Ouvrir le menu principal

Plaza del Castillo

place de Pampelune, Espagne
Vue de la Plaza del Castillo

La Plaza del Castillo (Gazteluko Plaza en basque, place du château en français) est une place située dans le centre de Pampelune (Navarre). Ici ont lieu les principaux événements de cette ville et elle est considérée comme "le salon" par les habitants.

Sommaire

HistoireModifier

Aussi appelée pendant une période Plaza de la Constitución, son nom actuel a été toujours plus connu et a une histoire. Le premier château, a été construit dans le centre de la place, par le roi Louis X dit "le Hutin", entre 1308 et 1311. Quand on a reconstruit les parois, pour entourer toute la ville, ce château trop en dedans de la ville, et Ferdinand le Catholique, en édifie, en 1513, un nouveau utilisant les pierres du Vieux château, disparu vers 1540. Finalement, vers 1590, avec la Citadelle en construction avancée, on a détruit ce dernier château. La place était déjà délimitée par trois de ses côtés, sauf le côté sud, dans lequel, les carmélites ont construit un monastère qui a fermé la place. Les travaux se terminé vers 1600.

Il a été des arènes taurines depuis la XVIIe siècle jusqu'à 1843. La place est le fruit de constructions de différentes époques, dont on peut apprécier la grande variété de styles et très ancienne.

À la fin du XVIIIe siècle, la place a été décorée avec une belle source Luis Paret à l'Abundancia, populairement appelée la MariBlanca, qui a été démolie en 1910, conservant seulement la statue. En 1836, les Carmes déchaux, ont été obligées d'abandonner le couvent, avec la Désamortissement de Juan Álvarez Mendizábal. On construira ici le Palacio de la Diputación (Palais de la Députation), l'ancien Crédito Navarro, et le Teatro Principal, tous de style néoclassique. En 1859, on a construit l'Hôtel La Perla, encore présent dans un des coins de la place, et le plus ancien de Navarre.

Entre 1880 et 1895, on a construit le Casino Principal, et le Café Iruña, avec un air romantique de fin de siècle, encore conservés. Beaucoup d'autres cafés ont proliféré à cette époque. Par cette place passait l'Irati en 1911. Avec la construction du Segundo Ensanche[1], le Théâtre Principal, qui a dû reculer pour ouvrir le passage à la grande ouverture de la ville, en 1931.

En 1943, on a construit le célèbre et cher kiosque de musique.

On a réhabilité récemment le "belena de l'Iruña" (Iruña est le nom basque Pampelune), une callajuela longue et étroite sans issue, jusqu'à présent résiduelle et utilisée en d'autres temps pour accéder aux locaux qui donnaient à des rues plus importantes.

La polémique du parking souterrainModifier

Avec les travaux du parking polémique dans cette place, ont été découverts dans leur sous-sol (2001-2003), des restes de thermes Romains, une nécropole musulmane avec plus de 200 squelettes, un tronçon de la paroi médiévale, les restes du couvent et d'un menhir d'époque inconnue[2],[3]

La majorité de ceux-ci ont été détruits ce qui a provoqué l'indignation de beaucoup de citoyens. L'opposition alléguait que le parking était inutile et était effectué avec la seule fin de doter au petit hôtel La Perla de la qualification de "cinq étoiles" (fait qui est arrivé plus tard) puisqu'il ne possédait pas de places de stationnement. Des confrontations violentes dans les rues de la ville se sont aussi produites[4] par rapport à ce qui a été considéré une spoliation[5] raison pour laquelle on a publié un livre[6].

Seulement une partie minime des restes a été conservée[7] et les thermes, le menhir et les restes vascons, entre beaucoup d'autres découvertes, ont été détruits rendant impossible en outre la poursuite des recherches étant donné l'œuvre effectuée. Ultérieurement, le peu de vestiges qui ont été conservés, presque la totalité a été détruite, en les enterrant en 2008 sous une nouvelle unité urbaines aux alentours de Pampelune[8].

La femme du maire, Yolanda Barcina (UPN-PP), a défendu sa gestion et a déclaré que "le parking de la place du Château a été une décision politique, et on a démontré qu'elle a été juste"[9].

Actuellement la place continue d'être un pôle d'attraction de la ville qui est favorisé par la semi-piétonnalité de l'avenue Carlos III, qui flanquée de divers commerces et succursales bancaires, est la zone d'une plus grande valeur économique de la ville à effets immobiliers.

Galerie photographiqueModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le Segundo Ensanche, Bigarren Zabalgunea en basque, est le quartier du centre de la ville de Pampelune, capitale de la Communauté forale de Navarre.
  2. Trouvailles archéologiques de la place del Castillo
  3. Destructions de restes archéologiques à Pampelune
  4. Article d' "El País" : "Deux policiers blessés dans les incidents de la Plaza del castillo". Dans cet article on reprend que : "La tension a été augmentée sur la manière après avoir connu qui les huit archéologues du cabinet Trama qui ont dirigé les excavations pendant une année ont publiquement demandé à la mairie de ne pas retirer les restes des thermes romains trouvés dans le lieu en considérant que cela supposera sa destruction. On traite, selon une commission d'experts espagnols, des professeurs en archéologie, du plus grand complexe des thermes romains du nord de l'Espagne, qui, dans un rapport remis au Conseil de l'Europe, les institutions navarraises et à la cour qui fait des recherches sur le projet, devraient êtres conservés dans son intégrité pour transformer la place un musée chronologique de deux mille ans d'histoire ancienne visible par les citoyens."
  5. La "Sociedad de Ciencia Naturales Aranzadi" qualifiait de "SPOLIATION" ce qui est arrivé avec l'excavation du gisement de la Plaza del Catillo
  6. Plusieurs auteurs, Plaza del castillo, 2003. (ISBN 84-7681-376-7) Page pour le livre
  7. On a seulement conservé "une paroi transversale de 120 mètres de longueur et les restes du château construit par Ferdinand le Catholique Des policiers blessés... Article d' "El País"
  8. Seulement une mosaïque romaine et six blocs de paroi de la plaza del Castillo n'ont pas été enterrés : L'hôtel de ville a enterré les autres restes archéologiques sous les travaux de Lezkairu. Relation de restes conservés et détruits durant l'année 2008 :
    • Considéré "non précieux" et enterré dans lezkairu :
      • ÉPOQUE ROMAINE
        • 51 palettes de pavement opus signinum - 6 caisses de bois avec des tuiles et des briques - 1 sillar brûlé (base du four de hipocausto) - 4 pales de sillares de grès - 1 palettes avec petites loses de grès de couverture
      • ÉPOQUE CONTEMPORAINE
        • 3 palettes de conduites de céramique - 126 palettes avec la mosaïque du kiosque et le pavement de la place du Château - Bordures de parterres et chaussées
    • CONSERVÉ avec valeur archéologique.
        • Mosaïque romaine du secteur 2 - Six blocs de paroi médiévale analogues à ceux conservés dans le parking
  9. Déclarations au Diario de Noticias de la femme du maire de Pampelune, Yolanda Barcina : "Le parking de la place du Château a été une décision politique, et on a démontré qu'elle a été juste". La femme du maire a attribué à la "mauvaise chance" que s'interposent les ressources judiciaires.