4].

Dans les années 1930, des scissions se produisent. Jacques Doriot est exclu du PCF en 1934 et fonde en 1936 le Parti populaire français (PPF), un parti fasciste, tandis que Fernand Grenier récupère la municipalité de Saint-Denis au profit du PCF en 1937. Albert Richard, maire communiste de Pierrefitte-sur-Seine, rejoint lui aussi le PPF, de même que Jules Lauze, maire de Villetaneuse de 1919 à 1935. Sous l'Occupation, certains participèrent à la collaboration : Jacques Doriot à Saint-Denis, Pierre Laval à Aubervilliers[5], Jean-Marie Clamamus à Bobigny...

À la Libération, des résistants communistes prennent le pouvoir dans de nombreuses mairies : Maurice Nilès à Drancy, Jean Lolive à Pantin, Auguste Gillot à Saint-Denis... Le PCF connaît un âge d'or, terni par des exclusions sommaires comme celles de Charles Tillon, maire d'Aubervilliers. La SFIO, avec des personnalités comme Alfred-Marcel Vincent ou Maurice Coutrot, joue les seconds rôles, limitée à quelques villes qu'elle tient de longue date comme Bondy ou Le Pré-Saint-Gervais.

La période rougeModifier

La Seine-Saint-Denis vote très majoritairement à gauche depuis fort longtemps, avec, cependant, quelques différences de comportements électoraux entre les communes issues de l'ancien département de la Seine et celles issues de l'ancienne Seine-et-Oise. La droite dispose de quelques bastions anciens dans l'est du département comme Gagny, Le Raincy ou Villemomble incarné par le gaulliste Robert Calméjane. Le PS a longtemps dû se contenter de quelques bastions hérités de la SFIO comme Bondy, Sevran, Le Pré-Saint-Gervais, Livry-Gargan et Épinay-sur-Seine[6],[7], ville qui vit François Mitterrand prendre la tête du parti en 1971.

En 1968, année où le parti gaulliste UDR avait obtenu la majorité absolue à l'Assemblée nationale, il n'avait pu obtenir que 2 des 9 sièges de député du département, les 7 autres restant acquis au PCF[6],[7]. En 1975 la sénatrice communiste Marie-Thérèse Goutmann devient la première femme à présider un groupe parlementaire en France[8].

Lors des élections municipales de 1977, la gauche obtint un résultat jamais atteint puisque 27 des 40 communes du département avaient élu un maire communiste et 7 autres un maire socialiste. Claude Bartolone reprend à la droite aux cantonales de 1979, le canton des Lilas avec 54 % des suffrages[9]. Marcel Debarge au Pré-Saint-Gervais, Claude Fuzier à Bondy et Gilbert Bonnemaison à Épinay-sur-Seine dont alors les trois hommes forts du PS[10].

En 1979, la gauche disposait de l'ensemble des parlementaires du département, celui-ci comptant neuf députés communistes, quatre sénateurs communistes et deux sénateurs socialistes.

L'hégémonie communiste remise en causeModifier

Il faut attendre 1981 pour que les premiers députés socialistes soient élus sur le département, avec notamment Claude Bartolone, les postes de députés étant occupés uniquement par les communistes sous la précédente législature.

Aux élections municipales de 1983, marquées par des fraudes électorales dans trois villes dirigées par le PCF[11], la droite conquiert un certain nombre de municipalités comme Rosny-sous-Bois et Montfermeil et, allié au Front national lors d'une partielle, Aulnay-sous-Bois. Elle récupère aussi des municipalités que la gauche avaient conquises en 1977, comme Gagny, Noisy-le-Grand, Villemomble et Villepinte. Sa faiblesse organisationnelle (en termes de militants entre autres) permet toutefois au Front national de se positionner en force pendant une certaine période et damer le pion à la droite parlementaire lors des consultations tenues dans les années 1990. Le PCF voit émerger une nouvelle génération communiste autour notamment du nouveau maire de Saint-Denis Patrick Braouezec.

Les sénatoriales de 1986 marquent également l'arrivée de premiers sénateurs de droite du département après les pertes des municipalités de gauche en 1983.

Après la rupture de l'union de la gauche en 1983, le PS qui était jusque-là un supplétif du PCF s'affirme. Lors des cantonales de 1985, le PS gagne le canton de Villepinte face à la droite alors que le PCF perd 4 de ses 25 élus (Aulnay, Montfermeil, Pantin, Noisy-le-Grand). Lors des législatives de 1986, le PS obtient un score de 29,13 % proche de celui de 1981 (alors qu'il baisse nettement au niveau national), devançant pour la première fois le PCF, (aussi concurrencé par le FN), y compris dans plusieurs des villes qu'il dirige. Cela permet au PS d'apparaître comme le parti le mieux à même de reconquérir des villes communistes passées à droite[12].

Aux élections municipales de 1989, le PCF perd Dugny, tandis que la situation se complique à Clichy-sous-Bois. Dans cette commune, des élections partielles aboutissent à la victoire provisoire de la droite en 1993. Aux élections municipales de 1995, le PS a gagné quelques positions notables comme Noisy-le-Grand et Clichy-sous-Bois, tandis que Sevran est provisoirement perdu par les communistes. La direction nationale du PCF est contestée par les « refondateurs » comme Patrick Braouezec[13].

Aux élections municipales de 2001, le centre-droite conquiert notamment Épinay-sur-Seine et Drancy, respectivement sur le PS et le PCF, alors que le PS gagnait Pantin sur le PCF, les Verts L'Île-Saint-Denis sur le PCF.

De manière plus prononcée qu'au niveau national, le département connaît une montée de l'abstention, hormis quelques scrutins nationaux. Seul un électeur sur cinq penseant à se réinscrire après un changements d'adresse, la mauvaise inscription sur les listes électorales contribue à un faible taux participation de la population aux scrutins[14].

La situation au sein de la gauche évolue, avec un renforcement de l'influence du Parti socialiste, prenant notamment appui sur les divisions et divergences d'approche des élus et organisations communistes dans le département, comme sur son évolution sociologique et l'aggravation de la situation sociale de nombreuses cités. Ce processus, déjà remarqué aux cantonales 2004, se concrétise avec le gain de la présidence du conseil général par le socialiste Claude Bartolone en mars 2008.

La Seine-Saint-Denis socialisteModifier

Les municipales et cantonales de 2008 ont confirmé cet ancrage à gauche, principalement au profit du PS et des Verts, les premiers faisant basculer Aubervilliers et Aulnay-sous-Bois et les seconds Montreuil. Le succès inattendu de Mathieu Hanotin aux cantonales contribue à faire émerger en Seine-Saint-Denis une génération d'anciens militants de l'UNEF soit sur des mandats électifs, comme Razzy Hammadi, soit dans les collectivités, comme Nadjet Boubekeur ou Sibeth Ndiaye, qui collaboreront notamment avec Claude Bartolone [15].

Sur le plan de la représentation parlementaire, le département compte en 2007 4 députés communistes, 5 députés socialistes, 1 député Nouveau Centre et 3 députés UMP[16]. Au Sénat, on dénombre 2 sénateurs communistes, 1 sénateur socialiste, 1 sénatrice verte, 2 sénateurs UMP[17].

Aux élections européennes de 2009, la tendance nationale se retrouve en Seine-Saint-Denis avec l'UMP qui arrive en tête (21,66 %) devant les trois listes de gauche : Europe Écologie (17,67 %), PS (15,08 %) et Front de gauche (11,43 %)[18].

Aux régionales 2010, le département a confirmé son ancrage à gauche avec 66,5 %[19] des voix à Jean-Paul Huchon contre 33,5 % à Valérie Pécresse. Au premier tour, la liste rajeunie du PS menée par Abdelhak Kachouri obtient 27,9 %[19], distançant la liste UMP (19,1 %[19]) et la liste écologiste conduite par l'ancien refondateur du PCF Stéphane Gatignon (14,6 %[19]). La liste Front de gauche (11,2 %[19] contre 14,3 %[20] en 2004) est comme en 2004 conduite par Marie-George Buffet, confirmant son déclin. La mise à l'écart du député Patrick Braouezec provoque une crise au PCF, confronté au départ annoncé de celui-ci et de François Asensi[21]. À droite, Patrice Toulmet devait défendre les couleurs de l'UMP mais il a été rétrogradé en pleine campagne en troisième position au profit du syndicaliste policier Bruno Beschizza, entraînant un ravivement de querelles intestines[22].

Lors des cantonales 2011, le PCF ne parvient pas à reconquérir la présidence du Conseil général, son objectif affiché. Il maintient cependant son nombre d'élus en reprenant deux cantons dans des villes perdues aux municipales 2008 à Aubervilliers et Montreuil. La droite reste minoritaire, mais conquiert le canton d'Epinay, consolidant son implantation dans cette ville. Aux élections sénatoriales, si la droite maintient ses deux élus UMP, le rapport de force change à gauche avec la perte d'un sénateur sur deux par les communistes au profit du PS qui en compte deux en alliance avec 1 sénatrice verte.

Les législatives 2012 sont une « vague rose » qui voit la représentation socialiste passer de 5 à 9 députés, alors que le Front de gauche ne sauve que 2 de ses 4 sortants. À droite, l'UMP perd ses 3 sièges, seul l'élu de centre-droit Jean-Christophe Lagarde sauvant son siège[23].

Après l'élection de Bruno Le Roux à la présidence du groupe socialiste de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone est élu président de l'Assemblée nationale, Élisabeth Guigou y préside la commission des affaires étrangères, tandis que le député européen Harlem Désir, qui avait été conseiller municipal d'Aulnay-sous-Bois de 2001 à 2008, devient premier secrétaire du PS. Le département, qui avait donné à François Hollande au second tour son meilleur score national (du moins en France métropolitaine), avec 65,32 % des suffrages exprimés (devant la Corrèze, 64,86 %), est alors au cœur du dispositif présidentiel.

Depuis 2012Modifier

Après la présidentielle, la droite départementale se recompose à la faveur de ralliements au centre après le lancement par Jean-Christophe Lagarde du parti Force européenne démocrate[24], enregistrant notamment le rapprochement de deux conseillers généraux et d'un conseiller régional UMP, dans une fédération où l'homme fort de la droite Éric Raoult est contesté par le sénateur Philippe Dallier[25].

En septembre 2012, Claude Bartolone devenu président de l'Assemblée nationale, Stéphane Troussel lui succède à la tête du Conseil général[26].

Le Parti communiste et ses élus apparentés détiennent la gestion de 11 villes avant les élections municipales de 2014, scrutin qui verra notamment l'affrontement du PCF sortant Didier Paillard avec le PS Mathieu Hanotin à Saint-Denis et, alors qu'à Montreuil Dominique Voynet a renoncé à se représenter[27].

Scrutins de 2014-2015Modifier

 
Bruno Beschizza refait passer à droite la commune d'Aulnay-sous-Bois.

Malgré la reconquête de Montreuil et d'Aubervilliers, l'emprise communiste a encore diminué, principalement au profit de la droite, qui y détient pour la première fois une majorité de 21 communes sur 40 dont Aulnay-sous-Bois (ex-PS), Le Blanc-Mesnil (ex-PC), Bobigny (ex-PC), Livry-Gargan (ex-app.PS), Saint-Ouen (ex-app.PC), Villepinte (ex-app.PC).

Avec le soutien de Claude Bartolone, le PS soutenait une nouvelle génération de candidats incarnée notamment par les jeunes députés Razzy Hammadi et Mathieu Hanotin[28]. les candidats socialistes contre les sortants communistes à Saint-Denis, Villetaneuse, Saint-Ouen ont échoué soit largement soit de très peu (181 voix pour Mathieu Hanotin à Saint-Denis, sauf à Bagnolet. Pour Philippe Dallier, réélu avec 82 % des voix au premier tour aux Pavillons-sous-Bois, « À Bobigny, c’est la faillite d’un système communiste à bout de souffle, encroûté dans de vieilles méthodes clientélistes. Il faut noter que, si les populations issues de l’immigration ont pu voter à gauche lors de la présidentielle, une partie d’entre elles nous a rejoints aux municipales en raison de mécontentements locaux[29],[30]. »

Lors des élections européennes, le Front national arrive en tête avec plus de 20 % des voix, distançant l’UMP (14,8 %), le PS (13,7 %), le Front de gauche (12 %) et EELV (10 %). Le phénomène est net dans les villes dirigées par un maire de gauche. Le FN devance les autres partis dans de nombreuses villes de gauche comme Bondy, Clichy-sous-Bois, La Courneuve (PCF), Noisy-le-Grand, Pierrefitte, Romainville, Sevran (EELV), Stains (PCF) et Tremblay-en-France (Front de gauche) ou mais aussi dans des communes dirigées par la droite telles que Dugny ou Rosny-sous-Bois. Les villes de droite donnent ses plus gros scores au parti d'extrême-droite : Coubron (plus de 32 % des votes), Montfermeil, Vaujours, Villepinte... Selon le chercheur Florent Gougou, « les résultats du département dépendent complètement de la mobilisation. La participation baisse de 48 points par rapport à la présidentielle de 2012. Et même de 7 points par rapport aux européennes de 2009. (...) L’électorat de gauche ne s’est pas mobilisé. (...) Le FN en profite pour tirer au mieux son épingle du jeu[31]».

Lors de élections départementales de 2015, la gauche garde la majorité en remportant 12 cantons (7 pour l'alliance PS-EELV-PRG-MGC et 5 pour le Front de gauche) contre 9 pour la droite, le FN étant battu dans le seul canton où il avait pu se qualifier au second tour[32]. En septembre 2015, Brigitte Marsigny (LR) gagne l'élection municipale partielle de Noisy-le-Grand à la suite de l'invalidation du scrutin de 2014 alors remporté par le PS Michel Pajon, le succès de la droite, avec 33 voix de plus que la liste socialiste, étant facilité par le maintien d'une liste Front de gauche au second tour[33].

Lors de l'élection régionale de 2015 en Île-de-France, la liste menée par Claude Bartolone arrive en tête du premier tour avec 29,6 % des voix, une performance supérieure à celle de Jean-Paul Huchon en 2010 (27,9 %). Il vire en tête dans 22 villes sur 40 avec un meilleur score de 46,8 % au Pré-Saint-Gervais. En cumulant les résultats du Front de gauche, d’EELV et du PS, la gauche obtient 48,3 % des voix. Menée localement par Bruno Beschizza, la liste de droite LR-UDI n'obtient que 21,4 % des voix à peine plus qu’en 2010 et arrive en tête dans 12 communes du département. La plus forte progression en revient à la liste FN menée localement par Jordan Bardella avec 20 % des voix soit 7,8 points de plus qu’en 2010, ce qui lui permet d'arriver première force à Vaujours, Coubron, Montfermeil, Tremblay-en-France et Livry-Gargan et seconde à Bondy, Clichy-sous-Bois, La Courneuve et Sevran. L'abstention s'élève à 63,1 %[34]. Si la liste d'union de la gauche est défaite au second tour, elle est néanmoins en tête dans 30 villes sur 40 du département avec 52,4 % des voix contre 32,9 % à la liste de droite, alors que le FN recule de 20 à 14,7 % dans un contexte où la participation progresse de 9 points[35].

Élections de 2017Modifier

Lors de la Primaire citoyenne de 2017, Benoît Hamon en tête du premier tour avec 42,52 % des voix, bien que Manuel Valls (26,01 %) soit soutenu par la majorité des parlementaires du département, dont Claude Bartolone[36]. Parmi les élus PS, seuls quatre députés – Claude Bartolone, Michel Pajon, Élisabeth Pochon et Pascal Popelin – ne lui apportent pas leur parrainage. Emmanuel Macron obtient trois parrainages (ceux de Stéphane Gatignon, Jacques Mahéas et la sénatrice écologiste Aline Archimbaud). Les élus communistes, sauf la maire de Villetaneuse, apportent leur soutien à Jean-Luc Mélenchon. François Fillon a le soutien de la plupart des maires de droite et de trois maires du centre, sauf Laurent Rivoire, Xavier Lemoine, Stéphane de Paoli, William Delannoy et Pierre-Yves Martin[37].

Aux législatives, la gauche conserve 7 de ses 12 sièges, mais le PS perd l'intégralité de ses circonscriptions, y compris celles détenues précédemment par Claude Bartolone et Bruno Le Roux, qui élisent des candidats de la France insoumise. Sur les sept, 4 sont proches de FI (dont des poids lourds du mouvement Éric Coquerel, Bastien Lachaud et Alexis Corbière), deux membres du PCF (dont Marie-George Buffet réélue) et une d'Ensemble ! Arrivé en tête dans la plupart des circonscriptions au premier tour, LREM n'obtient finalement que trois sièges à l'Est du département. À droite, l'UDI Jean-Christophe Lagarde est facilement réélu alors qu'Alain Ramadier (LR) crée la surprise au second tour[38],[39].

En raison de son succès aux élections municipales, la droite gagne un siège aux élections sénatoriales de 2017, celui obtenu par l'adjointe (LR) au maire d'Aulnay-sous-Bois, Annie Delmont-Koropoulis, ce qui conduit à une parité entre les sénateurs, trois étant de gauche et trois de droite. Il y a aussi une recomposition à gauche puisque l'alliance PS-EELV perd deux sièges, dont l'un est conquis par les communistes, Fabien Gay rejoignant Éliane Assassi au Sénat. Les difficultés de renouvellement du PS et les tensions nées après la désignation du candidat à la présidentielle ont suscité une liste dissidente PS[40],[41]. Proche d'Emmanuel Macron, Patrick Toulmet ne parvient pas à être élu[42], pas plus qu'Anina Ciuciu, élève avocate rom soutenue par la sénatrice écologiste sortante Aline Archimbaud[43].*

À l'approche des élections municipales de 2020, LREM annonce des candidats dans plusieurs villes mais aussi son soutien au maire sortant PS Olivier Klein à Clichy-sous-Bois, ainsi qu'une liste contre la maire PS sortante de Bondy, Sylvine Thomassin, soutenue par son ancien prédécesseur Gilbert Roger[44].

Liste des présidents du conseil général puis départementalModifier

 
Bartolone alors président du Conseil général entouré de trois conseillers généraux PS: Mathieu Hanotin, Stéphane Troussel et Gilbert Roger.
Nom Dates du mandat Parti Qualité
Georges Valbon 1967 1982
PCF
Maire de Bobigny
Jean-Louis Mons 1982 1985
PCF
Adjoint au maire de Noisy-le-Sec
Georges Valbon 1985 1993
PCF
Maire de Bobigny
Robert Clément 1993 2004
PCF
Maire de Romainville
Hervé Bramy 2004 2008
PCF
Adjoint au maire du Blanc-Mesnil
Claude Bartolone   2008 2012
PS
Ancien ministre, député de la Seine-Saint-Denis
Stéphane Troussel   2012 En cours
PS
Adjoint au maire de La Courneuve

Liste des députésModifier

Découpage depuis 2012Modifier

Circonscription Élu actuel Parti XVe Élu 2012-2017 Parti XIVe
1re circonscription Éric Coquerel FI Bruno Le Roux PS
2e circonscription Stéphane Peu FI -PCF Mathieu Hanotin PS
3e circonscription Patrice Anato LREM Michel Pajon PS
4e circonscription Marie-George Buffet PCF Marie-George Buffet FG-PCF
5e circonscription Jean-Christophe Lagarde UDI Jean-Christophe Lagarde UDI-FED
6e circonscription Bastien Lachaud FI Élisabeth Guigou PS
7e circonscription Alexis Corbière FI Razzy Hammadi PS
8e circonscription Sylvie Charrière LREM Élisabeth Pochon PS
9e circonscription Sabine Rubin FI Claude Bartolone PS
10e circonscription Alain Ramadier LR Daniel Goldberg PS
11e circonscription Clémentine Autain FI -E ! François Asensi FG-Ensemble !
12e circonscription Stéphane Testé LREM Pascal Popelin PS

Découpage 1988-2012Modifier

 
Daniel Goldberg conquiert en 2007 l'ancienne circonscription de Waldeck Rochet.
Circonscription XIIIe XIIe XIe Xe IXe
1re circonscription PS PS PS RPR PS
2e circonscription PCF (**) PCF PCF PCF PCF
3e circonscription PS PCF PCF PCF PCF
4e circonscription PCF PCF PCF PCF PCF
5e circonscription NC UDF PCF PCF PCF
6e circonscription PS PS PS PS PS
7e circonscription app.PCF app.PCF app.PCF PCF PCF
8e circonscription UMP RPR RPR RPR RPR
9e circonscription PS PS PS PS PS
10e circonscription UMP RPR RPR RPR PS
11e circonscription PCF (**) PCF PCF PCF PCF
12e circonscription UMP RPR app. PS RPR RPR
13e circonscription PS PS PS PS PS

(*) En 2012, l'ancienne troisième circonscription est démantelée. (**) En 2010, Patrick Braouezec et François Asensi quittent le PCF pour la FASE

Mandats 1986-1988Modifier

En 1986, les 13 députés sont élus au scrutin proportionnel départemental. Seront élus:

Découpage 1967-1986Modifier

   
En 1981, le PS émerge (Gilbert Bonnemaison) dans un département dominé par le PCF (Waldeck Rochet).

De 1967 à 1986, la Seine-Saint-Denis élit neuf députés.

Circonscription VIIe VIe Ve IVe IIIe
1re circonscription PS PCF PCF PCF PCF
2e circonscription PCF PCF PCF PCF PCF
3e circonscription PCF PCF PCF PCF PCF
4e circonscription PCF PCF PCF PCF PCF
5e circonscription PS PCF PCF UDR PCF
6e circonscription PS PCF PCF PCF PCF
7e circonscription PCF PCF PCF PCF PCF
8e circonscription PCF PCF PCF PCF PCF
9e circonscription PS PCF UDR UDR UDR

Liste des sénateursModifier

 
Dominique Voynet sénatrice de 2004 à 2011 et maire de 2008 à 2014.

Au terme des élections sénatoriales de 2017 dans la Seine-Saint-Denis, les sénateurs en cours de mandat sont : Éliane Assassi (PCF), Vincent Capo-Canellas (UDI), Philippe Dallier (LR), Annie Delmont-Koropoulis (LR), Fabien Gay (PCF), Gilbert Roger (PS).

  • 2017-2023 : PCF 2, PS 1, UDI 1, LR 2
  • 2011-2017 : PCF 1, PS 2, EELV (puis PÉ) 1, UDI 1, UMP (puis LR) 1
  • 2004-2011 : PCF 2, PS 1, Verts 1, UMP 2
  • 1995-2004 : PCF 2, PS 2, RPR 1, UDF-AD 1 (RDSE)
  • 1986-1995 : PCF 3, PS 1, Droite 1, RDSE 1
  • 1977-1986 : PCF 4, PS 2
  • 1968-1977 : PCF 3, PS 1, Indep 1

Liste des mairesModifier

 
Jacques Salvator (à gauche), maire d'Aubervilliers de 2008 à 2014.
 
Éric Raoult, maire du Raincy de 1995 à 2014.
 
Bernard Birsinger, maire de Bobigny de 1996 à 2006
 
Alda Pereira-Lemaitre, maire de Noisy-le-Sec de 2008 à 2010.

Liste des maires élus en 2014 (actualisée en septembre 2018) et couleur politique de la ville depuis la dernière élection municipale avant la création du département.

Commune Maire 2018 Parti (2014) Parti (2008) Parti (2001) Parti (1995) Parti (1989) Parti (1983) Parti (1977) Parti (1971) Parti (1965)
Aubervilliers Meriem Derkaoui[45] PCF PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza LR PS RPR RPR RPR RPR* PCF PCF PCF
Bagnolet Tony Di Martino PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Bobigny Stéphane De Paoli UDI PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Bondy Sylvine Thomassin PS PS PS PS PS PS PS PS SFIO
Clichy-sous-Bois Olivier Klein PS PS PS PS PCF*[46] PCF PCF PCF PCF
Coubron Ludovic Toro UDI UMP RPR RPR RPR* DVD DVD DVD DVD
Drancy Aude Lagarde (3) UDI NC UDF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Dugny André Veyssière LR UMP RPR RPR RPR PCF PCF PCF PCF
Épinay-sur-Seine Hervé Chevreau DVD* MoDem UDF PS PS PS PS PS SFIO
Gagny LR UMP RPR RPR RPR RPR PCF UDR UNR
Gournay-sur-Marne Eric Schlegel DVD UMP RPR RPR RPR RPR DVD DVD DVD
La Courneuve Gilles Poux PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Le Blanc-Mesnil Thierry Meignen LR PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Le Bourget Yannick Hoppe (5) UDI NC UDF UDF DVD DVD DVD DVD DVD
Le Pré-Saint-Gervais Laurent Baron (8) [47] PS PS PS PS PS PS PS PS SFIO
Le Raincy Jean-Michel Genestier app. UDI UMP RPR RPR UDF UDF UDF DVD DVD
Les Lilas Daniel Guiraud PS PS PS UDF UDF UDF DVD DVD DVD
Les Pavillons-sous-Bois Katia Coppi (4) LR UMP RPR RPR PS RPR PS PS DVD
L'Île-Saint-Denis Mohamed Gnabaly[48] EELV/SE (2) Verts Verts PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Livry-Gargan Pierre-Yves Martin LR app. PS app. PS app. PS PS PS PS PS SFIO
Montfermeil Xavier Lemoine PCD PCD DVD DVD DVD DVD PCF PCF PCF
Montreuil Patrice Bessac PCF Verts app. PCF app. PCF* PCF PCF PCF PCF PCF
Neuilly-Plaisance Christian Demuynck LR UMP RPR RPR RPR RPR PCF DVD DVD
Neuilly-sur-Marne Jacques Mahéas DVG PS PS PS PS PS PS DVD DVD
Noisy-le-Grand Brigitte Marsigny[33] LR[33] PS PS PS UDF RPR* PCF DVD DVD
Noisy-le-Sec Laurent Rivoire UDI PS UDF* PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Pantin Bertrand Kern PS PS PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Pierrefitte-sur-Seine Michel Fourcade PS PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Romainville Corinne Valls DVG DVG* PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Rosny-sous-Bois Claude Capillon[49] LR UMP UDF UDF UDF PCF PCF PCF UNR
Saint-Denis Laurent Russier (6)[50] PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Saint-Ouen William Delannoy UDI PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Sevran Stéphane Blanchet (7)[51] UDE*/SE PCF* PCF RPF[52] PCF PCF PCF PS SFIO
Stains Azzedine Taïbi PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Tremblay-en-France François Asensi FG PCF* PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Vaujours Dominique Bailly LR* NC RPR RPR DVD DVD DVD DVD DVD
Villemomble Patrice Calméjane LR UMP RPR RPR RPR RPR PS UDR UNR
Villepinte Martine Valleton LR DVG UDF* PS * RPR RPR PCF UDR app. SFIO
Villetaneuse Carinne Juste PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
  • (*) Maire ayant changé d'étiquette politique en cours de mandat, ou nouveau maire d'étiquette politique différente à l'issue d'élections municipales partielles.
  • (2) Mohamed Gnabaly, précédemment maire-adjoint (SE) succède le à Michel Bourgain (EELV), démissionnaire, élus sur la liste « Île Vivante »
  • (3) Le , Aude Lagarde succède à Jean-Christophe Lagarde réélu député et qui ne pouvait plus cumuler les deux mandats[53]
  • (4) Katia Coppi est élue le 21 octobre 2017 pour succéder à Philippe Dallier réélu sénateur et touché par les nouvelles règles sur le cumul des mandats
  • (5) Yannick Hoppe est élu le 21 octobre 2017 pour succéder à Vincent Campo-Canellas réélu sénateur et touché par les nouvelles règles sur le cumul des mandats
  • (6) Laurent Russier succède le 3 décembre 2016 à Didier Paillard, démissionnaire de la Mairie de Saint-Denis
  • (7) Le 15 mai 2018, Stéphane Blanchet, précédemment premier adjoint, succède à Stéphane Gatignon démissionnaire.

Les conseillers régionauxModifier

Les conseillers générauxModifier

Canton Conseiller général Parti 2011 Parti 2008 Parti 2004 Parti 2001 Parti 1998 Parti 1994 Parti 1992 Parti 1988 Parti 1985 Parti 1982 Parti 1979 Parti 1976 Parti 1973 Parti 1970 Parti 1967
PRESIDENCE Stéphane Troussel PS PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Aubervilliers-Est Pascal Beaudet PCF PS PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Aubervilliers-Ouest Jean-Jacques Karman PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Aulnay-sous-Bois-Nord Gérard Ségura PS PS PS PS PS RPR RPR RPR RPR PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Aulnay-sous-Bois-Sud Jacques Chaussat Rad. UMP UMP RPR RPR RPR RPR RPR RPR RPR PCF PCF PCF PCF PCF
Bagnolet Josiane Bernard PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Blanc-Mesnil Hervé Bramy PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Bobigny Abdel-Madjid Sadi PCF app. PCF app. PCF app. PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Bondy-Nord-Ouest Sylvine Thomassin PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS SFIO
Bondy-Sud-Est Gilbert Roger PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS
Le Bourget Vincent Capo-Canellas NC NC UDF UDF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
La Courneuve Stéphane Troussel PS PS PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Drancy Stéphane Salini UMP UMP UMP PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Épinay-sur-Seine Hervé Chevreau MoDem PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PCF PCF PCF PCF
Gagny Michel Teulet UMP UMP UMP RPR RPR RPR RPR RPR RPR PCF PCF RPR UDR UDR UDR
Les Lilas Daniel Guiraud PS PS PS PS PS UDF UDF PS PS PS PS DVD DVD PCF PCF
Livry-Gargan Danièle Marini PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS SFIO
Montfermeil Raymond Coënne UMP UMP UMP DVD DVD DVD DVD DVD DVD PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Montreuil-Est Jean-Charles Nègre PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Montreuil-Nord Frédéric Molossi PS PS app. PCF app.PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Montreuil-Ouest Belaïd Bedreddine PCF PS PS PCF PCF RPR RPR CNIP CNIP PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Neuilly-Plaisance Pierre Facon UMP UMP DVD DVD RPR RPR RPR RPR RPR RPR PCF PCF DVD DVD DVD
Neuilly-sur-Marne Michèle Bailly PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS PS - - -
Noisy-le-Grand Emmanuel Constant PS PS PS PS PS UDF UDF RPR RPR PCF PCF UDF DVD DVD DVD
Noisy-le-Sec Gilles Garnier PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Pantin-Est Claude Bartolone PS PS Verts/PRG* Verts PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Pantin-Ouest Bertrand Kern PS PS PS PS PS RPR RPR RPR RPR PCF PCF PCF - - -
Pavillons-sous-Bois Katia Coppi app. UMP app. UMP app. UMP RPR RPR PS PS RPR RPR RPR RPR PS PS PS SFIO
Pierrefitte-sur-Seine Michel Fourcade PS PS PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF - - -
Le Raincy Claude Dilain PS UMP UMP PS PS UDF UDF UDF UDF DVD DVD DVD DVD RI RI
Romainville Corinne Valls MGC MGC MGC PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Rosny-sous-Bois Claude Capillon UMP UMP UMP UDF UDF UDF UDF UDF UDF[54] PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Saint-Denis-Nord-Est Bally Bagayoko PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Saint-Denis-Nord-Ouest Florence Haye PCF app. PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Saint-Denis-Sud Mathieu Hanotin PS PS PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Saint-Ouen Jacqueline Rouillon app. PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Sevran Jean-François Baillon EELV PCF[56] PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PS PS PS SFIO
Stains Azzedine Taïbi PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Tremblay-en-France Pierre Laporte FASE PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF PCF
Villemomble Jean-Michel Bluteau UMP UMP UMP RPR RPR RPR RPR RPR RPR RPR RPR RPR UDR UDR UDR
Villepinte Martine Valleton UMP app. PCF app. PCF RPR RPR RPR RPR PS PS RPR RPR RPR - - -

Les conseillers départementauxModifier

Personnalités politiques du départementModifier

   
De l'extrême gauche (Alain Krivine) à l'extrême droite (Roger Holeindre), le 93 a hébergé de nombreux responsables nationaux de partis.
   
Élisabeth Guigou, ancienne garde des Sceaux, et Harlem Désir, ancien secrétaire d'État aux Affaires européennes.
 
Bruno Le Roux, ici en 2012, conseiller général de 1992 à 1997, maire d'Épinay-sur-Seine de 1995 à 2001, député de 1997 à 2016, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale de 2012 à 2016, ministre de l'Intérieur de décembre 2016 à mars 2017.
 
Arlette Laguiller et Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière.

Un grand nombre d'hommes politiques d'envergure nationale, dont plusieurs candidats à des élections présidentielles, sont des élus de Seine-Saint-Denis.

Au PCF, au Front de gauche et à La France insoumise :

Au PS et divers gauche :

Aux écologistes :

À droite :

Au centre :

  • Didier Bariani, député de Paris (1978-1981 et 1997), de la Seine-Saint-Denis en 1986, secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères de 1986 à 1988, président du Parti radical de 1979 à 1983.
  • Jean-Christophe Lagarde, fondateur de Force européenne démocrate, président de l'UDI, maire de Drancy de 2001 à 2017, député depuis 2002.
  • Claude Pernès, conseiller régional de 2004 à 2010, conseiller général de 1985 à 2004, maire de Rosny-sous-Bois de 1983 à 2010.

Au Front national :

À l'extrême gauche :

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Le PCF n'a pas d'avenir: préservons sa mémoire », Marianne, (consulté le 12 août 2009)
  2. « Signé Jaurès », Conseil général de la Seine-Saint-Denis (consulté le 27 décembre 2009)
  3. http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=2556
  4. http://www.seine-saint-denis.fr/Il-ya-70-ans-le-front-populaire.html
  5. « Pierre Laval », Assemblée Nationale (consulté le 27 décembre 2009)
  6. a et b « La Seine-Saint-Denis du renouveau », Parti socialiste, (consulté le 27 décembre 2015)
  7. a et b « La Seine-Saint-Denis du renouveau », L'unité, (consulté le 27 décembre 2015)
  8. Maxime Fieschi, « L'ex-maire Marie-Thérèse Goutmann est décédée », leparisien.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  9. Sophie Huet, « Bartolone : première victoire, sous l'aile de Mitterrand », lefigaro.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  10. Marie-Pierre Bologna, « La mort de Marcel Debarge figure socialiste du Pré-Saint-Gervais », leparisien.fr, (consulté le 23 décembre 2015)
  11. Le Conseil d'État a annulé les élections municipales à Aulnay-sous-Bois et à Noisy-le-Grand et a même inversé les résultats à Villepinte par une proclamation juridictionnelle se substituant à la proclamation primitive, dans un arrêt rendu le 6 janvier 1984
  12. Le Parti Socialiste en Seine-Saint-Denis ou la fin d'une "anecdote". Les cas des élections législatives et cantonales de 1985-1986. Cyril Gispert. 2010.
  13. « Patrick Braouezec, 47 ans, maire PCF rebelle de Saint-Denis, s'est battu pour le Stade de France. Et défend les sans-papiers. Un drôle de coco », Libération, (consulté le 10 août 2009) et François Asensi
  14. « La « mal-inscription » sur les listes électorales touche des millions de Français », lemonde.fr, (consulté le 28 décembre 2016)
  15. Abel Mestre, « « Génération CPE » : de l’UNEF au pouvoir », lemonde.fr, (consulté le 23 mai 2017)
  16. « Député(e)s de Seine-Saint-Denis »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Site du PS de Montreuil (consulté le 31 janvier 2010)
  17. « Liste des sénateurs par département », Sénat (consulté le 31 janvier 2010)
  18. « Résultats des élections Européennes 2009 DEPARTEMENT SEINE SAINT-DENIS », Ministère de l'Intérieur (consulté le 27 décembre 2009)
  19. a b c d et e « Résultats des élections régionales 2010: SEINE SAINT-DENIS (93) », Ministère de l'Intérieur (consulté le 4 avril 2010)
  20. « Résultats des élections régionales 2004: SEINE SAINT-DENIS (93) », Ministère de l'Intérieur (consulté le 4 avril 2010)
  21. Le grand malaise des élus communistes, Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis, page II, 3 avril 2010
  22. « 93 : un policier tête de liste UMP, des élus crient au «parachutage» », Le Parisien, (consulté le 31 janvier 2010)
  23. « Onze sièges sur douze pour la gauche », Le Parisien, édition 93,‎ (ISSN 0767-3558, lire en ligne)
  24. Le député Jean-Christophe Lagarde va créer un nouveau parti centriste
  25. Vent de désertion à l'UMP, Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis, 12 septembre 2012
  26. Julien Duffé, « Bartolone passe la main au président Troussel », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ , p. I (lire en ligne)
  27. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Les derniers bastions communistes franciliens résistent malgré le déclin du PCF », Le Monde, (consulté le 27 janvier 2014)
  28. Laurence Albert, « La jeune garde du PS veut mettre la main sur la banlieue rouge de Paris », lesechos.fr, (consulté le 15 mai 2014)
  29. Dominique Albertini, « Seine-Saint-Denis : de la ceinture rouge à la vague bleue », Libération, (consulté le 3 avril 2014)
  30. Six villes basculent à droite, Marjorie Corcier Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis, 31 mars 2014
  31. Carine Fouteau, Michaël Hajdenberg, Jade Lindgaard et Marine Turchi, « Quatre scores surprenants disent les ressorts du vote Front national », Mediapart (consulté le 28 mai 2014)
  32. Blandine Seigle, « Départementales 2015 : la Seine-Saint-Denis reste à gauche, la droite progresse », leparisien.fr, (consulté le 30 mars 2015)
  33. a b et c La réélection de Michel Pajon est annulée. Brigitte Marsigne remporte face à lui l'élection partielle organisée les 13 et 20 septembre 2015 « La mairie de Noisy-le-Grand passe à droite », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  34. Sébastien Thomas et Blandine Seigle, « Régionales dans le 93 : Bartolone en tête, le FN en force », leparisien.fr, (consulté le 7 décembre 2015)
  35. Sébastien Thomas, « Régionales : Bartolone a cartonné chez lui », leparisien.fr, (consulté le 16 décembre 2015)
  36. Sébastien Thomas, « Seine-Saint-Denis : la victoire d’Hamon va laisser des traces à la fédération départementale », leparisien.fr, (consulté le 30 janvier 2017)
  37. Sébastien Thomas, « Seine-Saint-Denis : quel candidat à la présidentielle votre élu a-t-il parrainé ? », leparisien.fr, (consulté le 22 mars 2017)
  38. Chloé Gaborit et Baptiste Legrand, « Législatives : ces bastions qui ont résisté à la République en marche », nouvelobs.com, (consulté le 19 juin 2017)
  39. Sébastien Thomas, « Législatives en Seine-Saint-Denis : Les Marcheurs trébuchent sur la France Insoumise », leparisien.fr, (consulté le 19 juin 2017)
  40. Sébastien Thomas, « Sénatoriales en Seine-Saint-Denis : Gilbert Roger dénonce les frondeurs au sein du PS », leparisien.fr, (consulté le 26 septembre 2017)
  41. Abel Mestre, « Rien ne va plus chez les socialistes de Seine-Saint-Denis », lemonde.fr, (consulté le 26 septembre 2017)
  42. Jonathan Baudoin, « Sénatoriales : pour le renouvellement, on repassera », bondyblog.fr, (consulté le 26 septembre 2017)
  43. Idir Hocini et Lina Rhrissi, « La future avocate Anina Ciuciu, première sénatrice rom en France ? », bondyblog.fr, (consulté le 26 septembre 2017)
  44. Sébastien Thomas, « Seine-Saint-Denis : LREM annonce de nouvelles têtes de liste », sur leparisien.fr, (consulté le 26 juillet 2019)
  45. Elle succède le 22 janvier 2016 à Pascal Beaudet démissionnaire« Meriem Derkaoui maire à une très large majorité Aubervilliers », leparisien.fr, (consulté le 22 janvier 2016)
  46. En 1990, Christian Dupuis (PCF), succède à André Deschamps ; celui-ci, exclu du PCF, redevient maire (DVG) de 1991 à 1993. À la suite d'élections municipales partielles, Gérard Probert (DVD) succède à André Deschamps en 1993.
  47. Elsa Marnette, « Le Pré-Saint-Gervais : un nouveau maire et une majorité éclatée : Laurent Baron a été élu maire ce lundi soir. Trois principaux adjoints ont perdu leurs délégations », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2018).
  48. « Mohamed Gnabaly élu maire de L'Ile-Saint-Denis », leparisien.fr, (consulté le 8 juillet 2016)
  49. Elu après le décès de Claude Pernès
  50. Il succède le 3 décembre 2016 à Didier Paillard, démissionnaire. Lire : Christian Meyze, « Laurent Russier (PCF) est le nouveau maire de Saint-Denis : Le conseil municipal de Saint-Denis, réuni en session extraordinaire, a élu samedi 3 décembre, le communiste Laurent Russier, 43 ans, pour succéder à Didier Paillard, également communiste, démissionnaire, à la tête de la première ville de Seine-Saint-Denis », France 3 Paris Île-de-France,‎ (lire en ligne)
  51. Carole Sterlé, « Sevran : Stéphane Blanchet succède à Stéphane Gatignon », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mai 2018) « Tous les élus, à quelques rares exceptions étaient présents. La députée Clémentine Autain (France Insoumise), retenue à l'assemblée, avait donné son pouvoir et c'est par 36 voix sur 45 (à bulletin secret) que Stéphane blanchet a été élu (...) Stéphane Blanchet est un enfant du 93. A part une vieille carte au parti communiste, datant de près de 30 ans, le nouveau maire de Sevran n'a jamais été encarté et n'entend pas l'être. «Je suis de gauche» nous expliquait-il récemment ».
  52. « Gatignon: «dépénalisons le cannabis et décriminalisons les autres drogues» », liberation.fr, (consulté le 7 septembre 2016)
  53. Thomas Poupeau, « Drancy : « Mon nom, c’est Lagarde, mais mon prénom, c’est Aude !» », leparisien.fr, (consulté le 3 septembre 2017)
  54. « Rosny-sous-Bois en deuil de son Maire Claude Pernès », Ville de Rosny-sous-Bois (consulté le 24 mai 2010)
  55. « Gatignon: « C'est le PCF qui m'a quitté » », (consulté le 9 novembre 2009)
  56. Tête de liste départementale EELV aux régionales 2010, il quitte cette année-là le PCF[55].