Polat Can

Polat Can, né en 1980, à Kobané (Syrie), est un activiste politique kurde de Syrie. Il est l'un des fondateurs et des principaux commandants des Unités de défense du peuple (YPG), proches du Parti de l'union démocratique (PYD) et assume la fonction de porte-parole officiel de l'organisation. Il exerce aussi une fonction de commandant de la coalition des Forces démocratiques syriennes.

Polat Can
Polat Can (portrait).jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (40 ans)
Activité
Polat Can en 2014.

Il est en outre l'auteur d'une production littéraire en kurde et en arabe.

BiographieModifier

Né en 1980 à Kobanê, Polat Can s'engage tôt dans le mouvement de libération nationale kurde mené par le Parti des travailleurs du Kurdistan. Il prend d'abord place dans les rangs de l'Armée de libération du peuple du Kurdistan (Artêşa Rizgarîya Gelê Kurdistanê, ARGK), puis dans ceux des Forces de défense du peuple (Hêzên Parastina Gel, HPG).

Il occupe de nombreuses fonctions dans les différents services de presse liés au mouvement. Il est un temps rédacteur en chef de la revue Mesopotamia, publiée dans le Caucase, et de la revue Rojhilata Navîn/Middle East, publiée à Bagdad[1].

Il est l'un des fondateurs de la Confédération des étudiants kurdes patriotes, dont il devient le coordinateur général. Il assume encore la charge de responsable des étudiants universitaires de l'Académie Mazlum Dogan, l'institut central de formation du PKK[1].

Les Unités de protection du peupleModifier

Polat Can est l'un des membres fondateurs des Unités de protection du peuple (YPG) en Syrie. Il devient le porte-parole officiel de cette organisation au cours de la lutte contre Daesh[1], lors de la guerre civile syrienne (notamment les première et deuxième batailles de Kobané)[2].

Polat Can, en plus de ses fonctions au sein des YPG, assume aussi une charge de commandement au sein des Forces démocratiques syriennes, coalition dont font partie les YPG mais qui comprend d'autres organisations armées[3].

Entrevue avec le représentant des États-UnisModifier

Début 2016, Polat Can rencontre un représentant officiel des États-Unis , Brett McGurk, alors sous la présidence d'Obama. Cette rencontre donne lieu à une vive polémique en Turquie, dont le gouvernement considère les YPG comme une organisation terroriste[4].

ŒuvresModifier

Il écrit en kurde, en anglais, en arabe et en turc[3]. Plusieurs de ses livres ont été publiés en trois langues[réf. nécessaire]. Il écrit depuis de nombreuses années dans des revues, des journaux et sur internet.

Publications en kurdeModifier

  • (ku) Navname, .
  • (ku) Berfa Germ [« La neige chaude »], Istanbul/Diyarbakir, Aram yayınları, , 79 p. (ISBN 978-6-059-23700-0).
  • (ku) Edduba, .
  • (ku) Zimanê Melekan, .
  • (ku) Qulingên Rewanê, .

Publications en arabeModifier

  • (ar) آه يا صغيرتي [« Ah ya Sexîretî »],‎ .
  • (ar) آفاق كونفدرالية [« Afaq Konfedraliyê »],‎ .
  • (ar) نساء القرنفل [« Nîsa'el Qurunful, Helbest »],‎ .
  • (ar) لمحات عن حزب العمال الكردستاني,‎ .
  • (ar) موجز عن تاريخ اللغة الكردية,‎ .
  • (ar) مدخل إلى الأعلام الكردية,‎ .
  • (ar) غربلة الأفكار.

Publications en turcModifier

  • (tr) Göçmen Yürekler, .
  • (tr) İnovasyon ve Pazarlama [« [Innovation et négociations »], Kriter Yayınları, 192 p.
  • (tr) Sosyal Pazarlama [« Les Négociations sociales »], Kriter Yayınları, 200 p. (ISBN 978-6-059-33685-7).

Textes traduits en françaisModifier

  • « La chute d'Alep-Est », dans Stephen Bouquin, Mireille Court et Chris Den Hond (préf. Michael Löwy), La Commune du Rojava : L'Alternative kurde à l'État-nation [« De staat voorbij : bijdrage van de Koerdische bevrijdingsbeweging »], Bruxelles/Paris, Critica/Syllepse, coll. « Utopie critique », , 203 p. (ISBN 978-2-84950-561-8, OCLC 990185328, notice BnF no FRBNF45266394, SUDOC 201848635, lire en ligne), p. 91-94.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en-US) [http://thekurdishproject.org/latest-news/rojava/interview-with-kurdish-ypg-leader-polat-can/ http://dckurd.org/2015/07/28/interview-with-polat-can-the-representative-of-the-peoples-protection-units-to-the-international-coalition/ « Interview With Kurdish YPG Leader, Polat Can | The Kurdish Project »], sur The Kurdish Project (consulté le 21 février 2016)
  2. (en) « US special envoy meets with former PKK militants », sur DailySabah (consulté le 21 février 2016)
  3. a et b Raphaël Lebrujah, « Interview de Polat Can, commandant des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) », Roj Info,‎ (lire en ligne)
  4. « Washington : Le PYD est un partenaire, la Turquie est une alliée », sur www.zamanfrance.fr (consulté le 21 février 2016)