Plomodiern

commune française du département du Finistère

Plomodiern
Plomodiern
La chapelle Saint-Corentin.
Blason de Plomodiern
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Châteaulin
Intercommunalité Communauté de communes Pleyben-Châteaulin-Porzay
Maire
Mandat
Joël Blaize
2020-2026
Code postal 29550
Code commune 29172
Démographie
Gentilé Plomodiernais
Population
municipale
2 136 hab. (2017 en diminution de 2,64 % par rapport à 2012)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 55″ nord, 4° 13′ 50″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 249 m
Superficie 46,74 km2
Élections
Départementales Canton de Crozon
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Plomodiern
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plomodiern
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plomodiern
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plomodiern
Liens
Site web www.plomodiern.fr

Plomodiern [plomodjɛʁn] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

GéographieModifier

 
Carte de la commune de Plomodiern.

La commune fait partie traditionnellement du Pays Glazik. Elle se situe au pied du versant sud du Ménez-Hom, au fond de la baie de Douarnenez, dans la plaine du Porzay. Plomodiern fait partie de la Communauté de communes Pleyben-Châteaulin-Porzay.

La commune de Plomodiern est limitée au sud par le ruisseau de Kerharo, un minuscule fleuve côtier (dénommé Kerhare en 1890 dans le "Dictionnaire administratif" d'Adolphe Joanne), lequel précise qu'il a sa source à 4 km au sud-ouest de Châteaulin, que son cours est long d'une douzaine de Kilomètres et qu'il alimente en eau tout au long de son cours 11 moulins à farine[1]) qui se jette dans l'océan au niveau de la plage de Kervijen et la sépare de Ploéven ; au nord la partie sud de la Lieue de Grève (Plage de Lestrevet) appartient à Plomodiern même si sa majeure partie (Plage de Pentrez) dépend de la commune voisine de Saint-Nic. Son littoral, assez découpé alterne anses et plages (du sud au nord anse de Kervijen, anse de Ty Mark, plage de Porz ar Vag, plage de Lestrevet qui est limitée au sud par le ruisseau de Stang-ar-Rible) et pointes aux falaises abruptes (pointe de Ty Mark, pointe de Tal ar Grip, dite aussi pointe de Talagrip). Les dunes qui bordent la plage de Lestrevet et les falaises en direction de Pors ar Vag reculent en raison de l'érosion marine[2]. Les landes et pelouses entre la pointe de Talagrip et l'anse de Kervigen sont classées ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique)[3].

De la plage de Lestrevet à celle de Pors ar Vag

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

 
Les falaises entre la plage de Lestrevet (à gauche) et de Pors ar Vag (à droite).
La pointe de Talagrip

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'anse de Ty Mark et les falaises avoisinantes

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le finage communal, très étendu, s'étend vers le nord jusqu'au flanc sud du Ménez Hom (mais son sommet dépend de la commune de Dinéault), englobant notamment le hameau de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom et des sommets annexes de ses contreforts sud dits des Trois Canards (Run Braz culmine à 249 mètres d'altitude, Run Bihan à 225 mètres, Run Askell à 233 mètres) et le hameau de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom. La commune s'étend dans l'intérieur loin vers l'est, englobant par exemple la montagne de Saint-Gildas (laquelle culmine à 198 mètres), allant presque jusqu'à Châteaulin dont le hameau de Penn ar C'hrann est proche.

Le paysage agraire traditionnel est celui du bocage avec un habitat dispersé en hameaux et fermes isolées. Le bourg est en position relativement centrale au sein du territoire communal et situé à environ 90 mètres d'altitude ; quelques lotissements en ont accru l'importance ces dernières décennies. La commune n'a été que modérément atteinte par l'urbanisation littorale (un habitat linéaire avec vue sur mer est toutefois présent le long des plages de Lestrevet et Porz ar Vag) et un habitat assez dense s'est développé un peu en arrière de la côte principalement aux alentours de Ty Gwen et Kreac'h Gwennou. Quelques bois existent sur les contreforts sud du Ménez Hom, les plus importants étant ceux situés aux alentours du hameau de Ménez Yann.

L'ancienne palue de l'anse de Kervigen, décrite en 1951 comme « en voie d'assèchement total »[4], a été réhabilitée. C'est désormais un site naturel de 22 hectares, à cheval sur les communes de Plomodiern et Ploéven, désormais propriété du département du Finistère, composé principalement d'une roselière principalement occupée par le roseau commun (Phragmite australis)[5].

L'anse et le marais de Kervijen

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploemordien au IXe siècle, Ploemadiern en 1223 et 1229, Ploemodiern en 1296 et 1379, Ploediern en 1599[6].

La forme bretonne moderne du nom est Ploudiern. Le nom de Plomodiern provient du mot breton plou signifiant « paroisse » et peut-être de saint Modiern ou Maudiern, saint d'origine galloise qui serait né à Nantglyn[7], village du Denbighshire (Pays de Galles) ; mais le nom provient plus probablement d'une déformation du nom brittonique Marc'h-Tiern ou machtiern ("grand chef"), du nom de Marc'h-Houarn ("chef au cheval de fer", c'est-à-dire cheval caparaçonné de bardes d'acier), sanctifié sous le nom de saint Mahouarn, qui est d'ailleurs le saint patron de la paroisse[8].

Saint Mahouarn est vénéré uniquement sur le pourtour du Porzay où des chapelles, fontaines et croix lui sont dédiées : une chapelle Loc-Mahouarn a existé au lieu-dit désormais dénommé Loc'h en Cast, en ruine dès le début du XIXe siècle, mais la fontaine située à proximité faisait encore l'objet de processions de dévotion vers 1950 ; une chapelle (en ruine vers 1900) et une fontaine Saint-Mahouarn existaient à Landanet au Juch (également disparues) ; une chapelle (disparue dès le XVIe siècle), une fontaine et un calvaire Saint-Mahouarn se trouvaient aussi à Lesvren en Plonévez-Porzay ; enfin et surtout l'église paroissiale, ainsi qu'une fontaine, portent le nom de Saint-Mahouarn à Plomodiern. Mais, saint breton trop obscur ou trop local, la plupart des lieux de vénération ont été renommés par l'église catholique, dédiés désormais à saint Magloire ou à saint Hervé. Mahouarn fut aussi un prénom porté dans le Porzay jusqu'au milieu du XIXe siècle[9].

Le nom du village de Lagatven en Plomodiern ne provient pas des mots bretons lagad (œil) et maen (pierre), donc d'une « pierre à œil », c'est-à-dire à cupules, ayant servi à un ancien culte préhistorique, comme on l'a longtemps cru. Sa graphie Langatguezen, trouvée dans un texte datant de 1426, prouve que le nom provient du vieux breton lan (ermitage) et du nom d'un saint breton inconnu du IXe siècle, dénommé Catweten (ou Catwethen, ou Catwezen)[10].

HistoireModifier

LégendeModifier

Au lieu-dit « Lescobet » (An Eskobed, en breton), un ermitage était la résidence de saint Corentin et la fontaine contenait un poisson extraordinaire : à chaque repas, l’ermite en mangeait un morceau et le poisson se reconstituait pour le lendemain. Il pouvait ainsi nourrir tous ceux qui empruntaient ce chemin, comme le roi Gradlon, qui y passa au cours d’une chasse. Quand il décida de fonder un évêché en Cornouaille, le roi fit appel à Corentin qui devint le premier évêque de Quimper.

Préhistoire et AntiquitéModifier

Des haches à ailerons, ainsi que des fragments de bracelets et d'épées à encoches, datant de l'âge du bronze final, ont été découvertes à Kergoustance en Plomodiern dans une cachette de fondeur[11] et d'autres à Kervijen par Paul du Châtellier. Deux tumuli (dont un de 36 mètres de diamètre sur 3 mètres de hauteur à Goarem-ar-Run à 700 mètres au nord-est du bourg) et trois dolmens (dont un détruit et un renversé) à proximité de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom sont aussi signalés par Émile Cartailhac[12].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Benjamin Girard indique la présence d'un petit camp retranché de forme rectangulaire (sans aucune précision de date, mais il s'agit d'un camp romain) sur le bord de la route allant de Plomodiern à Sainte-Marie-du-Ménez-Hom[13].

Une voie romaine, devenue par la suite route royale, allant de Douarnenez à Camaret passait par Plonévez-Porzay et Telgruc, longeant le littoral et passant même par la plage au niveau de la Lieue de Grève[14].

Moyen-ÂgeModifier

Jean-Baptiste Ogée écrit : « Quelques auteurs disent que cette paroisse existait dès l'an 434 et que Gradlon, qui régnait alors en Bretagne, donna une maison qu'il avait dans cet endroit pour en faire un monastère qui fut, quelques années après, habité par saint Corentin, premier évêque de Quimper. Dans le temps dont je parle, ce prélat vivait près de la montagne de Saint-Cofme [nom que portait alors le Ménez-Hom], dans une solitude située dans la forêt de Menner, qui refermait plus de terrein [terrain] que n'en occupe aujourd'hui la paroisse de Plomodiern ; il y a bien des siècles que cette forêt n'existe plus »[15].

Cette affirmation est reprise par Alexandre Bouët[16] : saint Corentin aurait bâti un monastère sur un terrain, situé sur les pentes inférieures du Ménez-Hom, Runbras et Runbihan alors couvertes de forêt, donné par le roi Gradlon au pied du « Ménéhom, ou montagne de Saint-Com, montagne alors couverte de bois, qui malheureusement n'existent plus, et où l'on trouve encore des vestiges du culte druidique [en fait des mégalithes] »[17]. Le roi Gradlon, égaré lors d'une chasse, aurait d'ailleurs rencontré saint Corentin qui aurait nourri toute sa suite grâce au miracle d'un petit poisson qui aurait suffisamment grossi pour nourrir tout le monde tout en restant intact[18].

Des historiens ont attribué au roi Gradlon la fondation de l'abbaye de Landévennec : dans un texte fort peu connu, Bachelot de la Pylaie a retrouvé à Plomodiern, c'est-à-dire sur les bords de l'ancienne palud, le souvenir d'un usage caractéristique en vigueur à la veille de la Révolution : « Nous rencontrons, au bord des sables de Pentrez, une grande roche (...) sur laquelle chaque nouvel abbé de Landévennec, entouré de ses confrères et des vassaux qui ressortaient de cette maison, répétait la formule de la prise de possession selon la coutume ordinaire des bénéficiers et là, faisant face à la baie de Douarnenez, il renouvelait ainsi les témoignages de la reconnaissance que les religieux de Landévennec conservaient au roi Gradlon, le fondateur de leur monastère. (...) Cette cérémonie, et surtout l'endroit où elle s'accomplissait, viennent se joindre aux traditions pour confirmer l'existence de la ville d'Ys dans ce somptueux bassin occupé maintenant par l'océan »[19].

Plomodiern fut une paroisse de l'Armorique primitive, qui englobait alors Saint-Nic[7].

Le fief de Kéménet [Quéménet] comprenait alors les paroisses de Saint-Nic, Plomodiern, Ploéven, Plounevez et une partie de Locronan, ainsi que Penhars[20].

Sept nobles de Plomodiern, tous archers en brigandine, représentaient Plomodiern à la montre de l'évêché de Cornouaille qui se tint à Carhaix les 4 et et sept également étaient présents ou représentés à celle des 15 et qui se tint à Quimper[7].

Une révolte paysanne (jacquerie) éclata en 1489 en Cornouaille selon les dires du chanoine Jean Moreau : ce soulèvement paysan était contre l'introduction en Bretagne voulue par la noblesse de la loi féodale française substituée à la plus libérale "coutume du pays", le bail à domaine congéable. L'événement est ainsi décrit par l'historien Jean-Pierre Leguay: « Les paysans d'une quinzaine de paroisses dont Plouyé, Plonévez-du-Faou, Plomodiern, Saint-Nic, ... forment une "commune" qui se donne pour but de prendre Quimper et de la mettre à feu et à sang... Il est possible que "l'effroi" ait eu comme origine le congédiement par des propriétaires citadins de fermiers et convenanciers (...). »[21]. La répression fut rapide et brutale.

Époque moderneModifier

Le prédicateur Julien Maunoir prêcha des missions à Plomodiern en 1656 et 1677[22].

Cette commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675.

Les multiples interdictions concernant les inhumations dans les églises, décidées par les Évêques dès la fin du XVIe siècle et par le Parlement de Bretagne en 1719 et 1721 suscitèrent parfois des réactions très violentes à l'encontre du clergé de la part des paroissiens : ce fut le cas à Plomodiern[23].

La « maladie de Brest » (le typhus) gagna en février 1758 la presqu'île de Crozon et dans les premiers jours de mars se répandit dans la subdélégation du Faou. «  Le 19 mars il a déjà envahi Ploumodiern [Plomodiern], Ploéven, Plounévez-Porzay, Locronan, Saint-Nic, Dinéaud [Dinéault]. Le chirurgien envoyé dans cette région compte déjà 73 morts et 100 malades à Plounévez-Porzay, 117 morts et 127 malades à Ploumodiern, 35 morts à Ploéven »[24].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Plomodiern de fournir 30 hommes et de payer 196 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[25].

Le manoir de Menescop en Plomodiern faisait partie du domaine seigneurial de l'évêché de Cornouaille[26].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plomodiern en 1778 :

« Plomodiern; à 4 lieues un tiers au nord-ouest de Quimper, son évêché ; à 42 lieues de Rennes ; et à 2 lieues un tiers de Châteaulin, sa subdélégation et son ressort. On y compte 1 900 communiants[Note 1] ; la cure est à l'Ordinaire. (...) Ce territoire est borné à l'ouest par la mer, au nord et à l'est par les montagnes de Meneham [ Menez-Hom ] : quelques terres en labeur, des rochers et des landes, voilà ce qu'il présente à la vue[15]. »

Révolution françaiseModifier

Par décret de l'Assemblée constituante en date du « Plomodiern, auquel seront réunies les paroisses de Ploëven et Saint-Nic, comme succursales avec leurs anciens territoires, sauf les parties qui en sont distraites pour être réunies à Châteaulin et Cast, réunissant au territoire actuel de la succursale de Ploëven tous les villages de Plomodiern situés à l'ouest du grand chemin de Locronan à Laubrac [Lanfrank probablement] jusqu'à la Lieue de Grève » forme une paroisse unique[27].

Le XIXe siècleModifier

En 1832 le conseil municipal de Plomodiern admet qu'« une école primaire serait de la plus grande utilité au bourg »[28].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plomodiern en 1845 :

« Plomodiern : commune formée d e l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Liaven, Brigno, Creac'hguino, Kerdigon, Launay, Lez-Armenez, Toulhoat, Coatninou. Superficie totale : 4 657 hectares dont (...) terres labourables 1 423 ha, prés et pâturages 221 ha, vergers et jardins 16 ha, bois 103 ha, landes et incultes 2 607 ha (...). Moulins : 17 (de Kergustang, de la Forêt, du Rible, de Ponfane, de Kereno, du Cosquer, de Lescus, de Launay, Vert, à eau ; de Lescus, à vent. Plomodiern faisait partie de l'ancien pays du Portzay. C'est une commune vaste, mais aux trois cinquièmes couverte de landes qui, pour la plupart, s'étendent au pied de la montagne dite le Menehom, l'une des plus élevées de la Bretagne. Dans cette partie de la commune est la petite chapelle Sainte-Marie-de-Menehom qui, bien que fréquentée par de nombreux pèlerins, est, ainsi que l'église, en fort pauvre état. Cette paroisse est sous l'invocation de saint Mahouarn, ou Mahorn, ou Mahouern, et l'on peut, sans trop se hasarder, dire qu'elle tire son nom de celui de son saint patron : Plomahouern a très bien pu devenir, par corruption, Plomodiern (...). La route de Quimper à Lanvéoc traverse la partie ouest de Plomodiern, se dirigeant du sud-est au nord-ouest ; elle trace son sillon sur la grève de la belle baie de Douarnenez et forme ce qu'on appelle la lieue de grève [plages de Lestrevet et Pentrez], bien que cette partie de la route n'ait pas plus d'une demi-lieue. À gauche de la route, et près de son entrée dans la baie de Douarnenez, est le fort Saint-Sébastien, qui défend le fond de cette belle baie. Malgré la proximité et l'emploi des engrais de mer, l'agriculture fait peu de progrès en Plomodiern ; mais il faut reconnaître que le sol est mal disposé à payer l'homme des efforts qu'il ferait pour le fertiliser. Cependant la culture des pommes de terre a pris depuis quelque temps beaucoup d'extension, bien qu'on en soit pas encore venu à en faire assez pour pouvoir en exporter. Il y a foire à Plomodiern le 10 mai, et à Sainte-Marie-du-Menehom les 17 juin, 10 août et 9 septembre. Géologie : le grès domine dans toute cette commune, notamment du côté de Sainte-Marie ; dans le surplus, c'est le terrain tertiaire moyen. On parle le breton[29]. »

En 1852, J.-M.-P.-A. Limon indique que les habitants de Plomodiern coupent tous les ans, conformément aux décisions du conseil municipal les « herbes marines » (goémon)[30].

En 1884, le maire de Plomodiern fit grimper au clocher pour carillonner en l'honneur de la Fête nationale ; le recteur, qui lui avait refusé les clefs de l'église, fit sonner le glas[31].

Le recteur de Plomodiern, Nicolas, ayant demandé qu'une parcelle du bras de Saint Corentin, une relique qui se trouvait dans la cathédrale Saint-Corentin de Quimper, fut remise à la chapelle en cours d'érection [la chapelle Saint-Corentin] au lieu où le saint passa sa jeunesse, elle arriva le à Ploéven et transportée en procession à Plomodiern lors d'une cérémonie présidée par Mgr Valleau[32].

Le ramassage du goémon provoquait parfois de violentes disputes. Ainsi en 1892 lorsque des marins de Morgat vinrent en couper à la pointe de Talagrip, « les riverains, furieux de leur voir enlever cette récolte de la mer, s'assemblèrent au nombre d'au moins deux cents, armés de bâtons, de bêches, de fusils. Les marins de Morgat rembarquèrent au plus vite. Ils étaient déjà à deux cents mètres quand une balle vint frapper la cuisse de l'un d'eux, Jean Drevillon, âgé de vingt-quatre ans. On l'a transporté chez lui fort malade »[33].

Un bureau télégraphique ouvre à Plomodiern en 1899[34].

Le XXe siècleModifier

La Belle ÉpoqueModifier

 
Organisation d'un concours d'animaux à Plomodiern en 1905 (journal L'Ouest-Éclair).
 
Le programme du pardon inaugural de la nouvelle chapelle Saint-Corentin ()

Une description du pardon de la chapelle Saint-Corentin organisé le , présidé par Mgr Dubillard, évêque de Quimper, qui se déplaça afin de bénir la nouvelle chapelle (construite entre 1898 et 1900 d'après le projet du chanoine Jean-Marie Abgrall), est consultable dans le journal L'Ouest-Éclair : « Dès huit ou neuf heures du matin on pouvait voir sur toutes les routes, venant de toutes les directions, une foule de gens accourant à la fête »[35].

Le un service d'automobile commença à fonctionner entre Châteaulin et Crozon : « le départ de Crozon a lieu le matin vers sept heures et le retour de Châteaulin vers cinq heures du soir. Le trajet est effectué en moins de deux heures, en desservant les bourgs de Telgruc, Saint-Nic et Plomodiern. (...) La voiture, qui est très confortable, peut contenir dix places au maximum »[36].

 
Protestation de 12 maires de l'arrondissement de Châteaulin (dont le maire de Plomodiern) qui déclarent refuser d'indiquer sur les certificats de résidence des curés s'ils utilisent la langue bretonne lors de l'instruction religieuse (catéchisme, sermons).

En réponse à une enquête épiscopale organisée en 1902 par Mgr Dubillard, évêque de Quimper et de Léon en raison de la politique alors menée par le gouvernement d'Émile Combes contre l'utilisation du breton par les membres du clergé, le recteur de Plomodiern, Cécilien Péron, écrit : « Les maîtres d'école devraient donner leurs explications en breton, du moins les premières années, pour réussir à apprendre le français à leurs élèves ». Il ajoute qu'il fait quelquefois des recommandations en français à l'intention ds « étrangers » non-bretonnants parce qu'à son « grand regret » il ne peut pas faire autrement au milieu d'une population qui ne sait que le breton[28].

Par arrêté du préfet du Finistère, l'école publique de Plomodiern, tenue jusque-là par les religieuses des Filles du Saint-Esprit, est laïcisée le [37]. Le trois religieuses de la Congrégation du Saint-Esprit furent condamnées à des peines d'amende par le tribunal de Châteaulin pour avoir maintenu ouvert des écoles congréganistes à Plomodiern, Cléden-Poher et Cast en dépit de la loi sur les congrégations[38].

Une épidémie de variole survint à Plomodiern en décembre 1904[39].

La sortie de la messe un dimanche de l'été 1907 à Plomodiern est ainsi décrite : « C'était l'heure de la sortie de la messe, et les fidèles se groupaient sur les marches usées, tous en costumes, les hommes en gilets bleu-de-roi à deux rangs de boutons dorés et à pattes de broderies jaunes, les femmes en bonnet brodé et les petites filles en bonnet à trois pièces, pailletées d'or ou d'argent »[40].

Un décret ministériel du attribue, à défaut de bureau de bienfaisance, les biens ayant appartenu à la mense de l'église de Plomodiern, qui étaient placés sous séquestre, à la commune de Plomodiern[41]. Un bureau de bienfaisance est créé par décret en date du , sa dotation étant constituée par les biens ayant appartenu à la fabrique de l'église[42].

La Première guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Plomodiern porte les noms de 142 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[43].

L'Entre-deux-guerresModifier

Le tronçon à voie métrique allant de Châteaulin à Crozon de la ligne ferroviaire de Carhaix à Camaret-sur-Mer ouvre le  ; des gares ou haltes ferroviaires existaient à Kerhillec, Plomodiern-Ploéven, Saint-Nic, Argol, Telgruc, Tal-ar-Groas et Crozon-Morgat ; la ligne est prolongée en 1925 jusqu'à Camaret ; elle ferma le [44].

En juillet 1925 le résultat des élections municipales de Plomodiern du fut annulé par le conseil de préfecture en raison « des irrégularités et manœuvres (...) de nature à fausser le résultat du scrutin »[45].

Le pont sur le ruisseau de Kerharo, sur l'actuelle route départementale n°34, entre Ploéven et Plomodiern, fut emporté par une crue en décembre 1929, rendant les communications pratiquement impossibles entre les deux communes jusqu'à sa reconstruction[46].

En janvier 1930, sur la Lieue de Plage près de Lestrevet, à la suite de nombreux prélèvements de sable effectués par les paysans pour amender leurs terres et de l'amaigrissement de la plage provoqué également par des tempêtes, l'épave d'un vaisseau du XVIIIe siècle apparût le temps de quelques marées basses avant de disparaître, à nouveau enfouie dans le sable[47].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les "Chemises vertes" dorgéristes furent actives à Plomodiern pendant la décennie 1930. Plomodiern accueillit aussi trois groupes de réfugiés républicains espagnols en 1937[48].

Le , un hydravion de la base de Lanvéoc-Poulmic s'écrasa à Plomodiern, l'accident fit 3 morts et 1 blessé[49].

La Seconde guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Plomodiern porte les noms de 36 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[50].

Les résistants de PlomodiernModifier
 
Plaque commémorative de la Résistance rappelant la cache des aviateurs alliés dans la chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.

La famille Vourc'h a joué un rôle important, les parents et leurs neuf enfants s'engageant tous dans la Résistance :


Parmi les autres résistants de Plomodiern, Pierre Philippon, Jean de La Patellière, Joseph Le Bris[59] (parti aussi sur le Breiz Izel vers l'Angleterre en ) et Pierre Drevillon coopérèrent aussi au réseau Johnny, ainsi qu'Yvonne Le Roux[60]; qui fut arrêtée le à Plomodiern. Corentin Briand[61] fut déporté au camp de concentration de Neuengamme où il décéda le .

François Balès[62] résistant originaire d'Ergué-Gabéric, fut tué le près de Plomodiern lors des combats de libération de la presqu'île de Crozon[63].

Roger Colin, né le à Plomodiern, fut déporté depuis Rennes au début du mois d'août 1944 vers le camp de concentration de Neuengamme, puis à Wilhelmshaven ; il est décédé le à Stade (Allemagne)[64].

Un monument commémoratif en granit, sculpté par Guy Pavec, de Landudec, a été inauguré en 1989, à Sainte-Marie-du-Ménez-Hom[65].

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Huit soldats et marins originaires de Plomodiern sont morts pour la France pendant la Guerre d'Indochine[66] ; Corentin Marchadour, adjudant au 16e régiment d'infanterie coloniale, y était auparavant décédé le à Quinhan (Annam).

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1793 Corentin Le Mauguen    
1793 1794 Barthélémy Le Billon    
1795   Louis Guidal    
1796   Jean Martin    
1797   Sébastien Guéguénou    
1798   Guillaume Guédès    
1799 1808 Yves Le Normant[Note 2]    
1808 1812 Thomas Poquet[Note 3]   Cultivateur.
1813 1816 Alain Gourmelen[Note 4]    
1816 1818 Olivier Marc[Note 5]    
1818 1826 Pierre Colin[Note 6]    
1826 1829 Jacques Hervé Lautrou[Note 7]   Décédé en cours de mandat.
1829 1829 Corentin Briand[Note 8]   Cultivateur.
1829 1836 Hervé Trétout[Note 9]   Agriculteur.
1836 1843 Alain Gourmelen   Déjà maire entre 1813 et 1816.
1843 1843 Pierre D'Hervé[Note 10].    
1843 1846 Alain Gourmelen   Déjà maire entre 1813 et 1816 et entre 1836 et 1843.
1846 1871 Yves Balcon[Note 11]   Notaire.
1871 1881 Henri Balcon[Note 12]   Notaire. Fils d'Yves Balcon, maire précédent.
1881 1888 Yves Blaise[Note 13]    
1889 1892 Jean Noury[Note 14]    
1892 1903 Corentin Thomas[Note 15]    
1903   1919   Jean Le Doaré[Note 16]     Notaire.
1919   1947   Louis Larvol[Note 17]   DVD  Conseiller général.
1947 1965 Jean-Mathieu Le Breton[Note 18] DVD  
1965 1972 Joseph Blouët[Note 19] DVD  
1972   1983   Anne Le Page[67]   DVD   Pharmacienne.
1983 2020 Claude Bellin[68] DVD Retraité
2020 En cours Joël Blaize [69]   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

HéraldiqueModifier

La devise est "Advevañ 'rin bemdez", elle signifie "Chaque jour je revivrai", comme le poisson de St Corentin (Sant Kaourintin)

Description du blason
  Blason De sinople à la mitre d'argent bordée d'or, accostée de deux épis de blé du même et soutenue d'un poisson aussi d'argent, à la champagne ondée d'azur sommée d'une onde d'or; au chef ondé d'hermine.

Ornements extérieurs : devise : advevañ 'rin bemdez

Statut Statut officiel à déterminer…
Concept. Y.Clerc'h

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[70]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[71].

En 2017, la commune comptait 2 136 habitants[Note 20], en diminution de 2,64 % par rapport à 2012 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6582 0112 0422 0372 7012 6022 6632 6632 785
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7862 6702 6482 5882 7642 7862 9122 9492 984
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9372 8322 8552 7432 7282 5542 5052 5412 224
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 2832 0991 9221 9631 9122 0762 1012 1822 101
2017 - - - - - - - -
2 136--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[72] puis Insee à partir de 2006[73].)
Histogramme de l'évolution démographique

TourismeModifier

Lieux et MonumentsModifier

L'église paroissiale Saint-Mahouarn

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Plomodiern a parfois été surnommée la paroisse aux 7 chapelles qui existaient, sur la commune, jusqu’à la Révolution. Trois ont disparu : Saint-Gilles, Saint-Mibrit et Saint-Yves ; les quatre restantes sont : Saint-Sébastien[77] (dédiée à saint Sébastien qui était invoqué contre la peste, elle a été construite en 1573, mais remaniée en 1629 [façade] et 1773 [clocher] ; une fontaine dite "fontaine de Saint-Sébastien" se trouve à proximité), Saint-Suliau[78] (dédiée à saint Suliau, elle date de la fin du XVIIe siècle), Sainte-Marie-du-Ménez-Hom et Saint-Corentin[79] (dédiée à saint Corentin, elle date des dernières années du XIXe siècle, construite en remplacement d'une ancienne chapelle dont il ne reste rien).
Les chapelles Saint-Corentin et Saint-Suliau

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

PlagesModifier

RandonnéeModifier

  • Ménez-Hom
  • GR 34-37
  • PR 22 et 23
  • Base d'activités VTT

SportsModifier

  • Le Ménez-Hom est parmi les spots bretons celui qui est le plus apprécié des libéristes[80]. Une école de deltaplane a été créée en 1981 et une école de parapente en 1990. Ces deux écoles sont regroupées en une seule structure, l’École de Vol Libre du Ménez-Hom[81].
  • Le surf se pratique à Pors ar Vag.
  • Les chars à voile profitent de la longue plage de Lestrevet.

ÉvénementsModifier

Depuis 1959, le Festival du Ménez-Hom se déroule du 13 au en trois parties :

  • le 13, Concert Celtique en la Chapelle de Sainte-Marie du Menez-Hom ;
  • le 14, Fest-Noz animé par des couples de sonneurs, chanteurs et groupe de musiciens ;
  • le 15, défilé et spectacles, en costumes traditionnels, des cercles celtiques, bagadoù et groupes étrangers.

En marge de ces festivités, le salon de peinture et sculpture (40 artistes) et des activités culturelles sur les découvertes et traditions bretonnes, tant religieuses, musicales que gastronomiques sont proposés du 1er au .

En 2009 s'est déroulée la cinquantième édition du festival.


Personnes liées à la communeModifier

ComplémentsModifier

Musique bretonne et celtique. L'école de musique forme des sonneurs de cornemuse, bombarde ou batterie qui alimentent les rangs du bagad à la fin de leur formation. Le bagad évolue en troisième catégorie depuis 2010

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Personnes en âge de communier.
  2. Yves Le Normant, baptisé le à Cléden-Cap-Sizun, décédé le au bourg de Plomodiern.
  3. Thomas Poquet, né le à Dinéault, décédé le à Plomodiern.
  4. Probablement Alain Gourmelen, né le à Plomodiern, décédé le à Plomodiern.
  5. Olivier Marc, né le à Plomodiern, décédé le àPlomodiern.
  6. Probablement Pierre Colin, baptisé le à Plomodiern, décédé le à Plomodiern.
  7. Jacques Hervé Lautrou, né le à Plomodiern, décédé le au bourg de Plomodiern.
  8. Corentin Briand, né le à Plomodiern, décédé le à Plomodiern.
  9. Hervé Trétout, né le à Kerhervan en Ploéven, décédé le à Kréeau en Plomodiern.
  10. Pierre D'Hervé, né le à Plomodiern, décédé le à Poulloupry en Plomodiern.
  11. Yves Balcon, né le à Crozon, décédé le à Plomodiern.
  12. Henri Balcon, né le à Plomodern, décédé le à Plomodiern.
  13. Yves Blaise, né le à Plomodiern, décédé le à Plomodiern.
  14. Jean Noury, né le à Saint-Nic, décédé le à Plomodiern.
  15. Corentin Thomas, né le à Plomodiern, décédé le à Plomodiern.
  16. Jean Le Doaré, né le à Plomodiern, décédé en 1923 à Plomodiern.
  17. Louis Marie Larvol, né le à Plomodiern, décédé le à Plomodiern.
  18. Jean-Mathieu Le Breton, né le à Plomodiern, décédé le à Plomodiern.
  19. Joseph Blouët, né le à Plomodiern, décédé le à Plomodiern.
  20. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Adolphe Joanne, "Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies", tome 3, 1890-1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k733913/f704.image.r=Plomodiern?rk=4442082;0
  2. https://www.ouest-france.fr/bretagne/chateaulin-29150/cause-tempete-la-dune-seffrite-sur-lestrevet-1841484
  3. https://inpn.mnhn.fr/zone/znieff/530015117
  4. Robert Corillon, Les progrès de l'assèchement de quelques lagunes et étangs de la région maritime finistérienne. Conséquences sur l'appauvrissement de la flore, "Bulletin de la Société scientifique de Bretagne : Sciences mathématiques, physiques et naturelles", 1951, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6581492j/f84.image.r=Plo%C3%A9ven?rk=493564;4
  5. http://www.sagebaiededouarnenez.org/site/les-actions/rehabilitation-des-zones-humides/actions-zones-humides/marais-de-kervigen/
  6. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plomodiern » (consulté le 26 janvier 2017)
  7. a b et c http://www.infobretagne.com/plomodiern.htm
  8. Bernard Tanguy, "Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère", éditions Chasse-Marée ArMen, Tours, 1990.
  9. Yves Queffélec, Saint-Mahouarn, revue "Le Lien du Centre généalogique du Finistère", n°153, mars 2020.
  10. Bernard Tanguy, Les noms de lieux. Mémoire des hommes et du paysage, revue ArMen n° 22.
  11. « Éléments de préhistoire et protohistoire européenne. Hommages à Jacques-Pierre Millotte », Annales littéraires de l'Université de Besançon, Les Belles Lettres,‎ (lire en ligne).
  12. Émile Cartailhac, "Dictionnaire archéologique de la Gaule : époque celtique", tome 2, 1875-1923, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9763804h/f437.image.r=Plomodiern?rk=21459;2
  13. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f302.image.r=Plomodiern?rk=2553660;4
  14. René Kerviler, "Armorique et Bretagne : recueil d'études sur l'archéologie, l'histoire et la biographie bretonnes, publiées de 1873 à 1892", 1893, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57842440/f294.image.r=Plomodiern?rk=3197440;4
  15. a et b Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 3, (lire en ligne).
  16. Alexandre Bouët, né à Brest le à Brest, décédé le à Brest, homme de lettres, fondateur du journal L'Armoricain.
  17. Alexandre Bouët, "Épître à Mgr Graveran, évêque de Quimper et Léon", 1854, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57269466/f5.image.r=Plomodiern?rk=42918;4
  18. Armand du Châtellier, Évêché et ville de Quimper, "Bulletins et mémoires / Société d'émulation des Côtes-du-Nord", 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207828h/f136.image.r=Plomodiern?rk=2618038;4
  19. Henri Queffélec, "Tempête sur la ville d'Ys", 1962, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33526026/f25.image.r=Plomodiern?rk=6759690;0
  20. Paul Aveneau de La Grançière, "Notes historiques sur la paroisse de Pluguffan, avec notices généalogiques sur la plupart des familles de la Basse-Bretagne", 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5474912f/f83.image.r=Crozon?rk=6566556;0
  21. Jean-Pierre Leguay et Hervé Martin, "Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1212-1532", éditions Ouest-France Université, 1982, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3381952n.r=Plomodiern?rk=6824068;0
  22. Edm.-M. P. Du V, "Le R. P. Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, apôtre de la Bretagne au XVIIe siècle", 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f187.image.r=Plomodiern?rk=1115885;2 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f189.image.r=Plomodiern?rk=1115885;2
  23. Jean Rohou, Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ (ISBN 2-7373-3452-7)]
  24. A. Dupouy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne", n° de novembre 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f37.image.r=Ploeven?rk=1802584;0
  25. Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne, 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  26. Jean Gallet, "Seigneurs et paysans bretons du Moyen-Âge à la Révolution", éditions Ouest-France Université, 1992, (ISBN 2-7373-1023-7)
  27. "Collection générale des loix, proclamations, instructions, et autres actes du pouvoir exécutif, publiés pendant l'Assemblée nationale constituante et législative, depuis la convocation des Etats généraux jusqu'au 31 décembre 1791, tome 10, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9693399v/f261.image.r=Plomodiern?rk=2403445;2
  28. a et b Fanch Broudic, L'interdiction du breton en 1902, Coop Breizh, (ISBN 2-909924-78-5)
  29. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, (lire en ligne).
  30. J.-M.-P.-A. Limon, "Usages et règlements locaux en vigueur dans le département du Finistère", 1852, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5688569v/f379.image.r=Porzay?rk=4742512;4
  31. Jean Rohou, Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne), éditions Dialogues, Brest, 2012, [ (ISBN 978-2-918135-37-1)]
  32. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique", 5e édition, revue et corrigée par Guy Autret, 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f733.image.r=Plomodiern?rk=2381986;0
  33. Le Petit Journal, n° du 6 mars 1892, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k611158s/f6.image.r=Plomodiern?rk=128756;0
  34. Journal La Croix, n° du 1zr août 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2185503/f3.image.r=Plomodiern?rk=21459;2
  35. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 juillet 1900, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6389600/f3.image.r=Plomodiern?rk=600861;2
  36. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 28 mai 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6392603/f3.image.r=argol?rk=300430;4
  37. Journal L'Aurore, n° du 7 septembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k728482v/f2.image.r=Plomodiern?rk=42918;4
  38. Journal La Lanterne, n° du 27 décembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7510601c/f1.image.r=Plomodiern?rk=64378;0, journal La Croix, n° du 20 décembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k219900w/f1.image.r=Plomodiern?rk=236052;4 et "Bulletin des congrégations", n° du 11 janvier 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5756170x/f11.image.r=Plomodiern?rk=965670;0.
  39. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 23 décembre 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6405615/f3.image.r=Plomodiern?rk=2253230;0
  40. J. M., Une semaine à bicyclette sur les routes de Cornouailles, "Revue mensuelle / Touring-club de France", octobre 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6505816k/f34.image.r=Plomodiern?rk=2360526;4
  41. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 27 juin 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6392431z/f3.image.r=Plomodiern?rk=107296;4
  42. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n+ du 25 avril 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6383033f/f4.image.r=Plomodiern?rk=450646;0
  43. Memorialgenweb.org - Plomodiern : monument aux morts.
  44. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le 22 juillet 2020).
  45. Journal Excelsior, n° du 17 juillet 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4603699c/f5.image.r=Plomodiern?rk=107296;4
  46. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 14 décembre 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6580311/f7.image.r=Plomodiern?rk=1051507;2
  47. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 12 janvier 1930, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658060p/f4.image.r=Plomodiern?rk=3905598;4
  48. Journal Le Libertaire, n° du 7 octobre 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2928838s/f5.image.r=Plomodiern?rk=6158828;4
  49. Journaux L'Ouest-Éclair du 13 janvier 1939, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661499p/f1.image.r=Poulmic?rk=1759665;2 et du 14 janvier 1939, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661500g/f5.image.r=Poulmic?rk=343349;2 et n° du 14 janvier 1939, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661500g/f5.image.r=Plomodiern?rk=386268;0
  50. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=47324
  51. http://www.senat.fr/evenement/archives/D39/vourc.html
  52. Par exemple, en octobre 1943, 43 aviateurs alliés partent clandestinement de Camaret sur la Suzanne Renée (la plupart avaient été cachés auparavant dans la sacristie de la chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom) et en janvier 1944 12 aviateurs et 19 volontaires partent de Tréboul sur le Breiz Izel.
  53. http://www.france-libre.net/temoignages-documents/temoignages/mme-vourch.php
  54. http://fr.commando-kieffer.wikia.com/wiki/Guy_Vour'ch et http://www.memoresist.org/spip.php?page=oublionspas_detail&id=187 et http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=101091 et Jean-Paul Binet, Éloge de Guy Vourc'h, "Bulletin de l'Académie nationale de médecine", n° du 7 novembre 1989, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6230536v/f71.image.r=Plomodiern ; pour les titres militaires :Titres et travaux scientifiques du Docteur Guy Vourc'h, Librairie Arnette, Paris 1966; pour Flessingue : La Revue de la France Libre , no 249, page 9 à 11, article « La prise de Flessingue », par Guy Vourc'h
  55. http://www.archives-finistere.fr/userfiles/file/enseigner_Resistance_208J_130_301-302.pdf
  56. Sébastien Briec, né le à Brest, marin-pêcheur de Saint-Guénolé. Son fils, Sébastien Briec également, né le et décédé en octobre 2014, qui était mousse à bord du bateau de son père et fut également résistant, a raconté les faits lors d'une interview dans le journal Le Télégramme publié en 2001 et partiellement repris dans le même journal en date du
  57. http://www.1dfl.fr/1-de-la-dfl/paul-vourc-h-cac-4/
  58. http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=101094
  59. http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=78911
  60. Yvonne Le Roux, née en 1882 à Toulon, résidant à Morgat, à la tête d'un groupe surveillant à partir de la presqu'île de Crozon les mouvements des bateaux de guerre allemands dans le port de Brest, arrêtée le à Plomodiern, transférée à la prison de la Santé à Paris, déportée le à Neuengamme, puis à Ravensbrück, décédée de dysenterie et d'épuisement à Paris le quelques jours après son retour d'Allemagne, voir http://www.presqu-ile-de-crozon.com/guerre-1939-1945/tante-yvonne-le-roux-reseau-johnny-001.php, http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=79819 et http://fr.topic-topos.com/mme-leroux-dite-tante-yvonne
  61. Corentin Briand, né le à Plomodiern.
  62. François Balès, né le à Ergué-Gabéric, devint malgré son jeune âge responsable du groupe d'Ergué-Gabéric du mouvement de résistance Libération-Nord ; il participa au vol des dossiers du STO à Quimper en janvier 1944
  63. http://grandterrier.net/wiki/index.php?title=Fran%C3%A7ois_Bal%C3%A8s%2C_r%C3%A9sistant_(1921-1944)
  64. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-c.htm
  65. https://www.ouest-france.fr/bretagne/plomodiern-29550/plomodiern-ils-peignent-les-350-lettres-de-la-stele-de-la-resistance-4643445
  66. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29172&pays=France&dpt=29&idsource=47324&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  67. Anne Le Page, née Anne Le Corvec à Corlay, décédée à Corlay en octobre 2015 âgée de 88 ans, voir https://www.letelegramme.fr/finistere/plomodiern/necrologie-anne-le-page-ancien-maire-13-10-2015-10810254.php et https://www.ouest-france.fr/bretagne/plomodiern-29550/anne-le-page-ancienne-maire-est-decedee-3768774
  68. Municipales à Plomodiern. Claude Bellin rempile pour un cinquième mandat, Ouest-France, 12 décembre 2013.
  69. Plomodiern. Joël Blaize succède à Claude Bellin à la mairie, Ouest-France, 25 mai 2020.
  70. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  71. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  72. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  73. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  74. Notice no PA00090196, base Mérimée, ministère français de la Culture
  75. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00090197
  76. Notice no PA00090197, base Mérimée, ministère français de la Culture
  77. https://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/29-Finistere/29172-Plomodiern/125100-ChapelleSaint-Sebastien
  78. http://photos-eglises.fr/Bretagne/29/Plomodiern/stsuliau.htm
  79. http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-corentin-saint-corentin-plomodiern/bf7ffa9c-90b3-45bc-a76c-77cbdb1f97d2
  80. https://fr.wiktionary.org/wiki/libériste Pourquoi le lien se met en rouge ?
  81. « Baptême parapente, formation parapente ou deltaplane dans le Finistère », sur Ecole vol libre Menez Hom (consulté le 27 juillet 2020).
  82. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération[1]