Ouvrir le menu principal

Plan d'austérité du Royaume-Uni de 2010

À la suite des élections législatives de 2010 et à la coalition avec les libéraux-démocrates de Nick Clegg, le gouvernement de David Cameron annonce un plan d'austérité. Ce plan est présenté par le ministre des Finances, George Osborne, et son adjoint au Trésor David Laws. Le plan d'austérité affiche réduire le budget de l'État de 6,2 milliards de livres (7,2 milliards d'euros)[1]. Le professeur Iain Begg de la London School of Economics commente : « Ces 6 milliards d'économie ne sont pas très lourds, puisqu'ils ne représentent que 1 % des dépenses de l'État, mais c'est un signal important de la part du gouvernement, pour montrer aux marchés financiers qu'il s'est décidé à s'attaquer au problème »[1]. L'objectif est de « réduire à néant le déficit budgétaire qui était de l'ordre de 10,1 % du PIB au moment des dernières élections législatives. »[2]

Selon Le Figaro Économie : « Conformément aux promesses faites lors de la campagne électorale, les ministères de la Santé et de la Défense ainsi que l'aide au développement sont totalement épargnés par les réductions présentées hier »[1].

À la suite du vote de ce plan d'austérité, les LibDems, accusés d'avoir sacrifié leurs promesses de campagne, connaissent une importante baisse de popularité, tandis que les Conservateurs progressent en nombre d'opinions favorables[3]. Un sondage réalisé en indique que 58 % des sondés considèrent qu'il n'y a pas d'alternative au plan d'austérité[4].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier